My Space

De l’invisibilité des femmes sportives dans les médias

J’ai lu avec plaisir que la judokate Céline Lebrun avait gagné les Masters de Suwon dans sa catégorie, les – 78 kg. Elle montre ainsi qu’à 33 ans, elle a raison de continuer à monter sur le tapis. Une fois n’est pas coutume, l’Equipe.fr lui avait même consacré un petit article avant la compétition et j’étais bien sûr enchantée qu’on se penche un peu sur une judokate.

De l’invisibilité des femmes sportives dans les médiasMais las : le même jour, Teddy Riner a aussi remporté le tournoi dans sa catégorie. Je l’aime bien, mais sa victoire a complètement éclipsé celle de Céline Lebrun. Sur Internet, les journalistes commentent les deux résultats dans un même article mais une seule photo illustre le billet. Devinez lequel des deux judokas est choisi à chaque fois ?

Je vous propose par exemple d’aller voir les articles de l’Equipe.fr, puis le Monde.fr, puis Sport365. Il y a aussi  l’Alsace.fr et Le Point.fr. Je n’ai pas trouvé un seul site qui mette en ligne une photo de Céline Lebrun. Et ce n’est pas vraiment un hasard : 20 Minutes a fait la même à l’issue du tournoi de Paris l’année dernière, car sur les 3 médaillés Français, le journaliste a choisi Riner, plutôt que Lucie Décosse ou Céline Lebrun (encore).

On me dira que c’est normal, que lui est populaire et qu’on ne connaît pas ces femmes, que le public veut des stars. Mais il me semble qu’il faut bien commencer quelque part : si Teddy Riner est connu il a bien fallu une première photo et un premier reportage pour le faire connaître. Et d’ailleurs, la presse a-t-elle pour but de donner aux lecteurs ce qu’ils demandent ou de leur faire connaître de nouvelles choses, de nouvelles personnes ?

Il n’y a rien d’étonnant à ce que les exploits des sportives marquent moins les esprits, puisqu’on persiste à les cacher derrière les hommes. Donner la possibilité de mettre un visage sur un nom c’est le minimum pour susciter l’intérêt du public et s’identifier à un modèle.

Sinon, les autres féminines qui ont brillé à ces Masters sont Lucie Décosse, qui obtient le bronze en – 70 kg, et Pénélope Bonna, bronze aussi en – 52 kg. Vous trouverez l’ensemble des résultats de cette compétition sur le site de la Fédération Française de Judo.

Ça vous a plu ?

Vous trouverez d’autres articles sur le sport féminin dans les médias sur mon blog Entrées en lice.

One Response to “De l’invisibilité des femmes sportives dans les médias”

  • Tout à fait d’accord avec toi. Il y a vraiment une injustice et un vrai machisme chez les journalistes et/ou le public.

    Après je pense que Laure Manaudou se serait bien passée d’être autant dans la presse.

    Bon je sais, c’est un exemple extrême. Les sportives devraient pouvoir être autant supportées et admirées que les sportifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>