Histoires

Vis ma vie sur L.R

[Chaque semaine, découvrez les coulisses de Ladies Room où un membre du magazine nous raconte ses coulisses jour par jour, tout au long de la semaine. Pour cette nouvelle édition, c’est la serial writteuse IsabelleJuliette qui vient nous raconter son quotidien…]

Vis ma vie sur L.RVendredi 4 décembre : Je suis en manque ! Pour ce week-end, pas de sorties, pas de soirées coquines. Je suis en manque, en manque d’écriture ! Ce soir, en dehors d’un dîner chez moi avec Gaël, je n’ai rien prévue d’autre que lire et écrire

11h30 – Je rentre vite chez moi. Et comment que je suis contente d’avoir cette acolyte, j’ai 1 heure pour finir de choisir ma sélection pour le best-of du week end… Tiens j’ai un message de Magadit. Je lis… Puis les articles aussi et enfin, je sais toujours pas comment mais je choisis et j’écris quelques ligne sur le pourquoi celui là. Ça va, c’est terminé et envoyé à temps.

18h00 – Ouf, enfin… je suis chez moi et j’allume mon ordi. Mon deuxième jour à ce nouveau poste, déjà plus de 2 heures supp entre hier et aujourd’hui… Et puis j’ai fini l’après midi à coller des étiquettes sur les enveloppes, rien à voir avec mon job ça.

J’ai besoin d’une petite dose de quelque chose qui fait du bien, je file sur LR. Les fées sont toujours là, leur magie saura me ressourcer… Je relis mely, magadit, Aud… Merde un appel. Génial, il y a un reportage sur Serge Betsen…

Samedi 5 décembre : Merde j’ai des ganglions… Jamais 2 sans trois, on dit, je m’en fous des dictons, même pas vrai, ça ne sera pas ça. Je n’ai pas honte, j’apprécie même, il est 11h00 quand je finis de prendre mon petit déjeuner, non sans une légère gêne à chaque bouchée avalée. Je n’en reviens toujours pas de ce que j’ai entendu hier… J’en rêve plus que jamais. Journée je fais ce que je veux comme et quand je veux… Bon ok, sans oublier de faire le ménage, ça je peux pas l’éviter. Journée, j’écris : mais par quoi commencer ? Avec le début d’hier soir, ça m’en fait 3 d’ébauches de textes. Allez, je ne peux pas résister, je vais finir celui sur Serge Betsen. Si je pouvais en finir aussi avec ces ganglions, j’aimerais bien… Mais ils m’accompagneront jusqu’au soir. Soir, où vers 22h30, je quitte mon bureau pour m’affaler dans le canapé. J’allume la télé, je ne sais pas ce qu’il y a, je m’écroule comme une masse, je m’endors sur mon canapé.

Dimanche 6 décembre : Je fais pire qu’hier, levée à 11h15 aujourd’hui… J’ai mal dormi, j’ai les boules qui ont gonflé, je me sens toute patraque. Plus qu’1h avant le retour de ma fille, pas beaucoup de temps pour écrire, tant pis. J’en profite pour aller sur LR faire un tour du côté de la rubriques « Tous les articles ». Séance devoirs, promenade entre mère et fille, avec Kafka le chien, Pit Bull à sa mémère, si, si, bon à rien de méchant. En rentrant, c’est l’heure de la bataille, on en fait 4 parties avec ma poulette puis c’est l’heure du bain. Moi, j’en profite pour relire et poster mon texte sur LR mais rien de plus. Je ne vais pas mieux, j’ai beau essayé de faire bonne figure, préparer un bon petit dîner, je ne ferais pas long feu ce soir, pas en forme moi…

Lundi 7 décembre : De retour chez moi pour déjeuner, j’en profite aussi pour écrire et poster un texte court pour essayer de donner envie de découvrir le peintre Jacques Leonard. De retour chez moi pour déjeuner, je ne retournerais pas bosser… Je n’ai plus de ganglions mais prises par des frissons, je m’allonge et passe 3h à dormir, me réveiller frissonnante, dormir, me réveiller, je n’arrive pas à me réchauffer. A 16h20 quand je sors chercher ma fille à l’école, c’est des courbatures qui font leurs apparitions tandis que les frissons ne m’ont pas vraiment quittée.

18h30 – Le verdict est tombé… J’y aurais bien le droit. Vive le travail dans une collectivité : je vie ma 3e grippe depuis Septembre. Quelques médicaments et je serais au boulot demain. Quelques médicaments et couchée de bonne heure : tous ce que je déteste ! Ma mère me téléphone, ben oui, elle arrive toujours demain, super ! Ben non, je ne veux pas de saucisson, merci maman.

20h30 – J’adore ça ! Je serais à la Une demain… Puis je file faire comme ma fille, je vais me coucher, j’ai mal partout. Je vais me relire « L’arrache-cœur » de Vian, ça va me faire du bien ça avant de m’endormir.

Mardi 8 décembre : 2 heures, ma pause déjeuner, 10 minutes de trajet : j’adore pouvoir rentrer chez moi, faire ce retour dans ma bulle, petite pose ressourçante en milieu de journée. Ça va mieux aujourd’hui, un léger reste des courbatures de la veille mais les cachets font leurs effets… Ouf, je devrais arriver à faire mijoter un bon petit plat pour l’arrivée de ma mère. Maman vient passer quelques jours à la maison… Une potée, oui, tiens, je vais faire une potée. Il me reste 15 minutes, un petit tour sur LR. J’ai eu quelques lecteurs. Tiens, un nouvel article d’Aud, j’y cours, je lis et : je ne sais pas moi quel est l’homme qui me convient, enfin si je sais mais pas vraiment pour tout, un partie peut être mouvante mais pas les essentiels, quoique, certains si… Pfff c’est compliqué tout ça.

Vite, je suis pressée de sortir du travail ce soir. J’ai des courses et une potée à préparer, ma mère doit être en train d’attendre ma fille devant l’école, j’appelle. Oui, tout va bien, je file faire mes achats. On a bien mangé, ma potée est réussie. Ma fille est couchée, ma mère regarde la télé, j’en profite pour aller lister mes mails. Tiens, je file sur LR, pas eu le temps de tout lire à midi. Storia, je peux me faire mes réserves découvertes grâce à son article ! Ma mère m’appelle. Je ferme tout, c’est vrai, on doit discuter. Soirée, on se coupe les cheveux en quatre pour essayer de comprendre pourquoi ma fille n’arrive pas à gommer certains comportements qui ne doivent pas durer, et comment faire pour l’aider. Il faut chercher des solutions du coté du cognitif, l’analytique n’a pas donné grand-chose… Nous en restons là, ma mère et moi.

Mercredi 9 décembre : Matinée tranquille entre filles… Pardon pour le chien. Ce n’est pas la super forme mais je n’ai plus de courbatures ! A midi, j’abandonne ma mère et ma fille, ma machine à laver est cassée, je dois faire les magasins d’électroménagers. J’ai trouvé la machine de mes rêves, 8 kilos variable, Classe A partout. Il est 15h30, ma mère et ma fille décident d’aller au ciné. Chouette, moi je vais restée là et en profiter pour écrire un peu. Pause syndicale, j’arrête d’écrire, c’est le moment de lire. « Rapt », ben je ne doute pas du talent d’Yvan Attal mais l’histoire ne m’emballe pas… ; « Comment éviter les poils incarnés » ah oui et comment qu’on fait ? Pas de solution miracle… Ou « Je suis une groupie », oui, et une vraie ! Ça me rajeunit… Non, non, je suis toujours dedans moi aussi, toujours groupie.

Dans l’après midi, coup de fil et changement de programme : on ne va plus demain soir au vernissage du Salon de la Société Nationale des Beaux Arts… Mais à la cérémonie du pinceau qui aura lieu samedi. Jacques Lenoard y passera le flambeau, le pinceau à l’artiste qui a reçu comme lui l’année dernière, le prix Pubis de Chavannes cette année. L’une de mes souris préférées m’informe que ce soir aussi il y a quelque chose d’intéressant à la télé : Jean Claude Dreyfus est interviewé en direct au JT de France 3 pour y parler de sa pièce, de son travail magistral pour ce rôle de Marie-Pierre… Comme il le dit si bien à la fin : les spectateurs rient certes mais ils finissent tous en chialant… Tout ça me donne envie de finir l’article que j’ai commencé sur ça, sur ma présence à l’une des représentations de cette pièce. Chouette, il est 23h00, tout le monde est couché, je vais pouvoir bosser, écrire un peu.

Jeudi 10 décembre : ben voilà, comme souvent pour ne pas dire toujours, il y a une fin et c’est aujourd’hui. Après cette journée un peu de n’importe quoi : l’enseignant de ma fille n’est pas là : merci maman de l’avoir gardée… Je suis restée coincée dans le métro près d’1h avec 24 élèves ; il y avait des problèmes sur la ligne 13, tiens comme c’est bizarre… La pièce de théâtre que nous sommes allés voir n’était pas adaptée à des enfants de CP, heureusement les intermèdes réguliers chantés ont permis aux enfants de ne pas trop s’ennuyer.

Ben voilà, comme souvent pour ne pas dire toujours, il y a une fin et c’est aujourd’hui… Pas le temps d’écrire, il est déjà 13h, je n’ai que quelques minutes pour lire la Une de LR. Storia, Storia : là j’ai plus qu’envie de le voir ce film dont tu parles si bien… et… et… j’attends le biopic de Tiny avec impatience ! Je me marre avec DAF et ça fait du bien ! Et je découvre une perle dans la rubrique « Tous les articles » : un article de BritBrit, énorme !

Il est 17h00, je dois terminer d’écrire mon vis ma vie, je m’y mets… 17h59, voilà ça y est ! Laura, je te l’envoie ! Ben voilà, comme souvent pour ne pas dire toujours, il y a une fin et c’est aujourd’hui… Alors je m’en vais, je file, je pars, je retourne à mes premières amours… Ce soir je vais essayer de trouver les derniers bons mots qu’ils me faut pour expliquer pourquoi et combien j’ai été subjuguée comme toujours, mais comme jamais par cet homme qui sera ad vitam æternam mon comédien préféré.

A demain, les filles, à demain LR… parce que vous, avec vous, entre nous… nous n’en sommes qu’au début.

Revoir Vis ma vie sur LR par Magadit 
Revoir Vis ma vie sur LR par Coppelia
Revoir Vis ma vie sur LR par Storia
Revoir Vis ma vie sur LR par Stiletto
Revoir Vis ma vie sur LR par Mély
Revoir Vis ma vie sur L.R par Gispet
Revoir Vis ma vie sur L.R par Rose H.
Revoir Vis ma vie sur L.R par Lolipop
Revoir Vi ma vie sur L.R par Xena

2 Responses to “Vis ma vie sur L.R”

  • grippée trois fois? ah ben je vais avoir la trouille maintenant! jolie, jolie ta vie! mais comment peux tu refuser un saucisson?! ça va pas non?!

  • oui mais des petites grippes… même pas A… alors ça va :p
    Pour le saucisson, pffff, j’essaye de ne pas entretenir mon gras, l’idée c’est plutôt d’en enlever.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>