Culture

Paradis (pas si) artificiels

La petite Gainsbourg nous revient avec un nouveau titre à son image – soit impeccable – au côté de l’inénarrable Beck. Les scènes étranges se succèdent au ralenti, laissant aparaître des peluches singes animées dans les baignoires, quand ce ne sont pas des hommes enrubannés de noir qui jouent au tennis. Bizarre autant qu’étrange, les scènes de violence s’enchainent, mais dès que parait la douce Charlotte, le ciel peut attendre.

One Response to “Paradis (pas si) artificiels”

  • est-il possible qu’un être puisse être aussi talentueux et gracieux?
    Cette fille est mon idole, je pourrais même être amoureuse d’elle…Un modèle, j’adore son style, j’adore son jeu d’actrice, sa voix….Elle m’a tuée de rire de larmes dans “Prête moi ta main”…bref, Charlotte (déjà ce prénom j’adore), depuis l’effrontée je suis fan de toi, lemon incest…etc…La seule à pouvoir éclipser une salle entière en jean et sans make up…Vous l’aurez compris je ubber mega fan.On parle beaucoup des textes de son père mais sa plus belle oeuvre est là. J’espère qu’elle ira aux oscars…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>