Histoires

Pomme jardine !

Pomme jardine ! « Nous étions assis sur un banc près des Halles, sous une espèce de pergola en bois. Il faisait bon. Il m’a dit je ne t’aime pas. »

Pomme jardine !Y’en a eu des souvenirs sous ma frange ! Une frange lissée, mouillée, brushée, sauvageonne pincée au dessus de ma pomme, ondulée ou en grève de coiffeur.

Mon globe oculaire est passé par différentes phases : sèches, humides, embuées et ruisselantes… Ma peau aura rougi sous les émotions, blanchi, blêmi, tiraillée sous une eau au goût de sel. Petite partie centrale de corps dessiné/confondu  comme un « cœur » aura connu, frissons, pincements, souffrance, et tachycardie.

Des souvenirs de pommier sous ma frange, de fleurettes printanières, de pommes semées au détour de stations vélib’ parisiennes, d’étreintes mouillées, d’étreintes souillées…

Le pommier est arrivé un soir d’automne, le ciel était noir, on venait de retarder nos montres comme des petits soldats du temps. Les feuilles étaient tombées, la sève avait coulé, le temps passé… Pommier et Pomme, côte à côte, sur chaise grinçante de vieux bar de quartier. Silence, brise et tourmente de feuilles, pommier muet, pomme carpe. La pomme tenait difficilement à la dernière branche bancale, le vent la faisait tanguer de gauche à droite, de bas en haut, sa frange frôlait le sol à chaque minutes, à chaque seconde…

Ce jour pomme au sol.
Pommier voulait juste tremper pomme dans un café hebdomadaire et une partie de jambes en l’air. Un moka chaud à réchauffer de temps en temps, histoire de passer l’hiver correctement pensait-il ? Puis Pommier a posé vieille branche sur frêle épaule de pomme, qu’elle envoya valser une fois de plus avec violent amour.

Pommier valsa.
Pomme souffle… Souffre… Compote…  et « Stop » d’un coup net, plus rien.

Vieux pommier paumé disparut de la circulation de pomme lentement. Le chapitre fût tourné, la page blanche s’imposa cette fois-ci.

Y’a une certaine Valérie qui aura su parler à Pomme un soir d’automne, elle lui montra L’agrume.
L’agrume aura parcouru mon corps tout entier, mes mains sur sa peau, sa peau aux mille et une imperfections. Pomme lira agrume d’est en ouest, de nord au sud parisien. Soit 17 stations sous terre, un couloir à n’en plus finir entre ligne 3 et ligne 12, du vert clair au vert foncé, 15 métros laissés à l’abandon, puis arrêt soudain devant porte Montmartroise d’un XY bien « trop » intentionné. « Stop » retour en arrière pour préférer Agrume et lit douillet.

Pomme aura connu agrume, et acidité… Pomme carpe sur histoire Pommier/Pomme, cette Valérie elle comprenait, elle avait compris avant moi. Elle a déterré son Pommier…

Pomme déterrera Pommier.
« Je m’étais attendue à une apocalypse. Qu’allait-il se passer ? Je ne voulais pas voir ça. En fait, il ne se passa rien : le téléphone n’a plus sonné. Ça n’a pas été brutal comme transition. » V. Mréjen

(cc) Zitaaa

2 Responses to “Pomme jardine !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>