Coeur

Cas pratique

Étudiante, un cas pratique coaché par un ancien de l’école pendant une semaine. Pas mal le mec, tout à fait mon style. Sujet : créer une campagne de communication sur la grippe saisonnière… (je vous jure que c’est vrai). Nous partons sur un teaser : “la température monte…” et une révélation dans un second temps : “elle arrive, prenez les devants”.

Cas pratiqueÉchanges de regards discrets mais insistants, prémices de séduction, mais tout est très subtil. Trop ? Je m’interroge, affabulation? Je mets un ami dans la confidence et lui demande son avis. Confirmation, il semble y avoir quelque chose. Je me pique au jeu. Allons-y, voyons ce qu’il a dans le ventre. Je mène l’enquête, il est célibataire, je trouve son adresse et son numéro de téléphone. Je dois agir, son intervention se termine le vendredi soir après la présentation devant le jury. Le jeudi je passe à l’offensive. Je mets un mot dans sa boîte aux lettres : la température monte … à suivre – 01 45 …..

Le vendredi, je fais encore le trajet jusque chez lui, cette fois j’ai un bouquet de fleurs avec une carte : prends les devants pour qu’elle arrive, avec la suite de mon numéro. Je guette les bruits dans la cage d’escalier et commence mon ascension, il habite au 3e. Je veux laisser les fleurs devant sa porte et filer vite fait à l’école. Au second, panique, une porte claque au-dessus et j’entends des pas descendre. Impossible de me cacher, je croise les doigts. Mon cœur bat à tout rompre et bien entendu c’est lui qui déboule en face de moi. J’ai envie de mourir, je suis pétrifiée.

- Que fais-tu là ?

- Oh salut et toi ?

- Moi j’habite ici. Et toi ?

- Euh c’est pour une surprise

- Ah qui ça, à quel étage ?

- Euh, au 4e

- Qu’est ce que tu me racontes… c’est quoi cette blague ?

Mais je me suis déjà précipitée quatre à quatre à l’étage voulant mettre le plus de distance entre nous. Je jette plus que ne dépose les fleurs sur son paillasson et continue de monter. J’entends d’en bas :

- Tu vas en cours après ?

- Oui.

- Tu veux que je t’emmène ?

- Euh d’accord

Mais quelle cruche ! Je suis coincée, comment vais-je me dépatouiller. C’est long le trajet entre le 18e et Levallois. Allez ma fille, courage, il va t’en falloir. Je le rejoins donc dans l’entrée, essoufflée, en sueur, flippée au dernier degré. Nous montons et durant le parcours il essaie de me tirer les vers du nez. Je suis prise d’une crise de mutisme aigüe, j’ai l’air trop nul. Il est persuadé que c’est un gag de l’école, je ne le contredis pas, trop heureuse qu’il ait trouvé une vague explication. Il essaie de meubler le vide, me pose des questions sur moi, mais je suis incapable de mener une conversation. Je réponds par mono syllabes, lui livre des bribes pas toujours construites. La cata ! Il sourit cependant et cela m’agace au plus haut point.

Je me précipite hors de la voiture et m’engouffre dans les locaux en lui murmurant un vague merci. Je suis mortifiée. Je vais passer la présentation dans un état second, vivement que ça se termine et que j’aille m’enterrer profond. A la sortie, il m’attend :

J’ai demandé à un voisin de passer voir le bouquet est pour moi… le numéro c’est le tien ?

Oui, écoute laisse tomber, je suis désolée. Je ne sais pas quoi te dire, oublie tout ça, c’est puéril, pardon.

Non, j’ai été très étonné de te voir chez moi, je n’ai pas tout saisi et pensais à une blague potache. J’ai l’impression que ça va plus loin que cela…

Laisse tomber je te dis, on ne se reverra jamais, mets ça sur le compte d’un coup de folie, j’ai dû me tromper, salut !

Et je l’ai planté là.
J’ai trouvé un message sur mon répondeur en rentrant chez moi, il voulait que je le rappelle, qu’on en parle. Je ne l’ai pas fait. Tout d’un coup, mon délire et mon opération séduction me paraissaient débiles. Je m’en voulais de m’être emballée, cependant je n’avais pas rêvé les regards et l’attirance, tant pis. J’en étais là de mes réflexions lorsque le téléphone a sonné. C’était lui.

Nous sommes finalement allés prendre un verre, j’étais plus détendue. C’est ce qui a sans doute fait que je me suis retrouvée dans ses bras quelques heures après ! Il avait trouvé ma démarche touchante et c’était la première fois qu’on lui offrait des fleurs.

(cc) {wheat}

12 Responses to “Cas pratique”

  • C’est trop mignon ! C’est bien mon genre de faire ça, aussi.

  • Ce texte… Oui, un petit vent frais bien agréable !!!!
    Et faisons ça; “retournons” à nos années étudiantes où on pouvait, arrivait encore à oser offrir des fleurs à un homme et : offrons, offrons mesdames !!!! Si ça fait cet effet là, je veux bien essayer cette méthode moi…

  • oh c’est trop beau….mais je comprends ta gêne….moi j’aurais été mortifiée aussi…il a eu de la classe, de l’intelligence et de la douceur…parfait.

  • Je dois être monomaniaque: heureusement que le mec a fait le reste du boulot; sinon la chère Coppelia se serait retrouvé le bec dans l’eau.

  • T’as eu du bol de tomber sur un mec qui à compris un once de ta démarche et qui ne t’as pas rit eu nez mais qui t’as rattrapée au vol :)

  • Oui, dans ma galère, je suis plutôt bien tombée! Mais je n’étais pas fière, croyez-moi! Maintenant j’en souris!

  • Mignon, t’as de la chance, si il avait été parano t’aurais été dans la m****e

  • Ca pourrait faire un bon scenario de film ça :)

  • On dira ce qu’on voudra, mais les meilleures histoires de drague comporte un côté “lose”, les plans drague “classiques” ça fait chier tout le monde ! Je trouve que t’as été courageuse et originale, c’est rare les filles qui font vraiment un effort, la plupart des mecs ne se font jamais draguer, l’effet de surprise est donc un plus ! Chouette histoire en tout cas, et en plus ça a payé, que demande le peuple ? :)

  • Non, ou, relativité, pour changer.

    Pas de loose es création de mes relations, de l’autre coté, parlé de drague pour plusieurs heures de contacts (discussion/ballade, présence) sont requise pour que je puisse gérer le contact physique (post bise, donc, possible sur base d’inattention, hors conscience donc).

    Histoire sympathique effectivement, en te souhaitant le meilleur, Coppelia.

    (Sur base de volontés, il devrait être normal que le succès soit au rendez vous, mêlez analyse/conscience aux sentiments ensuite, gros doute es intérêt ; sisi).

  • Je prends des notes. Si jamais il m’arrive de faire un truc pareil, je t’envoie les royalties ;) Je trouve ça tout mignon!

    Maintenant, faut que je trouve le mec à qui le faire… (dur, dur…)

  • @Miss B : Rose H a raison, il faut oser! Tu trouveras bien une occasion! Ok pour les royalties :-)
    Et plus simplement, offrir des fleurs à un homme, même de manière classique (juste pour le plaisir de le faire) est rare (je crois), mais c’est un moment étonnant à vivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>