Coeur

Mes grosses roches

Ndlr : cet article a été sélectionné par Jess dans le cadre de sa semaine de rédaction en chef sur Ladies Room.  

Un jour, un ami m’a conté une histoire philosophique dans laquelle la vie se comparait à un creuset transparent rempli de roches de toutes formes et de toutes tailles, allant des grosses pierres au sable, en passant par des graviers et des scories. Le tout étant lié par de l’eau. Chacun de ces éléments a son importance car il fait de nous ce que nous sommes. C’est en ce sens que l’on comprend mieux le proverbe africain Ubuntu : « je suis parce que nous sommes ». C’est parce que chacun de nous est fait de pluriels que nous sommes des êtres singuliers.

Mes grosses rochesPour pouvoir bénéficier de toutes les propriétés de ces minéraux, il est nécessaire de poser, en premier, au fond de notre récipient, les  pierres les plus grosses, les plus fondamentales à nos yeux en guise de fondations. En effet, une fois ces pierres angulaires installées, tout nouveau minéral apporté sera forcément de plus petite taille et trouvera une place… Sa place, parmi tous les interstices restants et contribuera à notre épanouissement.

Chacun d’entre nous n’aura pas les mêmes pierres de soutènement. Ce qui est roc pour moi peut très bien être gravier voire sable pour l’autre. C’est en cela qu’il m’est paru important de prendre le temps de me poser les questions suivantes : quels sont les éléments de ma vie qui sont comparables à des grosses roches ? En quoi m’apparaissent-elles plus « pierres de taille » que d’« ornement » ?

Pour pouvoir répondre à ces questions, il faut garder à l’esprit que chaque pierre est unique. On ne peut en échanger une pour combler le manque d’une autre. On ne peut que les superposer, les juxtaposer pour pouvoir nous compléter.

De même, il ne faut pas oublier que nos assises, on a beau les choisir dures, durables, elles n’en restent pas moins fragiles et non éternelles. A tout moment, on peut les perdre. En prendre soin est essentiel. Ainsi, le jour de leurs possibles disparitions, la  douleur engendrée ne sera pas surenchérie de « Et si …. ? », de « j’aurai dû…. », de « peut-être que…. », bref de regrets irréparables.

Pour ma part, la base de ma vie se compose de 6 grosses roches : mon amour, ma famille, mes amis, mon psy, mon travail et mon toit.

1ère roche : mon amour.

Bien plus que la personne, c’est le sentiment, l’amour qui nait de la relation que je partage avec elle que je compare à une gemme : un diamant plus exactement, pour son côté transparent, pur et vrai. Il m’a fallu du temps, pour trouver sa carrière et de la persévérance pour le déterrer mais il n’y a pas meilleur radar que le cœur. Cependant, je ne suis plus Cunégonde, je sais aussi que l’amour rend aveugle et seule sa résistance au temps et aux « feux de la vie » me dira si cette pierre a les véritables propriétés d’un diamant ou juste celles d’un zirconium.

2ère roche : ma famille.

Ma famille : ma fratrie, mes parents sont comparables à un alliage de roches hétéroclites, allant du granite, lourd, résistant, au silex tranchant, passant par le corindon abrasif, réfractaire et l’ambre apaisant. Il est vrai que certaines de leurs maladresses m’ont piquée à vif mais à multiples reprises, face aux situations les plus tourmentées, ils ont su être présents et m’offrir leur présence, leur soutien, leurs attentions, leur amour.

3ème roche : mes amis

Mes amis, les vrais, ils sont rares et sont pareils à des galets de rivière, lourds, lisses et résistants à l’érosion du temps, des pressions, des difficultés. Ceux-là, je les ai trouvés aussi bien en eaux calmes qu’en eaux troubles. Bien souvent, ils se sont faits « chemins » pour que je puisse traverser des eaux marécageuses mais jamais « guides ». Bien trop de respect pour mes choix, même les mauvais…

4ème roche : mon psychologue.

Tout comme pour mes premières roches, ce n’est pas la personne que je considère comme une grosse roche mais la relation de confiance et de vérité qui est née tout au long de nos entretiens. Ces échanges sont pareils à des pierres ponces qui en nettoyant mes « peaux  mortes » m’ont permis de découvrir qui se cachait derrière mon « je » et surtout m’ont aidée à accepter ce pronom personnel tel qu’il était.

5ème roche : mon travail.

Mon travail, de part la sécurité, la reconnaissance qu’il m’apporte a toute sa place dans cette catégorie de roche. Cependant, elle aurait plus l’aspect d’une laine de roches que d’un rocher à proprement dit. En effet, la laine de roches a d’excellentes propriétés d’isolations et de protection contre les dommages de l’eau et d’incendie, pareils aux aléas de la vie.

6ème roche : ma maison.

Enfin ma dernière grosse roche serait ma maison, mon chez moi, mon toit. Sous celle-ci on se construit, on se bâtît, on se sent en sécurité, à l’abri. Ainsi, ma maison, je la comparerai à une ardoise, matériau de qualité employé pour la couverture des bâtiments (mon être, ma vie). Sa durée de vie est de 70 à 300 ans. Mais les ardoises doivent être de qualité car quand elles ne le sont pas, elles sont sujettes à la rouille transformant ainsi votre toit protecteur en vulgaire passoire.

Malheureusement pour moi, la pierre d’ardoise que j’ai choisie, laisse apparaitre quelques taches maronnées alors avant qu’elles ne gangrènent le reste, je les badigeonne d’antirouille en espérant que les produits que j’utilise sont efficaces et que mon ardoise se s’effrite pas de trop.

(cc) naama

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>