Histoires

Vis ma vie sur L.R

Article sélectionné par Nouvelle 30naire lors de sa semaine de rédaction en chef

[Chaque semaine, découvrez les coulisses de Ladies Room où un membre du magazine nous raconte ses coulisses jour par jour, tout au long de la semaine. Pour cette première édition, c’est l’inénarrable Coppelia qui nous narre sa semaine et ses lectures découvertes.]

Depuis 3 semaines, mon quotidien professionnel se décline comme suit : courir, écrire, lire, accepter, valider, refuser, modifier, décaler, inventer, classer, remercier, supplier, voire prier. Garder mon self control, gérer les délais, l’incompétence, la méfiance, ne pas être dans la défiance (mais c’est dur), tempérer, manager, souffler. Un contexte de rentrée parfumé de restructuration, donc interrogations et désillusions sur ma boîte et ceux qui la gouvernent. La demande de la rédaction est tombée à point nommé.

Vis ma vie sur L.RUne belle perspective que ces récréations hors du chaos ambiant de mon job. Je suis overbookée, pas le temps de papoter avec les collègues. Je clique comme une dingue, entre mails pros et LR, avide de lire, de découvrir, de sourire ou m’attendrir. Et forte de l’expérience précédente de Magadit, je prends des notes afin de ne rien oublier.

Jeudi 10 : Réveil grognon, pluie agaçante, où est l’été indien promis ?

Je suis à la bourre, faut speeder, j’ai un rendez-vous. Vite, sur LR je vérifie que le bug informatique est résolu, mais non toujours pas ; Zut !
Corvée expédiée, je croise les doigts sur ma souris, youpi, ça marche ! Je me précipite et réponds aux MP, aux commentaires, souris en voyant que Xéna est revenue sur le site. Cela faisait un moment que je ne la voyais pas.
Ah le premier Wanted. Loou présente une jolie boutique. Ça donne envie d’y aller faire un tour, sans envie précise, pour y dénicher des trésors. Ma carte bleue frémit déjà, elle reconnaît les symptômes.

L’édito d’Aulive annonce la prochaine Men’s room sur la drague. Quel programme, j’ai hâte de voir cela.
Mon estomac réclame, vite un sandwich que je puisse profiter de ma pause déjeuner pour surfer encore. Une amie a mis en ligne le lien pour découvrir (et acheter) son livre de desserts, le titre est de moi, petite satisfaction perso !
Je crise en réunion et déplore la difficulté de certains à prendre des décisions, je n’ai pas fini de galérer. Heureusement la sanguine A Nu de Lili-mai me déride. Un rayon de soleil fugace se montre, cela suffit à me contenter.

Vendredi 11 : souvenir
La radio me fait réaliser qu’il y a 8 ans, j’ai eu peur d’avoir perdu des amis dans les attentats. 2 jours d’angoisse avant d’arriver enfin à les joindre et à se réjouir pour eux, pour nous ; tout en étant bouleversés pour tous les autres… Humeur sombre sur le trajet, c’est la Toussaint et on ne m’a rien dit : 12° à peine, un vent persistant, mais qu’est-ce que je fais là ?
Journée encore chargée d’urgences. Je lance des pistes pour trouver « le » stage de 3e à mon filleul, faut bien que ça serve d’avoir un réseau !

Les différentes fenêtres indispensables sont ouvertes sur le bureau de mon PC. Tiens une demande d’amie, j’accepte enthousiaste, j’aime voir s’agrandir cette liste sur LR, ça me fait chaud au cœur.
Du coup je jette un œil et tombe sur le Moi, moi, moi… vous d’IsabelleJuliette. Je prends une claque, forte, monumentale. Tout est dit, appréhendé, juste. L’amitié, l’engagement, la vie. Merci. Raid the radio de General Electricks vient ponctuer efficacement cette parenthèse émouvante.

Finalement mon vendredi n’est pas si pourri. Sangria et tapas réalisés par L’homme pour que ma copine et moi puissions piapiater tandis qu’il sommeille devant Koh Lantah. Pourquoi un mec bien ne s’intéresse pas à cette beauté fine et enjouée qui se morfond dans son célibat ? Ça me rappelle un article de Maia Mazaurette : le désir à deux têtes. 2h30, il est temps d’aller me coucher !

Samedi 12 : Y’a d’la joie !
Grasse mat’, l’homme parti pour aider à un déménagement, tu vois Zolie, ça existe ! Une tasse de thé Marco Polo pour l’odeur, du disco funk sur la platine pour l’ambiance et réfrène à peine mon envie de danser. Je regrette encore de ne pas être allée à la soirée du Social Club… timidité !
La gardienne livre le courrier et me ravit en m’annonçant qu’elle m’a trouvé quelqu’un pour faire quelques heures de repassage, alléluia, j’ai le fer en horreur.
J’ai quelques heures devant moi, un petit tour sur LR pour sourire de l’échange enlevé entre Moira et Hermine. Quelles envolées, quelle énergie !

Je ferme l’ordi, quelques courses avant d’aller à Saint-Cloud assister au plus grand feu d’artifice d’Europe. Je me la pète en carré VIP avec coupe (plastique, beurk) de champagne. 2 heures de spectacle pyrotechnique, c’est magique, j’en ai plein les yeux (et les oreilles). Je crois que j’ai attrapé froid, vite sous la couette !

Dimanche 13 : Buller
J’ai la gorge qui pique, il faut que je reste au chaud. Je glandouille sans remords et assume ma flemme. Juste un sourire pour Smile et son bise, bisou, baiser. Ça fait du bien. Je laisse Frenchi et Aline Tilleul disserter sur la sodomie, trop pointu pour moi aujourd’hui ! J’entame les yeux jaunes des crocodiles, merci Mely !

Lundi 14 : Humeur coup de boule
Il faut que je me fasse du bien. Les premières images de « This is it » qui sort le 28 octobre. Et grâce à l’agenda de la semaine je note de ne pas rater « The September issue », pour découvrir les coulisses de Vogue et Anna Wintour. On a notre premier cas de grippe A au bureau, ça s’excite. Annonce d’une désinfection des locaux et fourniture des masques… je customise le mien au stabilo !

Entre deux réunions, je complète ma page sur Facebook, parce que je le vaux bien ! Coppelia Lady j’aurais adoré mais ils n’ont pas voulu, pfft ! Là aussi je me fais des amis, merci à vous 3 (ils se reconnaîtront) !
La chronique de Storia sur Rock en Seine me fait flipper, je ne connais pratiquement aucun des groupes évoqués. Je me fais l’effet d’une vieille peau et pour me rasséréner j’écoute les Smiths sur You Tube. Chacune sa playlist (snif j’suis vieille !). Finalement je n’ai pas vu le temps passer, il est l’heure de rentrer, j’ai bouclé mes dossiers !

Mardi 15 : Je suis triste
Patrick Swayze n’a pas gagné son combat contre son cancer…. des souvenirs, des scènes cultes, des chansons… Ça me fiche un sacré blues. Ce n’est pas l’article de Rose H ou celui de Mzelle_biscotte qui me remonteront le moral. Pourquoi les ruptures sont-elles souvent si douloureuses ? Pourquoi les départs, quels qu’ils soient, nous trouent le cœur et vident nos tripes ? Il y a des moments où j’envie les pouvoirs de ma Sorcière bien aimée, hop je fronce mon nez et je change ce qui ne va pas… Mais les filles, vous savez qu’on est là, pour vous soulager si on peut.

Essayons de positiver, ce soir, dîner entre copines pour refaire le monde. 20 heures, Les ombres, au Musée du Quai Branly. Bonne table illuminée par la Dame de fer qu’on pourrait presque toucher. C’est pour ces moments-là que j’aime tant cette ville, parce que comme l’a écrit Loou, on ne badine pas avec Paris.

Mercredi 16 : Gueule de bois ?
Réunion hebdo aux aurores ou comment perdre 2 heures, mais aujourd’hui je positive. J’ai des idées, je propose, disposez-donc, je suis magnanime. Et après fichez-moi la paix, je dois me concentrer sur mon article. Est-ce le vin blanc d’hier soir, je ne comprends pas tout ce que je lis dans l’édito, heureusement Bakeneko me fait la traduction. C’est un killer ce garçon, non ? Ah que ferai-je, moi, si j’étais un homme ? Tout comme Corrida, en fait ! J’suis une vraie fille, d’ailleurs les cuissardes Louis Vuitton m’appellent, si c’est vrai je les entends…. J’ai abusé du vin blanc, définitivement.

Allez hop on se reprend, faut que j’avance, le boulot ne va pas se faire tout seul et les mails pros s’accumulent.
Zut, les 2 be 3 ont perdu un de leur membre. J’ai besoin d’une pause syndicale, je fonce retrouver Storia et ses boys bandent puis les échanges musclés sur la vie de Carla Bruni. Mais là encore, je ne pige pas tout (je suis brune pourtant – oh ça va !). Bon je sors !

Jeudi 17 : voilà, c’est fini
Dernier jour de ma mission, déjà. J’aimais bien vous retrouver plus souvent que je ne le fais habituellement, je m’y suis habituée. Et même s’il a fallu quelques heures sup’ pour tenir la cadence (sans rire, ça a été compliqué parfois, c’est juste l’enfer au bureau), je me suis régalée à vous lire assidûment et à mieux vous découvrir.

Ce matin, les commentaires s’enchaînent et se déchaînent sur le site, les filles ont de la répartie, de la gnak. Selon le sujet ça s’emballe, ça déballe, c’est fatal, ça fait mal…
La conclusion de cette semaine c’est que j’en suis au 2e effet kiss cool de LR, définitivement addict !

Revoir Vis ma vie sur LR par Magadit

3 Responses to “Vis ma vie sur L.R”

  • Touchée par tout l’article et tes mots qui me sont désignés en particulier, merci !!! Oui ça fait ça LR !!! Et une addiction de plus pour la dame, je l’ai aussi… Entre vieille, on se comprend loll. Ho, là, là, dans 5 mois je passe à 40 lollll

  • merci coppélia d’apprécier ma présence sur LR, je n’avais pas vraiment quitter le site c’est juste que j’ai beaucoup bosser au mois d’aout et que je me suis pas vraiment connectée.En tout cas merci pour le clin d’oeil.

  • Merci coppelia, pour tes coms, tes clins d’oeil, pour tes textes, parce que partager avec les ladies, ben ça occupe, ça fait du bien, ça fait rire, pleurer, et c’est addictif…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>