My Space

La sportive sans son top rose reste-t-elle une femme ?

  • Article sélectionné par Nouvelle 30naire lors de sa semaine de rédaction en chef  
  • Quelques semaines après la polémique sur son sexe provoquée par sa large victoire aux 800m féminin, Caster Semanya a posé dans un magazine Sud-Africain, maquillée et ultra-féminine. Interviewée, elle exprime son regret de ne pas pouvoir porter plus souvent des habits plus féminins. Je ne mets pas en doute la bonne foi de cette athlète, d’ailleurs je me fiche de connaître son sexe. 
  • La sportive sans son top rose reste-t-elle une femme ?Mais je crois savoir ce qui motive sa démarche (ou celle de son attaché de presse) : si elle avait couru à Berlin avec une coiffure sexy et du vernis à ongles, on l’aurait peut-être « seulement » soupçonnée de dopage et pas d’être un homme.
  • Ce qu’elle essaie de faire est pour moi représentatif d’un travers de la médiatisation des sports féminins, qui s’est mué en un travers de sportives de tous niveaux. L’entraînement modifie la silhouette ; la compétition fait appel à des traits de caractère que l’on juge peu féminin. De plus en plus de femmes s’en moquent désormais, mais ont souvent à cœur de montrer qu’elles sont de « vraies  femmes », tout comme les médias. Revendication ou peur de s’affranchir des normes?
  • Il y a quelques mois, la Fédération Française de Football a fait poser nues les joueuses de l’Equipe de France. Tous ont ainsi pu vérifier qu’elles étaient de « vraies femmes » (comprendre mignonnes et pas trop baraquées…) mais très peu se sont intéressés à leurs performances, même pas les journalistes, qui ont posé peu de questions techniques mais demandaient volontiers si les maillots allaient être un jour plus moulants.
  • La sportive sans son top rose reste-t-elle une femme ?Peut-être vous rappelez-vous aussi de cette affiche pour le Championnat du Monde de handball féminin de 2007. L’idée se veut sympa, je la trouve en fait terriblement réductrice. J’imagine qu’on a voulu faire passer une message du style « Nous jouons au hand, mais rassurez-vous, nous restons des femmes ! ». Les affiches de compétitions masculines, elles, respirent la performance en montrant des joueurs au regard déterminé, prêts à en découdre. Je préfère largement cette image-ci. La différence ? La seconde affiche annonce des matchs qualificatifs et donc s’adresse a priori aux fans qui connaissent déjà la discipline. La première communique en revanche sur un événement mondial où il faut attirer le chaland néophyte : on utilise donc les vieilles ficelles habituelles.
  • La sportive sans son top rose reste-t-elle une femme ?Cette tendance à communiquer sur le « rester femme » a progressivement atteint le milieu amateur. C’est par exemple flagrant pour la course à pied : bien qu’elles soient encore minoritaires en compétition, de plus en plus de femmes courent. Ainsi, Les marques de sport commercialisent désormais des collections féminines avec des chaussures, des jupettes de course… à grands renforts de couleurs layette et de pub mièvre, tandis que les rayons « Homme » regorgent de T-Shirts fluos qui respirent l’esprit de compétition.
  • La connotation est tout à fait différente :monsieur s’entraîne pour gagner la course, madame fait du footing pour rentrer dans son maillot. Néanmoins, à mesure que l’on monte en gamme, cette disparité s’atténue et on retrouve le même design « performance ».
  • Cette déferlante de « girly » me paraît ainsi très ambiguë.D’une part, cela signifie que la pratique féminine est reconnue, ce qui est positif. Il est tout à fait nécessaire de pouvoir se constituer un équipement adéquat pour améliorer son niveau. Même roses, les maillots sont très techniques, et une coupe adaptée à sa morphologie est bien plus confortable. En outre, des produits très performants comme les soutiens-gorge de sport ou les chaussures adaptées aux poids légers sont apparus. Ensuite, faire attention à son look de sportif n’est d’ailleurs pas l’apanage des femmes (voir les coupes de cheveux des footballeurs). Et se rendre visible en tant que femme dans les compétitions est une manière de revendiquer sa place.
  • Cependant, l’image de la « sportive parfaite »,performante et désirable, est un peu le pendant de la « femme parfaite » dont le brushing reste en place alors qu’elle gère boulot et famille d’une main de maître. C’est encore une contrainte que l’on impose aux femmes, jusque dans leur passion. Et puis ça me gêne de penser qu’un sportif n’aurait jamais besoin de détails pour prouver sa virilité, tandis que la féminité des sportives n’irait pas de soi et nécessiterait une couche de mascara.
  • La sportive sans son top rose reste-t-elle une femme ?Je m’inquiète moins pour les grandes championnes qui doivent s’en moquer, que pour les plus jeunes à qui on fait comprendre très tôt que c’est très bien le sport, mais que le plus important c’est d’avoir les ongles bien manucurés. Alors qu’il y a des choses tellement plus drôles…
  • PS : Après plusieurs mois de réflexion, je me décide et lance mon blog perso qui s’appelle “Entrées en lice”  vous pouvez y retrouver cet article (et d’autres) : http://entrees-en-lice.over-blog.com/
  • Je n’oublierai pas LR et essaierai de publier quelques articles ici régulièrement. Si comme moi vous trouvez qu’on parle peu du sport féminin et des sportives, si ça vous agace qu’on propose toujours les mêmes sports aux femmes, hé bien… passez me voir !

4 Responses to “La sportive sans son top rose reste-t-elle une femme ?”

  • merci pour cet article et bravo pour ton blog. Nous aussi on t’oubliera pas, mais reviens quand tu veux car tu vas nous manquer :)

  • Caster Semanya est hermaphrodite, bref tu t’en fous.

    Pour le reste, je ne comprends pas cette révolte, je ne vois pas en quoi l’affiche de hand ball est si réductrice…pas plus qu’une affiche ou une pub pour des bonbons avec la famille parfaite, ou du maquillage.

    Moi, je connais les noms des joueuses de l’équipe de France de hand car j’adore, et je trouve qu’au moins avec cette affiche, les gens se sont un peu plus déplacés voir du sport féminin! (j’étais dans le palais des sports de Pau,)surtout du hand discipline où même les mecs sont oubliés alors que plus performants qu’au foot qui eux ce weekend faisaient de la cuisine à la télé! mais ça c’est normal? c’est pas réducteur de faire faire la cuisine à des footballeurs? c’est pas réducteur pour les mecs?de faire croire que comme ce sont des mecs c’est inédit pour eux?
    Je suis issue d’une famille de sportifs, et mon frère comme ma soeur ou ma mère ont toujours fait attention à leur look…moi même je le fais, et sûrement pas parce que je suis influencée par cette image de la femme parfaite.
    Une athlète a allaité sa fille sur des pistes d’athlé…ben c’est juste la vie.
    Une athlète est forte mais se fait les ongles….ben je fais pareil parce que j’aime ça même pour aller courir.
    Le problème c’est le manque d’intérêt des gens pour le sport en général qui pousse à des parallèles complétement désuets pour des gens qui eux baignent là dedans depuis toujours, et des nanas belles c’est sûr qu’il y en a plus sur des pistes ou dans des salles de sport qu’ailleurs. Faut juste aller voir!
    Bref, férue de sport, en tous genre, boxe comme danse….ben je ne te suis pas dans ton raisonnement….
    Puis sur LR c’est à nous de parler un peu plus de sport aussi….comme quoi….
    Je ne suis pas virulente mais preuve que ton article a fait mouche sur moi.
    Le problème serait pour moi que peu de femmes s’intéressent et font du sport de manière régulière….les coups de pub ça sert…
    Pour le calendrier: sur les Dieux du Stade, personne n’a trouvé ça réducteur, et pourtant, il y a des mecs qui posent, on les connait pour leur torse, pas pour les perfs….j’arrête je vais me répéter.
    Sportivement à toi.

  • salut Mely,

    merci d’avoir laissé un commentaire aussi nourri!

    tu dis que tu a été élevée dans une famille de sportif et je te place donc dans le 2nd cas: pour toi, une femme sportive c’est quelque chose de normal.
    faire attention à son look, je dis plus haut que c’est normal (je le fais aussi), ce qui me semble réducteur c’est d’en faire une composante primordiale pour une femme sportive.

    comme toi, je pense qu’il faudrait que plus de femmes se mettent au sport. et effectivement, dans le schéma de pensée qui est le nôtre aujourd’hui, mettre l’accent sur la féminité, construire une image de la sportive désirable, c’est le mode de comm le plus efficace, comme “la famille parfaite” des pubs dont tu parles.

    mais la réalité est autre: le sport, ça ne fait pas maigrir que de là où on voudrait, on transpire, on est rouge, et il faut être persévérante. les forums de course à pied sont pleins de posts de nanas qui disent “au secours! j’ai perdu des seins et j’ai des gros mollets, que vais-je devenir?”

    donc, beaucoup qui abandonnent…la pub “girly” pour mettre les femmes au sport, pourquoi pas? mais la question de la transition se pose; comment passer de la pratique “pour être parfaite” à la pratique “passion”? et puis avec ce genre de com’ on met un paquet de sports de côté, le rugby, le lancer de poids, l’haltérophilie, que sais-je, autant de sports aux antipodes de la femme parfaite.
    et lorsque l’Equipe sort son diaporama des plus belles athlètes, ce ne sont que celles qui ne sont ni trop maigres ni trop baraquées ni trop musclées que l’on voit, et même pas forcément les championnes. les hommes, eux, ont le droit à ce qu’on ne parle d’eux que sous l’angle des performances.

    et oui, les Dieux du Stade avait une logique commerciale, les minettes qui remplissent le Stade de France en talons aiguilles sans connaître le rugby, ça m’insupporte. mais bon, il paraît que c’est bien pour le sport…(surtout pour les bénéfices, quoi). je dois reconnaître que s’il y en a au moins une qui se découvre une passion sportive, c’est mieux que rien.

    et sinon, c’est effectivement à nous de parler plus de sport! mon dernier article parlait justement de football féminin :)

    sportivement également ;)

  • Avatar of Bee
    Bee

    Merci Gabrielle pour rappeler qu’il serait temps d’arrêter de dissocier sport et femme.
    C’est quand même incroyable qu’à notre époque il faille encore se justifier de faire un sport (ou choisir celui qui ne fait pas de gros biscotos…) quand on est une femme.

    Le sport est unisexe!
    L’essentiel est d’aimer ce qu’on fait et de se sentir bien avec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>