Humeurs

Pourquoi pas moi ?

Ndlr : Article sélectionné par Rose H pendant sa semaine de rédaction en chef.

La question me taraude depuis un bon moment. Merci Maman qui me saoulait avec des principes dictés par la société : on fait les choses dans l’ordre. A savoir d’abord se marier et ensuite avoir des enfants. Panique obsessionnelle de me voir engrossée dès que je sortais de la maison familiale.

Pourquoi pas moi ?Les années ont passé, les histoires d’amour ou de cul aussi. Cette rengaine bien ancrée dans un coin de ma mémoire, je ne me suis jamais laissée aller à risquer de tomber enceinte tant que la situation n’était pas officialisée. Résultat : deux fiançailles qui ont finalement capoté et enfin, l’homme. Le vrai, celui que je n’attendais plus. Mais mon horloge commençait à bipper. Les années ne m’avaient pas attendue et mon désir d’enfant n’était toujours pas d’actualité. Mon futur époux avait lui aussi des principes et voulait que l’on profite un peu de nous avant d’être parents. Soit. Nous avons fait de joyeuses galipettes avant qu’il ne fasse sa demande et que l’on décide qu’il était temps que j’arrête la pilule.

Je me croyais informée, moi femme de mon temps, avant de réaliser que la nature est la seule à décider et que les médecins auraient dû m’alerter avec plus de conviction. Résultat, après plus d’un an d’essais infructueux je me retrouve enfin enceinte. Fatale désillusion : une fausse couche sacrément gore (voir : patientes à la chaîne). On se remet comme on peut, c’est à dire mal. L’entourage bienveillant nous bassine avec des platitudes qui me ruinent les tympans :

- tu verras ça va venir : ah ouais et tu le sais comment ?

- le côté positif c’est que la machine fonctionne : certes mais avec des ratés, non ?

- t’inquiète pas, tu as le temps.

Et bien, non, justement. C’est bien le problème. A 38 ans tu n’as plus le temps de lambiner et tu as intérêt à prendre le taureau par les cornes et fissa. Donc je m’inscris sur tout un tas de sites, je chatte, j’interroge, je m’informe et je lance le casting du gynéco idéal pour moi. J’en vois 2 avant d’arrêter mon choix. Je mets toutes les chances de mon côté : obstétricienne, échographe, spécialiste de l’infertilité et proche de chez moi. Ça c’est du recrutement.

On démarre les examens divers et variés afin d’éliminer les causes éventuelles du blocage. Je montre mon anatomie intime à un nombre incalculable de médecins, d’infirmières. On me tripote, me teste, me pique, me ponctionne et j’en passe. Il n’y a pas de raisons, Loulou y a droit également, bien que dans des proportions moindres. Rien : la tuyauterie est en parfait état de marche pour tous les deux. Ok, on lance les opérations stimulations et inséminations. Courbes de température à heures fixes, médicaments différents selon la période du cycle, prises de sang, échos. On compte les jours. Ovulations, créneaux de 48 heures pour optimiser les travaux pratiques.

Puis on passe aux piqûres, là le timing est primordial, il ne faut pas se louper. Maturation de l’ovule, dosage de déclenchement et 36 heures après, Loulou fait son don dans une cabine aseptisée, après avoir attendu dans une salle d’attente avec d’autres candidats au tripotage de poireau pour la bonne cause. Ne sont sélectionnés que les spermatozoïdes prometteurs après leur passage dans une centrifugeuse.

Et hop, on remplit une pipette du précieux liquide, qui me sera introduit jambes en l’air, entre deux patientes au cabinet de la gynéco. Puis l’attente commence, incertaine. La pression monte, on guette, on écoute son corps, le moindre signe est une bonne nouvelle potentielle, jusqu’à ce que le drapeau rouge montre son nez pour annoncer que c’est encore raté.

Exit la spontanéité des ébats, on est dans le rendement mesdames. On compte, on calcule, s’agirait pas de gâcher. Las, 4 tentatives, une autre fausse couche (plus cool que la précédente – sic -). Le verdict tombe : après un an de traitement, on passe aux protocoles lourds à la rentrée. Fécondation In Vitro. Encore des attentes, sans doute des désillusions. Et la phrase qui me fait hurler : il faut que tu arrêtes d’y penser… Bon sang, vas-y essaie de ne pas y penser, ce n’est juste pas possible, merde !

En parallèle, grâce aux hormones, on est limite cyclothymique, on prend du poids (et encore je n’ai pas à me plaindre par rapport à d’autres), on s’engueule car on ne comprend pas pourquoi on n’y arrive pas et parfois on se rejette la faute. Le seul avantage que j’y ai trouvé est que j’ai pris deux tailles de soutien gorge. Pour une poitrine menue, c’est une bonne nouvelle ! En revanche, les câlins et galipettes pour le seul plaisir sont devenus rares.

Etre détendu et continuer à avoir envie de l’autre sans penser à ce parcours est très difficile. D’autant que mon homme travaille beaucoup du cerveau et que ça lui coupe l’envie. La tendresse perdure, heureusement, on a une communication assez facile, même sur ce sujet. Du moins j’ai tout fait pour que la discussion soit ouverte, car je le voyais se renfermer et refuser d’en parler, ce qui était impossible à vivre pour moi. Mais la vie intime en prend un coup (elle a de la chance !) c’est une évidence.

On est soi-même dans une situation compliquée. J’ai besoin d’en parler, d’évacuer un peu ce poids. Or l’entourage n’est pas forcément ouvert, ne réalise pas l’ampleur de la douleur que l’on combat, ne comprend pas. Et puis malgré tout la vie continue. Les amies, les collègues tombent enceintes, elles. Et là, j’ai des accès de haine féroce. Je trouve injuste de ne pas connaître ce bonheur. Je ne leur en veux pas, elles n’y sont pour rien, mais ça fait un mal de chien. J’ai par moment des bouffées de colère quand je croise une femme avec un ventre rond et évidemment je ne vois que ça autour de moi. Je ne désespère pas, je garde encore un espoir, peut-être idiot, mais je veux croire que l’on va y arriver.

J’ai eu besoin de m’épancher et suis allée consulter un psy pour vider mon sac. Eh bien, je me suis fait jeter au bout de trois séances car je suis suffisamment forte pour m’en sortir seule et gérer la situation au mieux ! Les bras m’en sont tombés, virée par un psy, c’est courant ça ? Je n’ai pas renouvelé l’expérience avec un autre, ça ma gavé. Je ne me sens pas dépressive, pas encore ! Mais j’ai du mal à trouver la bonne personne pour m’écouter, du coup, je vous livre mes mots. A défaut d’échanger, ça m’a au moins un peu soulagée.

A celles qui dans la trentaine envisagent d’avoir des enfants, surtout, ne trainez pas. A plus de 39 ans, je regrette le temps perdu à attendre le bon moment. Car dans mon cas, il s’agit manifestement d’un problème d’âge et de cellules moins vaillantes. C’est médicalement reconnu et les taux de réussite fondent comme neige au soleil. Promis, si ça marche, je ne vous bassinerai pas avec ma grossesse !

(cc) Skye Suicide

20 Responses to “Pourquoi pas moi ?”

  • a la lecture de ce texte je ne peux m’empecher de me souvenir de notre propre mesaventure et, bien qu’etant un homme je comprend assez bien ce que tu dois ressentir.
    je joins les liens de mes ecrits retracants notre epreuve et cela pourra servir aux autres lectrices….

    http://ladiesroom.fr/2008/09/15/mesaventure/
    http://ladiesroom.fr/2008/09/10/jai-trop-mal/
    http://ladiesroom.fr/2008/10/31/erika-triste-anniversaire/

  • Merci Frenchi, tu connais mon sentiment à ton endroit

  • dommage qu’on soit tous les 2 maries^^
    plus serieusement c’est a ca aussi que sert lr, un endroit pour s’exprimer et echanger nos experiences bonnes ou moin bonnes…

    puis comme tu le dis si ca marche au contraire tiens nous au courrant, regarde Maguelone , le bonheur qu’elle nous a fait partager…

  • Tu as raison, ça fait du bien d’avoir un endroit où on peut se lâcher un peu!! Pour la suite, on verra!

  • ça mE fait de la peine…et le pire c’est qu’on ne peut rien dire DU tout cela est SIMPLEMENT INJUSTE…les uns font des gosses et s’en foutent….les autres attendent de trouver la bonne personne….et voilà…bref ça m’énerve, et j’espère que la vie se chargera de t’amener ce que tu désire….

  • @Mely : merci ma belle, ne sois pas triste, je ne le suis pas (encore)! En effet par moments je trouve la vie injuste et dégueu, mais c’est ma croix ce combat-là, alors hauts les coeurs!

  • Courage ma belle, j’ai un petit bout qui fait toute ma joie, même si c’est dur parfois, parce que c’est un peu comme si je l’avais fait toute seule, et tout ce que je te souhaite, très sincèrement, c’est de connaître ça. La joie de la grossesse et de sa naisance a été un peu mise à mal par mon ex-belle famille, pour laquelle mon bébé était vraiment le mal venu, j’ai vraiment envie de faire un petit frère à Tibou, et d’être plus sereine, mais j’ai une peur atroce(peur irraisonnée?) de ne pas tomber enceinte. Je trouve un peu de ce que je ressens dans ce que tu dis, en plus, mon psy me jette aussi (lol), mais avec des pincettes, paraît que j’ai pas besoin de lui. Grosse pensée pour toi.

  • Bon, je ne suis pas médecin et vu ton parcours je pense que tu es entre de bonnes mains… mais si ça peut “en rassurer” certaines: il n’y aurait QUE 30% des fécondations “naturelles” (c’est-à-dire sans aide médicalisée) qui aboutirait à une naissance… ça ne fait pas beaucoup… tout ça pour dire que les fausses couches spontanées sont “monnaie courante” mais qu’il y a un certain tabou sur le sujet…

    @Coppelia, je n’ai pas de mots pour toi (je risque de ressembler à ton entourage…) mais on peut être mère sans grossesse… je sais que c’est un truc auquel tu as du déjà penser mais l’adoption peut faire des heureux aussi!
    Pour ma part, je pense que être enceinte ET être mère sont deux choses bien distinctes…enfin ça c’est mon avis très personnel.

  • @ Coppelia : pffff… je ne vais pas dire que je trouve ça triste ou injuste. Je ne vais pas te dire que t’es supra courageuse, ni que t’as des couilles d’endurer tout ça. Je ne te dirai pas tout ça. Juste que j’espère que tu sais qu’on est là si ça va pas. On est là de loin (physiquement) certes mais on est là. Nh’ésites pas ! Besos.

  • Merci les filles, vos écrits sont adorables et me touchent beaucoup. désolée de répondre si tardivement mais il y avait un bug informatique qui ne me permettais pas de m’identifier.

    @lili-mai : as-tu essayé d’identifier ce qui motive ta peur? Si tu n’as pas cette réponse, comment on psy peut-il te dire que tu n’as pas besoin d’aide? On m’a conseillé la sophro ou le yoga pour me libérer l’esprit de mon “obsession”, je n’ai pas encore tenté l’expérience.

    @myamya : je connais les chiffres et je suis d’une nature hautement optimiste en général. cependant je ne fais pas l’autruche et nous avons effleuré le sujet de l’adoption car c’est une possibilité que j’envisage. Mon homme a plus de mal, mais il lui faut un peu de temps. Pour lui parler adoption c’est baisser les bras, or il ne veut pas envisager que nous n’y arrivions pas. le seul hic, et c’est la raison pour laquelle j’essaie d’en parler régulièrement, c’est que les délais et démarches sont très, très longs en France. Déjà il faut obtenir l’agrément et ce n’est que le début de l’attente. Mais on y songe.
    Quant au fait d’être mère et enceinte, je suis d’accord avec toi. Je me sens maman dans mon coeur, si je ne peux pas l’être dans mon corps, j’essaierai de l’être tout de même.

    @magadit : tu es trop mimi! Et en fait, si j’ai des c…. ;-) lol

  • ma soeur est dans la même situation non pas qu’elle ait trop attendu mais juste que dame nature n’est pas de son coté, pour autant elle ne désespère pas , elle se dit qu’elle adoptera surement , etre enceinte est un moyen, avoir un enfant est une fin, alors moi le culte de la grossesse épanouissante mon cul!! on montre que les bons cotés et pas les mauvais!

  • @xena : cela faisait longtemps que je ne t’avais pas lue ici, ça fait plaisir de voir que tu es toujours aussi vivante! Ta soeur a raison, c’est la meilleure attitude à avoir.
    Quant au culte épanoui, je te l’accorde, il manque le côté obscur de la face!

  • bonsoir,
    coppelia, ne le prends surtout pas mal, j’imagine bien la situation difficile que tu vis.
    mais dans ton article tu dit que ton désir d’enfant n’était pas d’actualité et ensuite tu attends que ton mari fasse “sa demande”.

    donc…avais-tu réellement envie de faire un enfant avant que l’on t’en parle? n’as-tu pas décidé d’en faire un sans en avoir vraiment envie, parce que plus tard ce sera trop tard et que peut-être, tu pourrais le regretter après?

    encore une fois, je ne t’agresse pas volontairement.

  • @Gabrielle : les années avaient passé, j’avais enfin rencontré l’homme avec lequel partaqger ma vie était une évidence et mon désir n’était pas une actualité, dans le sens où je n’étais pas en phase avec le papa pour que le désir devienne une réalité tangible, là, tout de suite. Lorsqu’il a été prêt à agrandir la famille et a donc fait sa demande pour que je cesse de prendre une contraception, j’ai sauté de joie.
    Depuis l’âge de 20, j’aspire à être mère. C’est un fait acquis, assumé, voulu, désiré, au plus haut point. Je dis bien mère, et cette maternité passait pour moi par le fait de porter un enfant. Plus jeune je n’envisageais pas que je ne puisse pas y arriver. Par ailleurs, il a toujours été évident que si je n’avais pas cette chance, je me tournerai vers l’adoption car je ne peux concevoir ma vie sans enfant. Ce constat est partagé par mon époux. Simplement nous souhaitons d’abord utiliser les moyens mis à notre disposition par la médecine pour y arriver, puisque la méthode naturelle a des râtés.
    Or il y a eu parfois des moments où je lui ai reproché d’avoir attendu, et je m’en suis voulue (je sais c’est moche) de ne pas être passée outre son timing. En réalité, un enfant se fait normalement à deux et j’ai compris et accepté l’attente, je n’étais pas à quelques mois près… Et bien si, en fait. Et personne ne pourra me dire, ce qui se serait passé si nous avions essayé avant.

  • Touchée !!!!! et pas qu’un peu. Je ne te souhaite que du bonheur…

  • @IsabelleJuliette : ;-))

    Vous toutes (tous) me donnez une patate!! C’est juste impressionnant et tellement bon. MERCI!!!!!

  • Meme si j’ ai deja un enfant, je comprends ce que tu ressens. Depuis ma fausse couche en Fevrier 2008, impossible de retomber enceinte, et l’ age avance, inexorablement…

  • @madame : oui il y a des moments où tu crois entendre le tic tac! Je ne saurai pas te dire pourquoi, mais j’y crois, sans doute de la positive attitude, tu peux copier, ça fait pas mal!

  • Bonsoir,

    Je sais que je vais me faire massacrer, mais tant pis, ce n’est pas si simple pour moi. Bien sûr je compatis, bien sûr toute cette sympathie est normale. Mais il y a un mais. Dans ” pourquoi pas moi ?”, j’entends (aussi) : ” Et moi, pourquoi je n’ai pas droit à mon poupon, je m’acharnerai jusqu’à temps que ça marche “.

    Un enfant est un être vivant, ce n’est pas comme une prime que les autres ont eue, le droit au logement ou un jouet qu’on mérite, c’est l’entrecroisement de (au moins) deux destins, et le prélude à une histoire qui est une partie de l’Histoire, et de la Vie.
    La Vie n’a pas à distribuer les enfants comme des cadeaux à Noël, avec une liste comme l’annuaire, et un numéro pour les réclamations parce qu’on a été oubliée dans la distribution.

    Certes la filiation matérialise le sacre de la femme en tant que maillon de la vie, et se voir comme une terminaison est une négation de soi profonde, comme une mort, contre laquelle on se bat avec l’énergie de la vie.

    La Vie s’est manifestée en toi par deux fois et quelque chose a décidé qu’il fallait que ça s’arrête. Crois moi je suis persuadée que toutes ces histoires de cellules sont un guignol qui nous fera rire dans quelques siècles.
    Je sais que tu vas détester ce que je dis, car quand on est dans la douleur et la colère, plus rien ne compte que sa revanche, mais n’as tu pas enfanté, par tes rencontres, d’autres naissances, n’as tu pas fécondé, par tes paroles ou tes actes, quelque chose de la création, et qui participe à la Vie ?

    Je sais que tu veux cela dans ta chair, et non dans des idées, je ne dis pas cela pour te chercher une consolation, mais au mieux, que tu saches que mon intention n’est pas maligne, et que tu la prennes en bonne part.

    Mais l’histoire de la Création, à un certain niveau, passe par des énergies, par des lignes de force et la destinée bute à des carrefours inconnus, sur des talus invisibles. Nous (les femmes) sommes bien placées pour savoir que ces lignes sont écrites dans les étoiles, et dans les constellations.

    C’est ce qu’il y a de meilleur pour toi qui te sera donné, et si tu es à un endroit où la rivière du destin ne passe pas, c’est à toi de changer de place, le destin ne change pas ses rivières pour nous.
    Encore une fois, ce qu’il y a à changer n’est ni dans les éprouvettes, ni dans les centrifugeuses, ça c’est bon pour les jus de fruits. La Vie se dessine, se souffle à un autre niveau.
    Donner la Vie est une responsabilité énorme, mais qui passe par nous. Elle ne prend pas sa source en nous, nous ne faisons que la transmettre, sous forme matérielle, mais sa Source ne nous appartient pas.
    Ne pas la transmettre est une responsabilité que nous avons prise au niveau des molécules, jouant aux apprenties sorcières, mais que savons nous de ces lignes, de ces destinées que nous bousculons ainsi, et qui devaient se rencontrer ?

    Voilà, c’est tout ce que je peux te dire, je ne peux te dire autre chose que ce que je ressens, mais ne reste pas exaspérée à la même place, comme quelqu’un qui serait énervé devant un distributeur de boissons vide, à lui donner des coups de pieds, bouge de là, change de place. Change toi, si c’est vraiment cela ton destin, alors tu auras le meilleur pour toi.
    Ma main sur mon coeur, je te souhaite tout le bonheur possible.

  • Massacrer, non, pour quelle raison, tu as ton opinion, elle vaut ce qu’elle vaut. En revanche, il y a des choses qui me font bondir.
    Je ne conçois pas qu’un enfant soit un jouet ou un objet, j’ai toute ma lucidité. Avoir un enfant n’est pas une fin, ni une “terminaison”, mais un commencement. Que cet enfant soit issu de ma chair ou de mon coeur dans le cas d’une adoption.

    Tes grandes théories sur La Vie et autres digressions sur les Routes et le Destin, me font sourire. Il y a 40% des femmes en France qui font des fausses couches tous les ans (nullipares ou déjà mères). C’est un phénomène physique que nos “cellules” éradiquent d’elles même, lié à une anomalie chromosomique. Ce n’est pas l’humain qui manipule quoi que ce soit dans ce cas. Pour ton élévation personnelle, la Vie ne s’est pas manifestée en moi à 2 reprises. Il s’agissait à ce stade d’un amas de “cellules” qui ont arrêté leur multiplication avant de devenir foetus.

    D’autre part si je vais au bout de ton raisonnement, je devrais abandonner, ne pas m’aider des progrès de la médecine avant d’envisager une autre solution que porter un enfant. Dans ce cas, nous ne devrions pas nous faire vacciner, soigner, afin de nous maintenir en bonne santé, mais plutôt laisser le Destin et les maladies décider pour nous….??? Le fais-tu? Ou est-ce que ton propos ne s’arrête qu’à la fécondité et à la reproduction humaine? Cela veut-il dire qu’une femme qui se ferait violer et tomberait enceinte, devrait garder cet enfant même si elle ne le souhaite pas, parce que la “Source” de cette conception ne lui appartient pas et qu’elle doit s’y soumettre??

    Je suis navrée, mais nous ne partageons pas les mêmes points de vues, les mêmes valeurs. Et les tiennes, extrêmistes, m’effraient plus qu’elles ne m’atteignent. Je sais qui je suis, où je suis dans ce monde et surtout, comment et où où je souhaite avancer en tant qu’être humain. Toute ma démarche, tout mon propos démontre que je ne reste pas statique à me lamenter sur mon pauvre sort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>