My Space

Comment L.R m’a honteusement débauchée

DAF

Ndlr : la rédaction a voulu faire tester les derniers sextoys créés par 1969 à une contributrice de Ladies Room.

Ouais, alors tout d’abord merci les filles, “oui LR a des sex toys à tester, ils ont pensé à nous – maintenant que j’y pense d’ailleurs,  je me demande bien pourquoi… – allez dis oui, dis oui “. Et voilà comment on se trouve embarquée dans un cercle vicieux.

Loou nous expédie de ses blanches mains les susdits joujoux, et alors là est-ce que quelqu’un peut m’expliquer par quel sortilège je me retrouve avec un encornet en plastique, alors que d’autres, suivez mon regard, se vautrent dans la luxure avec un grand gaillard ou avec des petites boulettes chouquettes !

On me tend un écrin noir de la marque 1969, affichant un alléchant « curiosités désirables », ça tombe bien je suis curieuse et désirable, je fais coulisser l’objet, haletante, et je découvre un encornet siliconé violet orné de petites pustules, promesses sans doute de MST à venir.

J’imagine grosso modo l’usage de l’objet, mais conscience professionnelle oblige, je retourne la boîte pour m’enquérir du bon usage de la chose. « Enrobez votre plus bel atout (ennuyeux si votre homme trouve qu’il a un nez aquilin divin) d’une robe (allez viens mettre ta robe chéri…) à relief (les pustules) afin de titiller (enfin un truc sympa) les papilles de votre accompagnatrice. »

Bon la perplexité m’envahit – c’est déjà ça – mais enfin l’accompagnatrice aurait-elle les papilles mal placées ? J’en profite pour introduire une séquence culturelle dans ce post en-dessous de la ceinture, allez hop définition d’accompagnatrice :

- Personne qui accompagne un enfant, un malade, un handicapé, etc., pour lui servir de guide ou de garde.

- Personne qui accompagne dans ses déplacements un groupe de touristes pour régler les problèmes matériels au cours du voyage.

- Personne qui accompagne, avec la voix ou avec un instrument, la partie principale d’un morceau de musique.

C’est bien ce que je craignais, l’objet semble ne pouvoir être utilisé que dans des conditions très mmmhh… spécifiques ? Et avec des jeunes femmes appréciant de se faire titiller la papille à coup de pustules en plastique.

Personnellement, je botte en touche nonobstant l’impact positif sur l’hygiène buccale, et oui Maryse, de ce nettoie langue original et décoratif.

Heureusement, il y a une petite notice cachée dans la boîte noire, je suis sauvée. J’avais raison, c’est un cockring, pustuleux certes, mais un cockring, ça je comprends. Je prends l’objet en main, il est en « matière 100% silicone, douce et inodore » et « s’adapte à toutes les tailles grâce à sa matière souple et extensible ».

Enfin extensible, il faut le dire vite, je tente d’agrandir l’encornet dont la circonférence me semble d’une rare modestie, je tire, je m’acharne et soudain l’expression « serrer le kiki » prend toute sa mesure. C’est un bas de contention pour hommes, toutes celles qui n’avoueront jamais en porter ici imaginent les joies de l’enfilage ! Chéri, arrête de te cacher, viens mettre ton bas, enfin ta robe…

Je reprends la notice et découvre la mention « Vous utilisez ce produit en adulte. Nous ne pourrons être tenus pour responsables des conséquences de son utilisation ».

Ne pouvant prendre la responsabilité de blesser un mâle pour les besoins de ce testing, je me vois contrainte d’arrêter là. Mais libre à vous évidemment de punir le vôtre, en lui offrant cette magnifique bague pour hommes. N’hésitez pas à me faire part des conséquences de toute courageuse expérimentation…

Look : 6/10
Perplexité : 9/10
Inquiétude : 8/10
Efficacité : ?

(cc)  Ferminius

7 Responses to “Comment L.R m’a honteusement débauchée”

Répondre à frenchi971 Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>