bouquin

“L’Orgie” et “1933 fut une mauvaise année” de John Fante

J’ai dévoré ce roman avec délectation telle une orgie littéraire. Ce roman sans être autobiographique en a pourtant une part. En effet, John Fante comme son héros est fils d’immigrés Italiens. D’ailleurs, la famille de Dominique est une famille typiquement italienne. La Mama, fervente catholique qui éduque ses quatre enfants d’une manière pieuse, un mari qui se saigne au travail et une grand-mère qui regrette le passé et fustige l’ Amérique. Une Amérique qui n’a pas pu lui faire réaliser ses rêves et transformer sa vie. On ressent chez elle une nostalgie et une amertume. 

« L’Orgie » et « 1933 fut une mauvaise année » de John FanteFante explore les relations humaines avec profondeur. Il montre l’humanité dans toute sa splendeur, parle avec gravité et ironie des travers humains. Il traite de l’amitié, de l’amour, de la trahison, du mensonge mais aussi de la rédemption. Tous ces sujets donnent une immense profondeur au livre et m’ont donné envie d’en percer les mystères.

Dans 1933  fut une mauvaise année, Dominique Molise rêve de quitter son Colorado natal pour vivre son rêve d’adolescent : devenir champion de baseball dans l’équipe des Cubs dont il est un fidèle supporter. Ce désir d’évasion et de gloire, il le partage avec son meilleur ami Kenny. Au premier abord, tout les sépare. Ils viennent d’un milieu social différent. Kenny, fils d’un riche quincailler vit dans un pavillon cossu tandis que Dominique vient d’un milieu social modeste, fils d’un poseur de briques. Mais la passion du baseball les rapproche et ils partagent ce rêve. D’ailleurs pour réaliser leurs rêves d’adolescents, ils veulent fuir cette ville qui ne leur offre pas ce dont ils rêvent.

Dans Orgie, John Fante nous révèle l’histoire du père de Dominique. Humble poseur de briques, il travaille durement sur des chantiers où il emploie aussi son jeune fils. Dominique considère son père comme un honnête homme jusqu’au jour où il découvre la face cachée de son père. Son père n’est pas celui qu’il croyait. Un jour où il a passé un weekend à la mine de son père et où ils n’ont pas trouvé d’or, il l’a surpris en bien mauvaise posture. Enfin tout est dit dans le titre. Comme quoi on n’est pas à l’abri de découvrir des choses déroutantes sur ses parents. Les relations parents-enfants ne sont jamais simples. Parfois l’image du père est écornée.

Tout au long des péripéties du héros on passe du rire, à l’étonnement, puis à la tristesse. Le style simple m’a touchée et nous emporte du début à la fin du livre. John Fante mène avec brio l’humour, la dérision et l’ironie. A savourer sans modération.

2 Responses to ““L’Orgie” et “1933 fut une mauvaise année” de John Fante”

  • ha très très bien, je le connais pas celui-là ? tu as lu la série des bandini et mon chien stupide ? ils sont excellents, john fante c’est un peu de l’orgasme en bouquin

  • la série des bandini non pas encore mais je vais m’y mettre dès demain pour les dévorer un par un jusqu’au dernier. Mon chien chien stupide est un très bon bouquin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>