bouquin

Women who love serial killers

Serial Killers, enquête sur les tueurs en série – Stéphane Bourgoin

Écrivain Français, journaliste, cinéphile et libraire spécialisé dans la criminologie et le roman policier, Stéphane Bourgoin est spécialisé dans l’étude des tueurs en série.
Le viol et l’assassinat de sa compagne par un serial killer en 1976 ont suscité en lui l’envie d’en savoir plus sur ces individus torturés et tortionnaires.

Women who love serial killersWomen who love serial killers…
Non, je n’enverrai pas de lettres d’amour enflammées à Edmund Kemper et Ted Bundy, non je ne dirai pas qu’il faut pardonner cette abominable férocité qui habite et pousse ces maniaques dégénérés à commettre les pires atrocités. Mais ces êtres ignobles, cannibales, pervers sexuels, nécrophiles, sadomasochistes, schizophrènes, psychotiques, sadiques, zoophiles,  coprophages et j’en passe, me fascinent et font voguer mes pensées obscures les plus intimes au large d’une mer sombre et tourbillonnante.

Est-ce normal ? Suis-je moi aussi complètement habitée par le Mal, voyeuse et avide d’histoires morbides grâce auxquelles mon esprit sombre et troublé se perd dans les méandres de l’horreur et du macabre ? Mon cœur et mon âme seraient-ils dépourvus de tout sentiment d’effroi et de peine pour les malheureuses victimes de ces bourreaux ?
Je ne saurai expliquer cette vicieuse fascination et ce singulier plaisir cérébral qui m’habite quand je découvre à travers ces pages, les rites infâmes réalisés par ces monstres, faisant divaguer mon esprit, tentant de ressentir la savoureuse délectation qui les anime dans ces moments d’extrême sauvagerie.

J’aurai voulu être profiler, rencontrer ces bourreaux, me délecter de leur histoires, pénétrer leur esprit malade pour comprendre. Les langues se sont agitées autour de moi pour m’en dissuader, c’est peut-être mieux ainsi. Dieu seul sait quelles répercussions cela aurait-il eu sur ma vie.

Cette étude menée par Stéphane Bourgoin est uniquement basée sur des faits réels ce qui rend la lecture d’autant plus bouleversante et attrayante, voire parfois excitante. Conquête, possession, domination, pouvoir, envie, reconnaissance, désir : voilà ce à quoi ils aspirent, enfin c’est l’impression que j’en ai.

La quête de l’Amour ?
Ils remplacent l’Amour par le meurtre, l’amour qu’on leur refuse depuis toujours. La jouissance procurée par le meurtre serait-elle comparable à l’amour ? Je pense que oui. L’homme rejeté, honteux, impuissant, humilié peut enfin jouir et prendre possession des corps. Il viole, mutile, mange, garde parfois des tranches de chaire en guise de trophée. Il est Dieu.

Voyez Ed Kemper qui prit entre autre, grand soin d’arracher le larynx de sa mère après l’avoir décapitée, cette génitrice hurlante qui n’avait de cesse de rugir sa colère dans ses oreilles, l’assommant constamment de paroles avilissantes. Pour la plupart de ces individus, le voyage initiatique de l’enfance s’est déroulé dans la douleur et l’humiliation. Privation de nourriture, séquestration, rapports sexuels forcés, coups, hurlements, autant de traumatismes qui ont fait de ces jeunes créatures « innocentes » des hommes cannibales et sadiques. (Pas si innocentes que ça d’après le bouquin qui me passionne en ce moment ” Les enfants Assassins, tueurs de 5 à 15 ans ” – Martin Monestier)

Disons que les parents humiliants et violents ne font que forger et animer l’instinct animal qui sommeille en chacun de nous dès la naissance. A la lecture de ces épreuves qui leur sont infligées depuis le plus  jeune âge, j’en arrive à comprendre ce dégoût suprême envers la race humaine et cette convoitise de vengeance qui les hante. Il n’en reste que je souffre aussi en lisant ces mots, mon estomac se tord de douleur et les larmes frisent au coin de mes yeux en imaginant les martyrs qui ont l’infortune de tomber dans les griffes de ces êtres sans âmes, qui jouissent de leurs corps, de leur souffrance, de leur mort.

Sang, sécrétion fécale, urine, vomissements, le corps de la  victime se vident tandis que le monstre lui se remplit d’une extase menant parfois jusqu’à  l’orgasme.

Les faits relatés dans ce livre sont d’une violence sans nom mais les mots débordent de sensualité, la chaire est sanglante, mutilée et soumise, le rapport au corps et au sexe est d’une telle intensité que je me suis surprise plusieurs fois à ressentir cette chaleur malsaine dans mon ventre.

Étrange non ?

3 Responses to “Women who love serial killers”

  • faut que je le lise…j’avais prévu de faire un article sur une de mes émissions préférées: Faites entrer l’accusé…ça me fout la trouille mais j’adore….pourquoi? j’en sais rien….Peut-être parce que ça reste un mystère! pourquoi lui ne surmonte pas un traumatisme et se met à tuer?

    Mais j’avoue m’être renseignée pour savoir comment on devenait profiler en France…oui oui, à un moment où je réfléchissais beaucoup sur mon avenir…et le conseiller d’orientation m’a dit qu’il fallait que j’arrête les séries américaines :o! j’étais sérieuse!!!

    merci pour le tuyau Maty…un été sanglant en perspective!

  • J’ai lut “corps exquis” sur le tueur en série jeffrey dammer( ou dammer le cannibal)..bref…le mec est un nécrophile cannibal au final…
    L’histoire est tellement bien écrite que l’on en viens à ne pas haïr le personnage au contraire, on s’y attache…il torture ses victimes, les manges etc…mais à la fin du livre…on à envie de dire “le pauvre, il à l’air si malheureux…” arf…étrange en effet.

    Mélange de meurtre, de sexe, de sensualité…je conseille aussi ce livre, donc pour les aficionadas du genre : http://bd-livres.psychovision.net/romans/corps-exquis-101.php

  • J’adore les romans policiers, les Thrillers et moi aussi je regarde “Faites entrer l’accusé”. C’est peut-être un peu malsain mais je trouve ça vraiment intéressant d’entrer dans la tête des tueurs. Je vais surement me laisser tenter par ce livre.

Répondre à mely Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>