My Space

je suis noir ou blanc…

Je suis noir ou blanc, traditionnel, conventionnel, numérique, magnétique, triptyque ou diptyque.

Certains me trouvent sympathique, d’autres carrément antipathique !Chaque jour de la semaine,  on me « maquille », on me « ligne », on me « quadrille ». 

Sur mon corps, on écrit, on me fait grincer ou couiner aussi, à coup de craies ou feutres mal maîtrisés.

On a beau me laver, me nettoyer, à l’éponge, au chiffon, à la brosse, au mouchoir ou à la main aussi, il reste toujours des traces de vos passages  à bien y regarder.
C’est que c’est tout un art de m’effacer. 

 Primo, on ne me « gomme » pas  comme sur un cahier. Secondo, selon que je sois à craies ou aux feutres, on ne procédera pas de la même manière. Dans le premier cas, c’est la technique de l’éponge humide passée de haut en bas, puis de droite à gauche, à espace régulier qu’il faut appliquer ! 

Si l’on m’arrose de trop, pour me venger, je me mets tellement à briller qu’ aucun bâton coloré n’arrive à être lu !!! (hé, hé !)

Et si on ne m’humidifie pas assez, ce sont de larges traînées de poussières blanches, grises ou rosées qui apparaissent une fois terminée, et là vous pouvez être sûr que le ou la professeur vous dira de tout recommencer ! (hé, hé ! (bis)) 

Dans le deuxième cas, c’est au chiffon ou au mouchoir sec qu’il faut m’effacer.
Si par hasard, un petit malin décide de me dessiner dessus avec ses feutres de cahier, je me fais indélébile et là, je vous promets que vous vous sentez débile !! sanction minime par rapport au triste sort que l’on me réserve après  C’est à coup d’acétone qu’on m’empoisonne pour retirer vos drôleries colorées ! 

Aussi, en classe, ne suis-je pas qu’une simple décoration, une simple pièce rapportée, je dirais plutôt que je suis la pièce maîtresse, la pièce indispensable au maître ou à la maîtresse pour pouvoir travailler. On me date,  on m’organise. On me divise pour mieux vous aider à vous  repérer. 

Je suis également un  fin observateur, un fin « interprète de vos cœurs » ! En effet, quand le maître ou la maîtresse a le dos  tourné, moi je vous vois, je vous regarde ; vos mines enjouées, dépitées,  vos rêveries, vos moqueries, vos doutes, vos interrogations… je les connais par cœur ! Quand vous venez me voir, me toucher, sans que vous ayez besoin de parler, je ressens très bien vos états de tension, vos crispations, vos hésitations, vos « oh, non !!!!!! »

J’avoue que je vous comprends. C’est qu’il en faut du cran pour venir m’accoster. Outre le fait que je vous apparais « froid comme un glaçon », sur  moi, c’est une part de vous qu’on expose, qu’on rend public. Pour être compris, vous devez vous appliquer et cela n’est pas inné. C’est pour cela que tout au long de l’année vous vous entraîner  à  m’apprivoiser. Il est vrai aussi que notre rapport de verticalité est assez déroutante pour un débutant ou une débutante. Vous n’avez aucune sensation de maîtrise, de supériorité, comme vous pourriez l’avoir sur l’ ”horizontalité” d’un cahier! Vous et moi nous sommes sur un même « pied d’égalité ». Vous vous sentirez plus léger, une fois que vous verrez en moi un allié.

 Enfin, aujourd’hui, si j’écris, si je vous écris c’est pour vous dire tout d’abord merci pour tous ces moments de complicité partagés mais aussi pour vous avouer  ma peine car dans une semaine à peine, vous serez tous en vacances. Quelle chance me direz vous !Vous allez pourvoir vous reposer, jouer, dessiner …. Mais moi, je suis loin d’être enthousiasmé.

Pendant un mois et demi, je serai enfermé dans le noir, du matin au soir,  avec pour seules compagnies : des tables, des chaises, des cahiers, des feutres, des craies , … tous muets !  Alors désolé  mais vivement la rentrée !

4 Responses to “je suis noir ou blanc…”

  • Sans savoir beaucoup sur toi je pense guère me tromper si je dis : encore une enseignante. Bravo ton texte ma replonge dans mon enfance ancienne certes car moi le tableau blanc je ne le connaissais pas. Le blanc était surtout la couleur de ma page de cahier……après de longs instants de profondes concentrations

  • ah ces habits de maitre d’école quant aux corps, ils nous collent , difficile de s’en débarasser!!! zut je suis démasquée! ;-)). Merci pr ton commentaire sherlock Huitre!

  • C’est un texte magnifique ecrit de main de “maîtresse”, c’est sûr. Je l’ai lu et relu, avec plaisir et en savourant tes mots, toujours musicaux. Bravo Smile, comme toujours, ce tableau que tu nous donne à lire ici me “parle” carrément. D’un bout de planche peint tu arrives à faire suinter des émotions.

  • merci lili. Ce bout de planche comme tu dis est la pièce maitresse de nos classes et c’est lui rendre hommage de maitresse que de lui consacrer un texte tout entier!! c’est une hibou idée non?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>