Histoires

L’Iran: la réélection de Mamhoud Ahmadinejad plus que controversée

Les élections présidentielles en Iran étaient très attendues autant par les Iraniens que par la communauté internationale. Tous espéraient un changement. Ainsi le candidat Moussavi représentait un espoir de changement et d’apaisement. En effet de nombreux Iraniens contestaient  de plus en plus le gouvernement tenu d’une main de fer par Mamhoud Ahmadinejad élu en 2005. Bien qu’il soit soutenu par Ali Khameini, guide spirituel de L’Iran, Ahmadinejad ne faisait plus l’unanimité dans l’opinion publique iranienne. Un débat politique important a existé lors de cette campagne électorale.

L’Iran: la réélection de Mamhoud Ahmadinejad plus que controverséeBien sur ce débat n’a été que partiellement repris par les médias iraniens. Par peur d’être interdits, suspendus, les journaux opposants se sont autocensurés pour éviter que leurs journalistes ne soient arrêtés et mis en prison par un régime qui ne respectent pas les libertés de la presse et d’opinion. Les médias iraniens sont clairement muselés par un pouvoir autoritaire qui ne veut pas entendre la contestation de plus en plus visible.

En effet durant la présidence d’Ahmadinejad, la société iranienne s’est lentement repliée sur elle-même et les efforts de modernisation poursuivis par son prédécesseur Mohamed Khatami, n’ont pas été suivis. Ahmadinejad soutenu par les gardiens de la révolution, s’appuie sur son charisme pour convaincre les foules. Son discours populiste en 2005 avait séduit les classes moyennes iraniennes qui étaient touchées par une pauvreté de plus en plus importante. Cependant le bilan du mandat d’Ahmadinejad est loin d’être positif pour une grande majorité d’iraniens. Bien entendu cette majorité ne prend pas en compte les partisans d’Amadinejad et ceux qui font partie de sa clientèle.

Ainsi on aurait pu croire que le résultat des élections apporterait du changement et verrait la victoire de Moussavi. Ils n’en est rien. Ahmadinejad a été réélu avec 62,63% des voix. Dès la publication de ces résultats, Moussavi et ses partisans ont contesté les résultats qu’ils ont jugé frauduleux. De nombreuses contestations se sont fait sentir autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. D’ailleurs Hervé Gainot a déclaré que cette élection n’étaient bonne pour personne”. Ce week-end, de nombreuses manifestations ont eu lieu en Iran. Elles ont tourné à l’affrontement entre les manifestants et les forces de l’ordre. Plus de 170 arrestations montrent que ce régime répriment tout acte d’opposition qu’ils soient pacifiques ou non.

Quant aux médias internationaux ils demeurent sous haute surveillance. D’ailleurs les ondes de la BBC World ont été brouillées et des journalistes de la télévision allemande zdf et ard ont été arrêtés et conviés à quitter le pays sous peu. Quant à la chaîne Al Arabya, elle ne diffuse pas de nouvelles venant de l’étranger. Pour certains, cette mainmise sur les médias iraniens mais aussi internationaux révèlent bien que ce scrutin demeure frauduleux. Pour preuve, le gouvernement iranien a interdit toute manifestation en faveur de l’opposition. Une manifestation prévue aujourd’hui a été clairement interdite par le gouvernement qui la réprimera de toute façon.

Bien sur la démocratie ne s’impose pas du jour au lendemain. Mais un changement aurait pu laisser entrevoir un sursaut et un espoir pour le futur. De plus la réélection d’Ahmadinejad n’arrange en rien les relations qu’entretient l’Iran avec la communauté internationale. L’élection de Moussavi aurait été un progrès et aurait auguré un meilleur climat international. Pour l’instant l’Iran doit se stabiliser et espérer que la communauté internationale réagisse fermement face à ces élections controversées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>