Histoires

Catch my look, if you can #1 : Alex

Alex, du haut de ses 21ans, est un grand passionné de mode et se prête volontiers au jeu de l’interview. On a immédiatement pensé à ce drôle d’oiseau de nuit, rencontré au Social Club, pour ce premier volet de “Catch my Look if You Can”.


Pour ce premier volet de “Catch my look, if you can”, on a voulu frapper fort : non seulement on vous balance le look d’un mec, mais en plus pas n’importe lequel.
Alex, ça serait un peu une réinterprétation de “Retour vers le futur”. Tout simplement parce qu’on ne sait plus trop à quel style le rattacher, tant il sait brouiller les pistes et manier la mode de main de maître. Loin de copier à la lettre les pages en papier glacé, il s’en amuse, va piocher ça et là et se compose un look sur-mesure sans se préoccuper de ce qui est plébiscité en masse par la clique inviolable des magazines de mode.
Entre délires futuristes  et apologie du vintage, retour sur une interview haute en couleurs.

19h30, voilà Alex qui débarque. Pas de doute à avoir, c’est bien lui : large sourire, il vient nous faire la bise un peu timidement et on remarque avec un amusement de connivence la cravate qu’il s’est accrochée autour de la tête. Un détail osé qui non seulement a le mérite d’annoncer la couleur sur sa personnalité ultra décalée, mais lui va, en plus de ça, comme un gant.

Catch my look, if you can #1 : AlexL’équipe du Dressing-Room : On a déjà remarqué la cravate en bandeau autour de ta tête, les deux chaussures dépareillées, alors où vas-tu puiser toutes ces idées ? Comment définirais-tu ton style, tes influences ?Alex : Je m’inspire avant tout de ce que je vois dans la rue, des mecs qui ont un style complètement décalé, hors-norme, ça m’inspire vraiment. Dans un autre registre, je fais pas mal d’expos, ce qui me donne la possibilité de trouver de l’inspiration et des idées. Enfin, je lis une quantité de magazines de mode, et m’arrête principalement sur les pages de style.

L’équipe du Dressing-Room : Ah ! Alors quels sont les magazines qui ont grâce à tes yeux ?

Alex : L’officiel pour homme, Wad, Shoes-up… J’aime particulièrement les séries de photos. Mais c’est vrai que je ne m’arrête pas là : j’ai la chance d’avoir dans mon entourage plusieurs amis créateurs qui me permettent de puiser et de m’inspirer allègrement de leur style, de leur collection. Ça pousse vraiment à se créer un look, à se différencier.

L’équipe du Dressing-Room : Et d’ailleurs, en parlant de composition de tenue : tu as un style idéal ? Une tenue de prédilection ?

Alex : Non. Je fais selon l’inspiration du moment. J’aime changer, passer d’une tenue à l’autre, d’un univers à un autre. Je me fais un délire sur une tenue et puis après je me démène pour créer un style entier, qui coïncide entre la tenue, les cheveux, les lunettes, les accessoires. Je peux aussi bien passer d’une allure de geek ultime à un truc totalement barré et fluo. Je pense qu’il ne faut pas rester confiner dans un “monde”. Au contraire : pour moi la mode est avant tout un moyen de m’éclater, je ne veux surtout pas me prendre la tête avec ça. J’veux être ouf !

L’équipe du Dressing-Room : Le premier designer accroché dans ta penderie ?

Alex : Castelbajac. Je suis un fan ultime. A peine arrivé à Paris, j’ai eu la chance de me retrouver à son défilé Haute couture. Castelbalgac, le premier gros coup de foudre : t’es trop fun, t’es ouf, t’es trop easy (Ndlr : il fait mine de s’adresser à JCDC).

L’équipe du Dressing-Room : Ton dressing, il s’organise comment ? Tu ne te perds pas avec toutes tes fringues ?

Alex : Je suis ordonnée : tout est rangé par “hauts”, “bas” et accessoires.

L’équipe du Dressing-Room : Wow ! C’est minutieux tout cela. Et tu as toujours vécu à Paris ?

Alex : Je suis à Paris depuis un an et demi. A l’origine, je viens de Biarritz. Mais c’est dingue le décalage qu’il peut y avoir entre Paris et le reste de la France. Je sais que ça peut paraître un peu segmentaire de dire ça, mais quand je suis ici, à Paris, je vois vraiment un “royaume de la mode”. Je m’y sens bien, à l’aise. Il y a quelque temps, lorsque je suis allée à Bayonne, je me suis sentie vraiment mal à l’aise : j’avais mon jean slim et mes docs aux pieds, alors que rien de tout ça n’était encore vraiment “à la mode”, et je me rappelle du regard effaré des gens…. C’est là que tu sens qu’il y a bien pire qu’un décalage : c’est retour vers le futur !

L’équipe du Dressing-Room : Et tu as des idoles ? Des mecs (ou des filles, pourquoi pas ?) qui sont des modèles ?

Alex : Parfois, des gens me disent :
-”hey, tu me fais trop penser à quelqu’un.
- Steve Hurkel ?
- Oui ! c’est ça !”
On me le dit souvent, mais j’assume ! (Ndlr : il rit). Sinon, j’avoue adorer jouer les mecs un peu Nerd, ça me fait marrer. Je me rappelle d’une soirée hallucinante au social club, “Nerd is beautiful“. Pour l’occasion, j’avais raccourci mon pantalon, et m’étais démené pour me faire le total look : j’avais été fouiné dans des boutiques vintage, pris les fringues aux couleurs les plus ignobles possibles. Je m’étais dégoté des chaussures à pompons et un nœud papillon. J’avais terminé mon look en me faisant une raie sur le côté et en usant de gomina à fond. Les clichés ont la vie dure ! (Ndlr : on salue allègrement l’expression ! )
En tout cas, j’assume complètement et j’en suis fier ! Mais ça a payé puisque j’ai passé l’une des meilleures soirées de ma vie, et me suis fait applaudir par le videur !

L’équipe du Dressing-Room : La musique qui t’inspire ?

Alex : c’est vrai que ça compte beaucoup dans l’univers que l’on se créé. Autant que pour mon style, j’apprécie les musiques décalées, underground, l’esprit électro aussi. Mais indéniablement, pour avoir toute cette effervescence culturelle, ces soirées dingues, la plupart du temps il faut venir à Paris pour avoir la chance de découvrir des choses uniques.

L’équipe du Dressing-Room : Quel message souhaites-tu faire passer concernant la mode ?

Alex : Surtout ne pas faire comme tout le monde ! Créez-vous votre style, affirmez-vous ! Ce que je trouve dommage, c’est que les gens se fient trop à “ce qu’il faut avoir” en suivant les diktats des magazines et des influences de masse. Il faut s’inspirer, mais surtout ne pas copier !

L’équipe du Dressing-Room : de la suite dans les idées, Alex, de la suite dans les idées… 

Maty & Loou pour l’Equipe du Dressing-Room

Catch my look, if you can #1 : Alex

Catch my look, if you can #1 : Alex

Catch my look, if you can #1 : Alex

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>