Coeur

le 19 mars 2009…

Article sélectionné par Kwelet lors de sa semaine de Rédaction en Chef !

avortement

Ce jour là, tu aurais du être contre moi

J’aurais caressé ta petite tête,

J’aurais embrassé tes petits pieds,

J’aurais déposé des baisers sur ton corps en entier

Toi et moi, ça aurait été une histoire fusionnelle

Par toi j’aurais été immortelle.

Moi, non, ta maman a préféré être lâche

Elle a préféré penser à ses intérêts.

Ton papa aussi a été lâche

Il a préféré penser à sa fierté.

Ta maman regrette par moments,

Elle en pleure toujours,

Les gouttelettes de lait qui coulent de ses seins,

Lui font penser que tu n’es pas là.

Je me sens vide de toi.

Ils ne se parlent plus,

Et c’est bien mieux comme ça,

Ils ne peuvent plus se regarder,

Sans y penser,

Et c’est bien mieux comme ça.

Je me sens vide de toi.

Jamais je n’oublierai cet acte si douloureux,

Moi qui par moment est insensible,

Moi, la scientifique qui n’en avait rien à foutre d’un amas de cellules,

Je t’aime…

(cc) Gabriela Camerotti

9 Responses to “le 19 mars 2009…”

  • oh ma cherie tu sais que j’aurais tout comme toi souhaite que tu n’aies pas a recourrir a cette terrible epreuve mais maintenant c’est derriere toi et tu ne peux malheureusement rien y changer.
    J’ai compris a contre coeur que c’etait probablement la decision a prendre dans ton cas, courage ma belle…..

  • Allez, courage, ma chérie (j’ai failli t’appeler mon amour, car c’est ce que tu as besoin en ce moment…). Ton enfant n’est pas là, mais Dieu sait si, un jour, tu pourras lui donner une autre chance. Pleure sur mon épaule, ma chérie, ça fait du bien. Tu as ta vie entière pour relativiser ton geste. Cela ne passera pas du jour au lendemain. Tu es forte. Tu es belle. Et je te soutiendrai de toutes façons.

  • @ frenchi et storia : merci du fond du coeur pour vos mots de réconfort, le pb c’est que des mois après on se dit qu’on va oublier mais c’est tjs autant présent. Et je sais que j’y penserais tous les jours quoi qu’il advienne, je regrette mon geste mais bon au même temps, j’avais pas vraiment le choix

  • ce que j’essayais de dire maladroitement c’est que tu ne pourras jamais oublier mais avec le temps tu arriveras a faire avec. Ca ne sert a rien de te culpabiliser et te faire encore plus mal inutilement car tu ne peux rien y changer.
    Dans mon cas, lorsque ma fille est decedee, meme 18 ans apres c’est encore present mais on passe a autre chose.
    En tous les cas tres joli texte

  • ouais malheureusement je sais que je ne pourrais jamais oublier ,je te remercie mon frenchi d’avoir apprécier mon texte qui a été écrit en 2 minutes chrono.

  • ton texte me touche particulièrement. je ne comprends que trop bien ta douleur.
    Je suis passée par là. Je n’oublierai jamais cette petite espérance de vie, ce petit rond noir, à l’écho, ce positif sur le résultat de mon analyse de sang.En me séparant d’elle ou de lui, c’est une partie de moi qui est partie à ce moment là.
    je sais bien que c’était la meilleure solution dans ma situation passée mais notre séparation restera toujours une blessure qui ne se cicatrisera sans doute jamais. il faut apprendre à vivre avec son sans!

  • Merci pour ton commentaire smile, exactement on a l’impression de perdre une partie de sois. J’ai vraiment bcp de mal à m’en remettre inconsciemment je voulais le garder. Mais parfois il faut plus écouter la raison que le coeur.

  • Très joli texte pour lequel j’ai du mal à trouver les mots : je pleure…

  • merci isabel juliette!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>