Histoires

Journée de la femme pour mieux montrer des inégalités persistantes.

Le 8 mars, journée de la femme. Oui mais s’il existe une journée de la femme cela signifie que la femme n’est pas égale à l’homme. En effet la journée de l’homme n’est pas inscrite dans notre calendrier. Son existence prouve que les problèmes d’inégalité ne sont pas derrière nous mais devant nous.  D’ailleurs même en France l’égalité homme femme est loin d’être acquise. 

Journée de la femme pour mieux montrer des inégalités persistantes.En effet, même si les femmes sont de plus en plus présentes en politique, elles atteignent  rarement des postes importants. Elles subissent plus de raillerie, on leur met parfois plus de bâtons dans les roues. Dans le monde de l’entreprise c’est la même chose.  Très peu de femmes obtiennent des postes de PDG.  Dans le cas où elles l’obtiennent, elles l’ont souvent fait en sacrifiant leur vie de femme voire leur vie de famille.

Ces femmes sont vues comme des femmes qui ne pensent qu’à leur carrière ou comme des arrivistes.   En plus pour un poste égal elle ne touche pas un salaire égal. Une femme gagne 20 à 25% de moins qu’un homme.  Elles peuvent subir plus de pressions (harcèlement moral voire sexuel). Le harcèlement existe aussi dans l’autre sens bien sûr, il ne faut pas se leurrer ni se tromper de cible.

Dans le domaine familial même si les choses ont fortement évoluées, la femme doit être mère et s’occuper de ses marmots. Un père qui s’occupe autant de ses gamins que le fait sa femme est vu comme un père modèle voire moderne. Eh oui le congé parental pour les hommes n’est que de deux semaines et n’ a été mis en place qu’en 2002.

Dans le domaine relationnel les inégalités se répètent.  Parfois une femme qui couche le premier soir ou drague trop fortement un mec peut être considérée comme une allumeuse voire une salope (fille facile…). Au contraire un mec qui drague même lourdement, ou qui vous fait du rentre dedans pourrait être considéré comme  un Don Juan, un tombeur, un beau gosse. Tout  le monde ne pense pas comme ça heureusement. Il doit exister autant de femmes bien que d’hommes bien. Jamais on lui reprochera d’avoir céder trop rapidement à la tentation. Eh puis une femme trop indépendante, trop intelligente fait peur.  Mais bon, en France, des associations existent sans qu’elles soient des repères féministes. Ni putes, Ni soumise en fait partie. La HALDE peut répondre en cas de discrimination avérée. D’autres se consacrent à aider les femmes en difficulté, les femmes qui subissent des violences conjugales…

Dans d’autres pays des filles continuent à être exciser, à être répudiée, à être mariée de force (ces pratiques s’exportent aussi en France)…  Par exemple en ce moment jusqu’à aujourd’hui la rose Marie Claire est mise en vente pour que  des petites filles cambodgiennes soient scolarisées.  Ce n’est qu’une goutte dans la mer des injustices. Mais c’est toujours ça. Il reste tant des choses à faire.

Bien que nous soyons différentes des hommes dans notre conception  biologique cela ne signifie pas que nous ne sommes pas moins intelligentes qu’eux. On a tous à apprendre des choses d’autrui. Les hommes en apprennent autant des femmes, que les femmes en apprennent des hommes.

Voilà un panorama non exhaustif des discriminations que peuvent subir quotidiennement les femmes de nos jours.

 (cc) TheAlieness

3 Responses to “Journée de la femme pour mieux montrer des inégalités persistantes.”

  • Bon. Je suis une femme, je ne me considère pas comme plus bête ou incompétente qu’un homme, mais alors là, le concert de pleureuses “bouhouhou on est discriminééééeees”, ras la fouf. Ca fait tellement “victime permanente”, quand on lit ça on a l’impression que les femmes sont réduites en esclavage et qu’on m’aurait pas prévenu. Et puis, franchement, quand tu dis :
    “Très peu de femmes obtiennent des postes de PDG. Dans le cas où elles l’obtiennent, elles l’ont souvent fait en sacrifiant leur vie de femme voire leur vie de famille.”

    Tu penses que les hommes à des postes de PDG sont aux 35h et passent leurs weekend à préparer les costumes de la pièce de théâtre de Brian ?
    “Dans le domaine familial même si les choses ont fortement évoluées, la femme doit être mère et s’occuper de ses marmots. Un père qui s’occupe autant de ses gamins que le fait sa femme est vu comme un père modèle voire moderne. Eh oui le congé parental pour les hommes n’est que de deux semaines et n’ a été mis en place qu’en 2002.”

    Taré, ça, quand on fait des gosses on s’en occupe. Si ton mari ne s’occupe pas de tes mômes, t’avais qu’à pas pondre avec un con, pas la peine de beugler à la discrimination. Le congé parental, ouééé, super, c’est vrai qu’avant que ça existe on ne pouvait phyiquement pas s’occuper de ses gamins. Non mais quel rapport, franchement.
    “Dans le domaine relationnel les inégalités se répètent.”

    Honteux ça. Vivement qu’on ait des lois pour expliquer aux gens comment ils doivent se comporter entre eux.
    “La HALDE peut répondre en cas de discrimination avérée.”

    Oh oui, la HALDE, c’est super ça. C’est l’organisme qui fait que la délation c’est bien, comme quand on dénonçait les Juifs, heureusement que les bonnes habitudes ne se perdent pas trop.
    “Bien que nous soyons différentes des hommes dans notre conception biologique cela ne signifie pas que nous ne sommes pas moins intelligentes qu’eux. On a tous à apprendre des choses d’autrui. Les hommes en apprennent autant des femmes, que les femmes en apprennent des hommes.”

    Comme c’est vrai. Et l’eau, ça mouille. Toi aussi, enfonce des portes ouvertes.
    Bref. Il y a des discriminations et des inégalités, c’est normal que l’Etat tente de limiter la casse par des dispositifs judiciaires, mais une journée de la femme, c’est ridicule. Et un article qui ânonne toutes les injustices faites aux femmes avec un ton de maîtresse d’école, c’est chiant.

  • ça ne fait pas de mal de rappeler les inégalités.

    Il ne faut pas oublier tous les pays où les femmes ne sont pas aussi libres qu’en France.

    Avant, je n’étais pas trop pour cette journée. Mais, à cause de mon deuxième paragraphe, et parce qu’une femme, sur France 5, dans le magazine de la santé le 6 mars, a rappelé que cette vision de l’absence d’intérêt était purement hexagonale, aujourd’hui, je trouve que “crier” plus fort au moins un jour contre les atteintes de la société à l’égalité n’est pas si mal. Même si j’admets que c’est au quotidien que ça doit se faire. Et qu’il faudrait quelque chose de plus global et plus durable en supplément.

    Continuons à enfoncer les portes ouvertes ! Car certain/e/s n’ont pas encore vu les ouvertures. Surtout que, parfois, elles sont encore fermées.

    Christelle

  • En France ça va, on n’a pas (trop) à se plaindre, mais les violences faites aux femmes continent non seulement en France, mais aussi et surtout en Afrique, et partout ailleurs, rien que pour l’excision, les mariages forcés, les jets d’acides au visage des jeunes filles pour laver l’honneur masculin bafoué, tout ça mérite qu’on oublie pas, et qu’on continue d’en parler. Et une journée de la femme pour avoir un peu plus l’occasion d’en parler, et d’agir, franchement, pourquoi pas? Une journée de l’homme, ça, ce serait ridicule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>