cinoche

Slumdog millionaire : la déception

Article sélectionné par BritBrit lors de la semaine de rédaction en chef

Encore un film puissant, encore une adaptation d’un livre.

Slumdog millionaire : la déceptionMais autant mon avis était tranché pour “Les Noces rebelles” et “L’Etrange histoire de Benjamin Button“, autant ici, je ne sais que penser.

Je ne cache pas avoir été… déçue ? Non, ce serait trop fort et injuste mais un peu décontenancée tant ce que j’ai vu était en décalage avec mes attentes. Il faut dire que cela m’apprendra. Les critiques étaient beaucoup trop dithyrambiques. Et pourtant, je sais bien que dès qu’un film sort, il faut que je cours le voir avant que l’avis des autres pollue le mien.

L’histoire est d’une violence inouïe, tout ici est brutal. Et contrairement aux romances, ce qui est peut-être le plus dérangeant, c’est de penser qu’à l’heure où nous regardons ces images, tranquillement lovés dans nos confortables strapontins, des enfants et adultes sont en train de vivre ce qui nous est projeté sur la grande toile blanche, nous obligeant à fermer quelques fois les yeux, tant certaines scènes sont insupportables.

Seul Danny Boyle était capable de retranscrire ce déchaînement quasi moyenâgeux. Le réalisateur de la violence urbaine. “Petits meurtres entre amis”. “Trainspotting”. “Slumdog Millionnaire”.

Évidemment, certains paysages sont magnifiques, en contradiction avec le “slum” (le Taj Mahal est aussi majestueux que le panorama urbain est vomitoire), les acteurs sont talentueux autant qu’ils sont magnifiques (non, non, ne voyez ici aucun nationalisme mal placé :)). Et surtout, malgré ce flot de médiocrité urbaine, l’Amour apparaît comme une lueur d’espoir, vainqueur envers et contre tout.

A noter une bande-originale absolument fantastique.

Jamal Malik, 18 ans, orphelin vivant dans les taudis de Mumbai, est sur le point de remporter la somme colossale de 20 millions de roupies lors de la version indienne de l’émission Qui veut gagner des millions ? Il n’est plus qu’à une question de la victoire lorsque la police l’arrête sur un soupçon de tricherie.

Sommé de justifier ses bonnes réponses, Jamal explique d’où lui viennent ses connaissances et raconte sa vie dans la rue, ses histoires de famille et même celle de cette fille dont il est tombé amoureux et qu’il a perdue.
Mais comment ce jeune homme est-il parvenu en finale d’une émission de télévision ? La réponse ne fait pas partie du jeu, mais elle est passionnante.

ndlr : Titre modifié par la rédaction LR. Titre original : “Slumdog Millionaire”

3 Responses to “Slumdog millionaire : la déception”

  • Je vais le voir samedi depuis le temps que je dis qu’il faut que j’y aille. j’ai pas lu le livre. Mais en lisant je me dis que ceal vaut le coup. Enfin on verra bien si ce film mérite les 8 oscars qu’il a rçu ou non.

  • Coucou
    Je l’ai vu samedi dernier (14 semaines après sa sortie, je sais), et j’ai vraiment aimé, je l’ai trouvé… Puissant. Réel.
    Mais alors, ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi toi, tu n’as pas aimé, est-ce que c’est à cause de sa “violence”?

  • Moi non plus, je n’ai pas du tout aimé, et je ne comprends même pas l’engouement des critiques et des spectateurs pour ce film!

    La belle et poignante description d’enfance se mue en histoire d’amour niaiseuse au possible, la bande-son et la vitesse des images rappellent plus le clip musical que le long-métrage de cinéma, les passages “télé” sont redondants et très laids au niveau de la réalisation…

    Une très très grosse surprise, dans le sens négatif du terme!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>