Back Room

La grande désillusion

Article sélectionné par BritBrit lors de la semaine de rédaction en chef

C’est comme si, finalement, l’histoire se répétait inlassablement. On vous parle d’un truc génial, LE truc tendance que vous devez à tout prix essayer. Et vous essayez. Et vous êtes déçue. Une fois de plus.

La grande désillusionLes Fucking-Friend, c’est exactement la même chose. Votre bienveillante amie Germaine vous affirmait que c’était le top du top, le nec plus ultra, le bon compromis entre la baise et le couple en CDI. “Mouille-toi donc, mon amie ! Tu verras, on y trouve tous les avantages du couple, sans les désavantages !”. Et bien, moi, je vous affirme le contraire : Il n’en est rien. Les fuckbuddies c’est une prise de tête inimaginable.  Peut-être même vous prenez-vous moins la tête avec votre chéri, lorsque vous en avez un. Et sincèrement, je l’espère pour vous.

D’une part, votre fucking-friend, faut pas se leurrer : Vous vous attacherez. Et c’est parti pour une course-poursuite Facebookéenne à base de : “non-mais-qui-c’est-cette-salope-qui-l’allume”, et de : “est-ce-qu’il-se-la-tape-aussi.” Et bien sûr, un malheur n’arrivant jamais seul, vos questions, nous n’y répondrons pas. Et non ! Parce qu’à la différence d’une vraie relation, la fidélité n’est ici pas de mise. Et l’ami qui vous baise a tout droit d’en baiser d’autres. Sans vous le dire, ça va de soi. Vous en passerez, croyez-moi, des heures à vous tourmenter pour savoir si oui ou non il couche avec telle ou telle minette et à vous demander pourquoi il couche avec, qu’est-ce qu’elle peut lui apporter de plus que vous, pourquoi vous ne le comblez pas. Tableau déprimant, n’est-ce pas ? C’est sans compter les peines de cœur qui s’en suivent. L’un ou l’autre finit tôt ou tard par être blessé.

D’autre part, n’allez pas imaginer, naïve que vous êtes, que vous échapperez aux éternelles querelles de couple. Et non ! Vous avez tiré le mauvais numéro pour ça ! Que ce soit clair : Le gars avec qui vous couchez, vous avez au moins 7 653 raisons de vous prendre la tête avec. Un exemple ? Vous êtes bavarde, vous voulez faire part à toute vos copines du bel amant qu’il est, et de combien c’est bon d’être au pieu avec lui. Matière à engueulade : Lui, il comptait sur votre discrétion. Et ce gars que vous draguez ouvertement à la cafet’, ça le met mal à l’aise. Si vous n’êtes pas satisfaite avec lui, allez voir ailleurs. L’orgueil du mâle est touché, vous coulez.

Alors OK, c’est indiscutable, les Fucking-Friend ont des avantages ; Mais ne comptez pas sur lui pour être à la fois votre parfait amant et votre parfait ami. Non, je vous l’assure, ce n’est pas possible. Si vous souhaitez entretenir une relation de complicité avec le sexe opposé, cherchez plutôt à vous faire des amis ; C’est bien moins compliqué.

(cc) badjonni

9 Responses to “La grande désillusion”

  • Pssst, on dit “fuck friend”…

  • Meme si c’est souvent un piege, c’est bien de se rendre compte par soi meme de ce qui marche pour nous ou pas (moralement, sentimentalement et sexuellement)…un fuck friend c’est plus qu’une experience sexuelle finalement…

  • @M’dame Jo: Fucking Friend ça reste grammaticalement correct… Et de facto aussi ; )

  • Grammaticalement correct, oui, mais le sens n’est pas le même…

  • Je sais bien que je me bats contre du vent, vu que les 80% de la francophonie a décidé que c’était l’expression consacrée, mais je suis une idéaliste, parfois, donc je tente l’explication:

    Tu fais du sexe avec ton “fuck friend” mais tu pestes contre ce “fucking friend” qui n’est même pas foutu d’arriver à l’heure au rendez-vous de la même manière que tu vas t’énerver ton c’te fucking voiture qui tombe toujours en panne, etc.

    Donc, fuck = sexer et fucking truc = ce putain de truc

  • Merci pour cet éclaircissement mais j’étais consciente du changement de sens. Seulement ici, le sens “fucking friend” au sens de “putain de copain” me semble approprié… C’est pas non-plus comme si je faisais l’apologie des FuckBuddies (d’ailleurs, je trouve que ce terme sonne mieux).
    De plus, “fucking friend” peux aussi prendre le sens de “pote qui baise” ou, si tu préfères, “pote baisant”, ce qui est sérieusement approprié au contexte. Tu en conviens ?

    Bref, il s’agit ici d’un jeu de mot bidon, j’en conviens, mais justifié.

  • Peut-être qu’on est trop sentimentale et q’on s’attache trop vite. Moi je suis pas sur que je pourrais. Les choses ont l’air clair au début et s’obbscurcussent surement rapidement. Enfin ce qui compte c’est que tu aies passé un bon moment s’il a un prix.

  • J’ai personnellement eu la meilleure relation “fuck friends” qui puisse exister je pense – après avoir fait un rapide sondage autour de moi – à chaque fois qu’on était célibataires, on se voyait, pas exclusivement, c’était clair, et c’est un de mes meilleurs amis. Bizarrement ça n’a jamais rien entaché entre nous. La 1ère fois était une pseudo relation normale, ça n’a pas pris, les suivantes étaient du pur “fuck friends”, juste ce qu’il nous fallait chacun de notre côté à ces moments-là : de la tendresse et une bouche à embrasser (et quelle bouche…). Bon. Très bon. Et je me réjouis pour lui qu’il soit en couple et heureux aujourd’hui :)

  • J’ai eu quelques fuck friends, et c’est vrai que c’est une expérience sympa, même si généralement ça part vite en embrouilles… Entre la jalousie, les sentiments, les ex-petits(es)-amis(es) et les futurs(es)…
    Le seul avec qui ça a tenu un peu plus longtemps, c’est mon fiancé actuel ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>