My Space

Pourquoi je ne passerai pas mon permis de conduire

Article sélectionné par Mimi lors de sa semaine de rédaction en chef 

Je n’ai pas mon permis. Je n’ai même pas essayé de le passer. Enfin, si, j’ai essayé, un peu : quelques leçons de conduite, deux trois séances de code. La conclusion est sans appel : JE NE PASSERAI PAS MON PERMIS DE CONDUIRE.

Pourquoi je ne passerai pas mon permis de conduireEt pour quelle raison, me demanderez-vous. Le permis, c’est pratique pour conduire une voiture. Le truc de dingue, c’est que c’est même fait pour ça. Comment dévaler la Route 66, les cheveux au vent au volant de ma Cadillac rose décapotable sans ça ? Comment continuer à me la jouer femme rebelle et indépendante si je reste coincée sur le quai de la gare à attendre un train qui n’a qu’une heure de retard ? JE NE PASSERAI PAS MON PERMIS DE CONDUIRE (je sais je radote)

Pourtant, tous ceux qui ont l’honneur de faire partie de mon entourage ne manquent pas d’arguments pour me convaincre. Comment tu feras quand tu auras des enfants ? Sachant que je ne suis pas encore capable de faire tourner une machine sans inonder la salle de bains et que quand je fais cuire des cookies, les voisins appellent les pompiers, c’est pas demain la veille que j’aurai des marmots. Et pour trouver du travail ? C’est indispensable maintenant d’avoir le permis pour trouver du travail ! Ça c’était l’argument favori de maman jusqu’à ce que je trouve du boulot. Les doigts dans le nez et sans papier rose. DONC, JE NE PASSERAI PAS MON PERMIS DE CONDUIRE.

D’abord pour des raisons pratiques. Passer son permis, ça coûte cher. Et avoir son permis sans voiture, c’est un peu comme passer des heures à cuisiner un énorme fondant au chocolat et ne pas pouvoir le manger à la fin. Bonjour la frustration. Et mettons que je gagne à l’Euromillions : je me paye une Prius et un chauffeur-sosie-de-Joaquin-Phoenix (avant qu’il se mette au hip-hop évidemment). Et si je gagne juste au morpion, ça me ferai quand même mal aux fesses de claquer mon gain dans un papier rose (que je perdrai de toute manière au bout de 4 jours) et dans une Super 5 cabossée, alors que je pourrais m’offrir mon poids en chaussures.

Et ma Super 5 cabossée, je la gare où ? Parce que garer sa voiture en ville aujourd’hui, c’est un peu l’épreuve d’immunité de Koh-Lanta : psychologiquement épuisant, et au final, ça change rien à ton quotidien, parce que tu dois prendre le métro pour rentrer chez toi. Et puis je suis tout à fait capable de ne plus me rappeler où je l’ai garée, moi mon tas de ferraille. D’autant plus que je ne m’en servirai probablement que pour aller chez Ikéa, pendant les soldes. Donc pas souvent. Et pour le reste de mes voyages, je dégaine ma carte 12-25. Et pendant ce temps-là, la pauvre petite voiture, seule et abandonnée de tous, se fera enlever par la fourrière (parce que je l’aurais évidemment mise sur un stationnement interdit), et je ne m’en rendrai compte qu’au moment des soldes d’été.

Ensuite, les raisons éthiques. J’ai le bilan carbone d’un nouveau né. Avoir une voiture, qui aura donc probablement mon âge et qui consommera l’équivalent du PIB du Kenya en un seul plein, ça ruinerait tous mes espoirs d’aller au paradis des écolos. Et moi qui rêve de tailler une bavette avec Leonardo Dicaprio dans l’au-delà, comment serait-ce possible si je m’évertue à trimballer mon épais nuage de CO2 partout ou je vais ?

Enfin, les raisons évidentes. Passer mon permis sous-entendrait que j’aurais une chance, même infime de l’avoir. Or, je n’arrive même pas à piloter mes propres jambes, et encore moins mes bras ; alors de là à ce que je sois capable de maîtriser plusieurs centaines de kilos de métaux divers capables d’aller à une vitesse folle…

Pour réussir son permis de conduire, il faut avoir assez de confiance en soi pour se dire “un jour ma fille, tu sauras conduire”. Ce n’est pas mon cas. Je pense en toute sincérité que le simple fait de poser mes mains sur le volant d’une voiture, c’est signer l’arrêt de mort de tous ceux qui se trouvent entre mon point de départ et mon point d’arrivée. La preuve : les deux fois ou j’ai tenté de conduire la voiture de mes parents, j’ai envoyé des chênes et une haie de romarin au paradis des arbres.

De surcroît, va savoir pourquoi, je suis absolument incapable de reconnaître ma droite de ma gauche. Pas besoin d’avoir beaucoup d’imagination pour répertorier les conséquences dramatiques que cette légère déficience pourrait avoir : un quart d’heure de gloire morbide dans la rubrique faits divers du 13h de TF1, la folle qui a pris l’autoroute à contre-sens et qui ne s’en est rendue compte qu’au bout de 200 bornes.

JE NE PASSERAI PAS MON PERMIS DE CONDUIRE. Et c’est pas la peine d’insister.

(cc) freeparking

5 Responses to “Pourquoi je ne passerai pas mon permis de conduire”

  • Merci pour cette bonne tranche de rigolade! même si je ris un peu jaune tout de suite après :)
    Le permis, je l’ai passé deux fois, et deux fois je l’ai raté.
    Pour faire comme tout le monde, je me suis inscrite au code relativement tôt, mais je n’y allais pas, et puis ça a traîné et puis j’ai dû passer le permis à l’arraché….bref, deux échecs in extremis.
    Et maintenant je dois tout recommencer.
    Alors à moins d’un gros chèque qui tombe subrepticement dans ma boîte aux lettres, ça attendra.

    Par contre à tes dires, tu sembles vivre à Paris, où une voiture relève plus d’une charge que d’un engin utilitaire.
    En province, sans voiture : pas de sortie le soir, difficile de trouver un petit job pour payer ses études qui ne soit pas trop loin, etc etc la liste est longue !

    J’ai décidé de faire une pause, en attendant d’avoir des sous pour le repasser, et surtout j’attends avec IMPATIENCE le passage des nouvelles réformes : code individualisé, permis mieux évalué (en gros tu te fais plus tej pour un détail). Y en a marre des candidats recalés (50%!) et des sous jetés par la fenêtre.

    Par contre j’avoue si tu ne reconnais pas ta droite de ta gauche, là je ne peux plus rien pour toi ;)
    (moi ma phobie ce sont les voies d’insertion : “le camion arrive …il est loin…mais pas trop..j’y vais ?ah mais il se rapproche vite là…je m’engage..euh non, ah mais merde ya une voiture derrière qui me colle aux fesses!!!! JE FAIS QUOI ?!! “)

    AHHHHHHHHHHHHHHHHH

  • perdu bitter, je vis à marseille! et il y a quelques mois, à avignon! héhé…

  • Avatar of
    Petite_Bulle

    Même avant de regarder qui avait écrit cet article , je savais que c’était toi ! Ca fleurait bon la left-handed girl !

  • Je n’ai pas voulu le passer pendant tres tres longtemps… et je l’ai rate de nombreuses fois….. Au final, je l’ai eu et je remercie tout ceux qui m’ont pousse a ne pas baisser les bras….

  • Passer son permis juste pour le plaisir de conduire : louer (ou emprunter) une décapotable pour conduire cheveux au vent sur une route déserte avec “Born to be wild” à fond dans les hauts parleurs !

    Le permis, c’est la liberté d’aller où on veut, quand on veut !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>