Humeurs

25 – 30 ans, le grand écart

Il y a des gens qui grandissent quand ils vieillissent : moi je fais 1m59 depuis 15 ans, mais les 5 dernières années ont quand même vachement fait bouger les lignes… et non, je ne parle pas QUE des lignes sur le front. Même si je ne dirais pas non à douze litres de Botox. Enfin bref.

25 – 30 ans, le grand écartLa fille de 25 ans se demande comment avoir la classe. Elle trébuche souvent. Elle se tord la cheville. Elle désespère d’être un jour the woman with the cheveux dans le wind qui sentent good le shampoo, tu vois ?

La femme de 30 ans enchaîne les nuits en talons-aiguille sans problème. Et elle a les cheveux qui sentent le shampoing. Et elle se dit qu’à 35 ans, avec un peu de chance, elle n’aura même plus mal aux pieds après avoir dansé 4 heures sur 12 centimètres. Bouge pas, elle te reprend en ligne entre le pressing et les 90 minutes de soin intensif au spa.

La fille de 25 ans boit 12 cocktails par nuit et court 3 minutes avant de mourir. La femme de 30 ans boit 3 verres de vin rouge avant de mourir (mais au moins c’est détoxifiant) et court 21 minutes avant de ramper sur sa tendinite pour revenir chez elle. Au moins, les fesses ont la même fermeté.

La fille de 25 ans a les joues rondes comme des ballons et se demande si elle aura un jour ce creux si sexy sous les pommettes. La femme de 30 ans commence à creuser, juste parce que les joues rondes coulent. Un jour, ce sera des bas-joues. Un jour, il faudra vraiment 12 litres de Botox.

La fille de 25 ans vit entre sa coloc’ et des hôtels. La femme de 30 ans vit entre sa coloc’ et ses potes, ce qui est vachement mieux et bien plus polluant puisque réparti sur trois pays différents. Non, elle ne sait pas où est sa valise. Quelle valise, d’abord, la rose, la noire ou la grise ? Et sa paire de talons-aiguille rouges, elle est où ??

La fille de 25 ans se case : on lui a tellement répété qu’elle serait une future Bridget Jones. La femme de 30 ans aimerait oublier cette prédiction ridicule, d’ailleurs elle ne fume pas, et elle ne fréquente pas Hugh Grant, donc hein, la situation est TOTALEMENT différente.

La fille de 25 ans déteste les enfants, même pas en rêve elle en fait. La femme de 30 ans n’a pas du tout changé d’avis. Elle a toujours un peu la trouille de changer d’avis trop tard.

La fille de 25 ans se dit qu’elle voudrait des responsabilités, plus tard. La femme de 30 ans demande des responsabilités qu’on ne lui donne jamais, d’ailleurs elle n’a pas été augmenté depuis ses 25 ans. Par contre elle s’amuse beaucoup plus dans son boulot, depuis qu’elle a pris l’habitude de démissionner tous les six mois.

La fille de 25 ans se demande si elle pourra encore longtemps compter sur ses parents pour filer des coups de main. La femme de 30 ans file des coups de main à ses parents. Et c’est un des plus gros changements dans sa vie.

La fille de 25 ans angoisse. Elle a mal au ventre, elle déteste le moment de s’endormir. Elle se demande si elle va réussir à faire quelque chose de sa vie. La femme de 30 ans a réalisé un jour qu’elle n’avait plus mal au ventre, et qu’être très très occupée permettait d’oublier qu’on doit dormir… Alors au lieu de se demander si elle a une place à prendre, elle la prend, et si elle pouvait défoncer le plafond de verre à coups de talons-aiguille rouges, elle le ferait. En cinq ans à peine, elle passe de la théorie à la pratique, et elle trouve ça motivant.

En écrivant cet article, la femme de 30 ans trouve que devenir adulte prend beaucoup de temps. Et que malgré ses protestations (elle déteeeste avoir 30 ans), elle pourrait bien reprendre un verre de champagne… pour enfin, quatre mois après son anniversaire, fêter ça ?

(Une illustration de -anjolie-)

10 Responses to “25 – 30 ans, le grand écart”

  • j’aime bien!..j’ai pas encore 25 ans (encore quelques 9 mois, héhé…), me retrouve dans certains des traits,(les enfants :p) pas dans d’autres…mais ce n’est pas le premier article à ce sujet dans LR, chacune vit sa à sa manière ce ça montre bien que c’est une préoccupation assez présente et que beaucoup, beaucoup de choses se passent entre 25 et 30. la pression, moi? :)

  • Oui c’est vrai ce que tu dis Maïa ! Finalement on est jamais contentes c’est ça !
    On aimerait peut être toujours avoir ses 20 ans et rester jeune et belle !
    Et puis il se passe quoi à 40 ans ?

    On ne peut rien faire contre le temps qui passe malheureusement alors autant apprécier chaque minute, chaque instant.

    Etre heureux c’est un difficile exercice…

  • Je n’ai pas tellement l’impression d’être adulte, et pourtant, j’ai 40 ans et des brouettes (un certain nombre de brouettes)
    J’ai constaté que vieillir ne rend pas forcément adulte, et avoir des enfants non plus (si je prends pour exemple mon cas personnel).
    Mais tout ça n’est pas très grave, être adulte n’a pas l’air rigolo tous les jours :)

  • Mois d’un mois avant mes 25 ans et oui j’angoisse de ce que je vais faire de ma vie, envie de ressembler à ces trentenaires belles et sûres d’elles…un grand tournant psychologique en fait…
    Je n’avais jamais entendu dire que ça pouvait être difficile.
    Pas envie d’enfant, plutôt de carrière, de chéri mais pas trop vite ni sérieux même si mine de rien la famille harcèle avec cette stupide tradition des catherinettes…
    Ah là là c’est épuisant…
    Merci Maia !!!

  • Pas tant l’age physique qui fait la distinction, du moment en tous cas que le corps ne marquent trop le passage du temps. Incidence directe en faveur d’une vie active, incluant un seuil de mouvements & d’ouvertures diverses, a but déjà d’apprécier chaque matin (un challenge en soit), aussi de passer au suivant sans trop se demander comment cela c’est fait (fatalité oblige).

    Après, chacun doit trouver “sa” recette, définir rien que le mix entre sports (..), nutriments (gastronomie !), et activités socio-intellectuelles (et oui, le cerveau aussi est un muscle) est l’un des plus beau pari sur l’avenir disponibles de séries. Pas de raison pourtant que ce soit plus périlleux pour les uns que les autres ; au moins pas tant que la vie reste coop, question de confort, un bonus non négligeable, affect du moral oblige.

    Bel Article Maia, du moment que tu prends soin de toi, pas de raison d’avoir a craindre l’avenir, même si (réalisme oblige), bha, adaptation ?

  • bon, j’en suis encore au stade des 25 (enfin des 24 moins des brouettes) et je me reconnais bien là.Et ton article me donne presque envie d’avoir 30 ans. Enfin surtout en ce qui concerne la question de l’angoisse. Parceque même si je viens de signer un CDI (autant dire que j’ai trouvé le saint graal par les temps qui courent), il est rare que je m’endorme sans ma boule au ventre.

    Ceci dit, moi qui n’aime pas l’inactivité, je suis bien contente, parce que les 6ans à venir vont être bien chargés.

    (Et je milite aussi pour le champagne sans raisons. Pourquoi toujours trouver des prétextes aux bonnes choses?)

  • Je trouve ton article tellement vrai…et à bien des propos, je m’y retrouve drôlement (oui, vaut mieux en rire qu’en pleurer!!).
    Je soufflerais ma trentième bougie l’année prochaine et j’ai l’impression de n’avoir pas changé d’un poil…excepté le regard des gens quand vous annoncez la couleur et que vous déclarez et ne pas avoir d’enfants ni de pas être mariée…à se demander si pour exister en tant que que femme il faut forcèment rentrer dans ces moules-là ! ( pour mes vieilles tantes, oui !!)
    Quoi qu’il en soit, à l’approche de la trentaine vous passez pour la philosophe du groupe (vous êtes toujours dispo pour donner des conseils de “pro” à toutes les midinettes qui gravitent autour de vos potes), la super responsable (oui, fini le temps de l’insouciance arghhh!!)…
    Bon, ben vive la trentaine…. T_T

  • J’ai trente ans ! Ooooh ! Pu….rée ! Trente Ans ! Ça paraissait tellement, tellement loin, trente ans, il n’y a pas longtemps : quand j’étais plus jeune – mettons vingt-ciq ans, tiens! – je m’imaginais déjà mes trente ans, lointains, un peu comme la mort (Je vois déjà les plus âgées que ça bondir, mais comprenez la pauvre demeurée de trente ans que je suis !).
    Je voyais les premières rides, les pots de crèmes et d’anti-cernes alignés dans la salle de bain (ben oui, j’en ai, mais pas tant que ça, ce n’est pas une armada, non plus !), et avec ça, la partie la plus intéressante de ma vie derrière moi, bien entendu. En même temps, je voyais aussi la femme accomplie que j’allais devenir, installée confortablement, entourée par – au moins ! – deux enfants qui feraient raisonner leurs rires dans une jolie case, avec piscine et jardin. (Imaginez la jolie mélodie fleurie au piano en même temps !).
    Je me voyais surtout bien casée, ET évidemment avec un Super Mâle Solide (SMS), très à l’écoute, toujours prêt à me seconder et à me soutenir… Et STOP !!!!! Et Pfuittt ! Envolés, les trémolos, je suis de retour sur le plancher des vaches. Trêve de rêves, je suis juste plus assurée, la même en mieux, quoi!! Une femme devient encore plus intéressante avec les années : regardez Raquel Welch, Jane Fonda – ou encore Fanny Ardent, la fabuleuse Carole Bouquet. Les années qui m’attendent vont être savoureuses, et le plus beau est sans doute à venir. Bon, je suis un peu hypocrite, là, je souhaiterai en rester là, Trente ans, c’est bien, non? mais bon, pas le choix, là. Autant en tirer le meilleur, alors.

  • Moi, cet article me fait rigoler. C’est exactement la différence entre moi (26 ans dans un mois et demi) et ma soeur (30 ans dans deux mois…)

  • Avatar of Bee
    Bee

    Je n’ai jamais été plus heureuse qu’à mon âge (l’année prochaine 40 piges!)
    Et pour rien au monde je ne reviendrai en arrière;
    Et vous savez pourquoi? Parce que je ne me prends plus la tête avec ce genre de questions ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>