Humeurs

Les enfants sont-ils tous innocents ?

Article sélectionné par electricalstorm lors de sa semaine de rédac’chef !

Ces chers bambins, ces charmantes têtes blondes, ces doux enfants, ceux qu’on dit innocents.
C’est drôle, on fait toujours l’amalgame entre l’ignorance et l’innocence, comme si quand on ne connaissait rien on était doux et innocents, et en référence biblique on donnerait certainement Adam et Eve, qui ne sont plus aussi innocents après avoir croqué dans le fruit de l’arbre de la connaissance.

Les enfants sont-ils tous innocents ?Moi aussi j’y croyais jusqu’à ce que j’ai lu un livre en cours d’anglais pendant mes années lycée : Lord of the flies, en français Sa majesté des mouches, de William Golding. L’histoire est simple : un avion s’écrase sur une île déserte, et tous les rescapés sont des enfants. Je ne vous raconterai pas la fin, ce serait trop bête pour vous, mais pour faire l’analyse de ce livre, nous avons employé des termes comme cruauté, obsessions malsaines, et autres termes freudiens comme « pervers polymorphes ». Ce livre exagère peut-être les relations entre enfants et les extrapole pour donner plus de sens à l’histoire et une analyse plus subtile des problèmes de la société de l’époque. Peut-être que les enfants ne sont pas tous aussi cruels entre eux. Peut-être que beaucoup d’enfants sont innocents.

Mais.

Mais aujourd’hui, la une du journal Metro était : “Un garçon de 12 ans a été tabassé par ses camarades dans son collège du Havre parce qu’il refusait de jouer au petit pont massacreur“. Et aujourd’hui, je ne veux plus jeter la pierre aux parents de ces enfants-là. Il y en aura toujours pour dire que ces enfants manquaient d’éducation, et qu’en plus ils vivaient dans un quartier trop mal famé, que certains jouaient trop à des jeux vidéos trop violents, qu’on aurait dû activer le contrôle parental sur l’ordinateur, ce qui est certes un argument très à la mode ces derniers temps. Ben je répondrai à ces arguments : mouais. Toujours en me rapportant au Metro d’aujourd’hui, je vois que selon une enquête TNS Sofres, en 2007 41% des enfants de primaire ont déjà joué à des jeux dangereux. Cela inclut donc des enfants de 6 à 11 ans, qui ne sont pas vraiment en petite minorité, et qui ont pensé qu’il serait marrant, ou cool, ou qui étaient curieux de savoir ce que c’était de s’infliger des souffrances ou d’en infliger aux autres.

On ne parle pas ici de petits bobos : l’enfant tabassé du Havre souffre d’un traumatisme crânien, et son corps est recouvert d’hématomes. Même si ces enfants avaient regardé des scènes et des scènes de violence, il y a un grand pas entre reproduire une scène de film et infliger la souffrance à autrui, surtout quand cette souffrance en arrive à un tel point. Ces enfants ont éprouvé la rage nécessaire pour battre un autre enfant jusqu’à lui provoquer un traumatisme crânien. C’est grave, et je doute que ce soit vraiment un problème éducationnel.

Je suis certaine qu’il y a dans tous les enfants le même patrimoine, qui peut se développer différemment. Ce n’est donc pas les parents que l’on doit blâmer si certains enfants sont plus turbulents que d’autres, ou plus violents, je reste convaincue que les enfants sont la cause de leurs propres maux. Bien sûr, un enfant est innocent, à cause de son inexpérience de la vie, et bien sûr, il n’a pas forcément conscience que ce qu’il fait aura des conséquences plus ou moins graves : mais il reste maître de la décision de faire du bien ou du mal autour de lui.

Je suis aussi persuadée qu’un enfant a un patrimoine colère aussi important que son patrimoine gentillesse, et que s’il décide de faire du mal à un de ses camarades, il lui en fera, et ce n’est pas son éducation qui l’en empêchera.

(cc) Wakalani

19 Responses to “Les enfants sont-ils tous innocents ?”

  • Géniale l’image! Merci!

  • bah la tu vois je suis pas trop d’accord avec toi.
    sur le fait que les momes sont tous potentielement vicelards etc… oui mais sur le fait que l’education n’a rien a voir je dis pas d’accord.
    si un gamin voit de la violence chez lui quotidiennement(quel que soit le milieu social) il va penser que c’est “normal”. Par exemple un homme qui bat sa femme ou ses enfants etc.. je pense que le gamin va penser que c’est un traitement “normal”
    L’education joue un role primordial pour l’enfant car son cerveau est “vierge”.
    Il n’y a pas si longtemps aux Usa des ados entre 12 et 15 ans je crois ont balance des bombes sur des bagnoles. Ils ont eu “l’idee” et le mode de fabriquation grace a Grand theft auto IV
    donc je pense que l’education joue quand meme un role. si ces gamins n’avaient pas eu la culture que le vandalisme c’est normal, tuer des flics aussi pourquoi pas y’en aura tjrs d’autres pour prendre leurs places etc…

  • dsl ca a merde donc: peut-etre auraient-ils joue mais n’auraient pas mimiques le jeu au point de fabriquer des bombes et flamber des vehicules

  • Mon grand frère joue dans un magasin de jeux vidéos et n’a jamais eu l’idée d’aller trancher la tête d’un mec avec un chapeau spécialement conçu pour. J’ai moi-même durant toute mon enfance joué à des jeux comme Mortal Kombat, jeu réputé pour être le plus violent de tous, j’ai regardé comme tout le monde des mangas comme dragon ball, j’ai été entourée pendant toute ma periode “collège” par des chansons de Eminem, et je ne suis pas le genre de fille a avoir des poussées d’adrénaline telles que j’aurai envie d’arracher les boyaux des gens que je n’aime pas à mains nues, et si ça peut soutenir mon argument, mon grand frère non plus.

    Qu’on arrête d’accuser les jeux vidéos, merde, ça en devient vraiment usant. Quoi encore comme préjugé sorti déjà trente fois dans les infos? Marilyn Manson? Le death metal? Les BB Brunes? Et pourquoi pas Christophe Maé pendant qu’on y est?! Lui, au moins, il me donne VRAIMENT des poussées de violence quand j’entends ce qu’on appelle ses chansons!

    Ca serait vraiment prendre les enfants pour des débiles que de les mettre au même niveau que “le singe voit, le singe fait”. Un enfant, et surtout dans le cas de l’article, qui a 12 ans, suit peut être la mode comme un mouton, veut peut être appartenir socialement au meme groupe que celui de ses petits camarades, mais de là à dire qu’il a tabassé un autre gamin hors de son réseau social à l’aide de ses petits copains juste parce qu’il a répété ce qu’il avait vu a la télé, non mais là je rêve, on nage en plein délire!

    Dans des cas bien précis, bien entourés de barrières de violence et où la violence est omniprésente , là, ok, je ne dis pas. Mais dans le cas présent, on ne parle pas d’enfants battus envoyés a la DDASS parce que leurs parents bouffaient de la coke à l’héroïne au petit déj’.

    Je vous en supplie, trouvez un autre argument que “l’enfant reproduit ce qu’on lui a montré a la télé ou sur internet”, merci.

  • D’accord avec tevouille. J’ai joué à beaucoup de jeux vidéos violents, je m’éclate sur GTA, j’ai vu des scènes choquantes à la télé et pourtant je ne me suis jamais battue de ma vie. Il y a juste des gens qui font les mauvais choix, ou qui sont plus “mauvais” que d’autres. D’ailleurs, beaucoup de serial killers avaient déjà des pulsions meurtrières étant enfant, même sans avoir vécu dans une atmosphère spécialement violente. La psyché humaine est compliquée..

  • ben pour ton frere et toi c’est parce que qqun vous a explique que mortal combat c’est un jeu video, c’est de la fiction et du delassement mais que ca n’est pas a reproduire au quotidien.
    Aux Usa les armes sont en ventes libres car il est ecrit dans la constutition que chacun a le droit de se defendre. soit!
    Seulement il ne se passe pas un h jour sans qu’aux infos on nous relatte soit des attaques a main armees, soit des enfants qui joue avec le flingue des parents et le coup part accidentellement et il y a blesse ou mort. Si tu as le malheur de dire que s’il y avait moins d’armes en circulation ca n’arriverait on te regarde comme un extra terrestre.
    c’est vrai que j’ai pas vecu en france depuis 20 ans mais je ne pense pas qu’il y ait tant de mort par balles.
    C’est sur que ceux qui le veulent pourront tjrs se procurer un pistolet mais il faut des connexions et/ou de l’argetn et la volonte.
    Ici tu rentres au magasin et si tu as plus de 18 ans et est americain tu ressors avec un 357 sans probleme.
    Crois moi si tu as un flingue sur toi tu vas t’en servir tot ou tard.
    N’ayant pas suffisamnet confiance en moimeme c’est pour ca que je n’en ai pas. le conte de fee de : “ouais mais si on viens me braquer je pourrais me defendre” je dis que c’est du vent.
    car si tu veux etre en mesure de te defendre chez toi il faut que ton arme soit a portee de mains et que tu sois bien reveille.et c’est la que les accidents arrivent car le flingue dort dans la table de nuit et les gamins y ont acces. la loi veux que les armes soient enfermees dans un coffr et en cas de braquage , c’est trop tard, tu peux pas te defendre.

  • Par contre, ce que Eminem chante, il le pense vraiment, et personne ne m’a jamais expliqué que c’était mal de le reproduire.

  • ben tu sais vu mon age le rap n’est pas mon fort.
    pour ce que j’en connais les messages vehicules ici aux usa sont du genre negatifs. Je sais que c’est un honneur de buter un flic pour etre le roi du ghetto pour 2 ou 3 semaines et commettre tout un tas de trucs illegaux.
    D’apres tes autres articles je ne pense pas qui ni ton pere ni ta belle mere approuvent les idees des rappeurs et s’en gaussent aux repas familiaux

  • Hello, moi je suis partagée entre @frenchi et @tevouille…

    NON je ne pense pas (je ne le pense plus) que les enfants soient innocents, un tout jeune nourrisson comprend vite le pouvoir qu’il a sur ses parents et arrive à les manipuler (à sa manière) pour obtenir ce qu’il souhaite.

    NON ça n’est pas la faute des parents MAIS l’éducation doit y faire pour beaucoup de toutes façons, ya pas de mystère… si on n’explique jamais au mioche le bien, le mal, les valeurs… qui le lui expliquera ? la tévé ? ouille… là ya du soucis à se faire… ce qui est déjà le cas.
    Ceci dit, moi j’ai été élevée (à une autre époque) à “la petite maison dans la prairie”, mes valeurs et notions de bien ou de mal je les ai puisées dans ce feuilleton, mes parents ne m’ont jamais inculqué ce genre de trucs… ce que j’en ai ressorti : ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse… et là, ça résume plein de choses !

    Les jeux vidéos ou films, textes de chansons :
    Tout dépend finalement de la cible touchée par ses médias… influençable ou pas, capable de raisonner en terme de bien ou de mal ou pas, responsable ou pas de ses actes…
    Moi qui ne suis pas fan de la violence, je ne suis pas objective sur les jeux ou autres, déjà je ne comprend pas qu’on puisse s’amuser à fusiller des gens (c’est pas comme si les guerres ne fourmillaient pas assez sur cette planète), mais bon, sans doute, suis-je de la vieille école.
    Maintenant, effectivement, ça n’est pas parce que l’on joue à la guéguerre, qu’on tuerait son voisin pour un oui pour un non ; seulement, certaines âmes pourraient (ont pu) franchir “la limite” et passer à l’acte.
    L’ennui c’est qu’une fois la limite dépassée… reste-t-il une limite ?

    La banalisation de la violence partout est un gros problème.

    A l’école ou au lycée, ça “le fait” de passer pour le dur à cuire, celui qui n’a peur de rien, ni des grands et forts, ni des flics, ni de l’ordre, ni de l’autorité, ni de ses parents. No limit.

    Et puis l’effet de groupe fait son sale travail… et tout l’engrenage se met en branle. La faute à qui ? A la société sans doute, c’est un tout, c’est toi, c’est moi, c’est nous !

  • et puis une fois la limite franchie, c’est pas nos honteuses prisons qui ramèneront la brebis égarée dans son (pas si) vert pâturage.
    mais là c’est encore une autre histoire…
    (pardon pour le pavé)

  • @frenchi: je n’ai pas été élevée par mon père et ma belle mère, ta remarque sur leurs valeurs n’a aucune pertinence par rapport à mon éducation.
    J’ai compris toute seule que les paroles d’eminem n’étaient pas à reproduire, car je suis une personne équilibrée et je l’ai été aussi enfant et adolescente.

  • Je pense que c’est “mésestimer” les enfants de penser qu’ils ne sont pas eux aussi cruels et parfois ultra-violents. Ce sont avant tout des humains qui comme les plus âgés sont gouvernés par de bons et mauvais sentiments.

  • Je crois que dire que la violence est un héritage génétique (ou une maladie de naissance ou quelque chose comme ça si j’ai bien compris) est dangereux. ça veut dire que certains enfants n’ont aucun espoir d’avoir une vie “normale” parce qu’ils sont programmés génétiquement pour ça ?
    ça entre tout à fait dans le registre du “dépistage des futurs déliquants” dont on a entendu parler il y a 1 an ou 2, et pourquoi pas la prison à 12 ans, etc.
    Non, je crois, comme frenchie (et pourtant je ne suis pas toujours d’accord avec lui), que c’est souvent l’exemple, et l’explication, qui fait l’éducation. Tout comme tu l’as fait tevouille, mes enfants jouent à toutes sortes de jeux vidéo plus ou moins violent, écoutent du rap, et pourtant, à ma connaissance, ils ne tabassent pas leurs “camarades” de classe. Je pense que ça tient, en partie, soyons modestes, au fait qu’ils ont des parents qui les aident à faire la différence entre la fiction et la réalité, et d’une façon générale, qui les aident à ouvrir les yeux sur les autres, du style “taper un copain, c’est mal”, basique, peut être, mais apparemment dans ton cas ça a marché.

  • @ vero freud: “ça veut dire que certains enfants n’ont aucun espoir d’avoir une vie “normale” parce qu’ils sont programmés génétiquement pour ça ?”
    Attention, je tempère: j’ai exactement écrit que je suis certaine que les enfants ont tous un capital colère aussi important que leur capital gentillesse. Je ne nie pas qu’on peut éduquer un enfant pour qu’il ne devienne pas un Joey Starr en puissance, mais je ne nie pas non plus que certains enfants ont des maladies psychologiques qui pourraient les amener à être plus violents que d’autres, et là aussi, ça se soigne.
    Ce que je voulais dire avec cet article, c’est que 1/ on doit arrêter de dire à tort et à travers qu’un enfant reproduit absolument tout ce qu’il voit, entend, respire: oui un enfant est une éponge, mais oui aussi, il a de la jugeotte. Et 2/ Au lieu de surveiller ce que l’enfant regarde, boit, mange, (genre comme avec cette pub là: http://fr.youtube.com/watch?v=cE6fQwWggVM&eurl=http://www.sexoramag.com/node) on devrait plutôt regarder l’enfant en lui-même, son comportement, être a son écoute et adapter l’éducation qu’on veut lui fournir a son comportement, plutôt que de le forcer à se comporter comme on a été éduqué.

  • @Tevouille: as-tu des enfants?

  • @lolipop: non, mais est-ce que ça a un rapport? Ne pas avoir d’enfants dispense-t-il de la connaissance de l’enfant et des methodes d’éducation? Ne pas avoir d’enfant signifie-t-il avoir forcément oublié qu’on en était un ?

  • @Tevouille, oui ma question a un rapport car si tu avais des enfants, tu aurais écrit ton article différemment en ayant observé ta propre progéniture…
    Certes être nullipart (je sais, le mot n’est pas très beau mais c’est ainsi que l’on nomme les femmes qui n’ont pas d’enfants);au masculin comme au féminin car l’éducation et les enfants n’est pas l’apanage des femmes; ne dispense pas d’avoir des connaissances sur les enfants et les méthodes d’éducation mais cela ajoute de la pratiique à la théorie.

    Et il n’y a pas de lien à mon avis entre le fait d’avoir éventuellement oublié que l’on a été aussi un jour un enfant et ton article et/ou le fait d’en avoir ou pas.

    Bref, tu dis dans ton article que les enfants peuvent naturellement être méchant et que l’éducation n’a pas d’influence la dessus…
    Je vais rejoindre les réactions que certains ont déjà exprimées, je vais faire un peu de redite mais ça ne fait rien, dans un débat il y a souvent du radotage:

    - déjà tu t’appuies sur des brèves d’articles issus d’un journal qui ne donne que des informations succintes, je ne fais pas le procès aux journaux gratuits, loin de là mais comme tous supports médiatiques, ils sont à prendre avec un minimum d’analyse.

    - même si je pense que l’être humain faisant partie du règne animal présente des caractéristiques animales comme la possibilité d’exprimer une certaine violence ou brutalité, je rejoins entièrement VeroFreud sur le fait qu’il ne faut pas faire de raccourci vers une notion d’héritage génétique: cela aménerait à une notion de possibilité de faire du “tri sélectif” dès la naissance.
    Et il ne faut pas faire non plus l’amalgame entre les maladies psychologiques/mentales et les réactions naturelles enfantines.

    D’autres part, la violence que l’on trouve dans les cours d’école dû aux effets de groupe s’exprime aussi chez les adultes: il suffit de regarder des supporters sportifs ou des groupuscules extrémistes de tout bord.

    - par contre, je n’irai pas incriminé les jeux vidéos ou les films qui, à mon goût, peuvent être un moyen de canalyser une certaine violence et qui, si ils sont utilisés de manière encadrée (explication par un adulte…etc), n’engendreront pas de petits êtres démoniaques.
    Et c’est là qu’intervient l’éducation parentale: il ne faut pas oublier que l’enfant ne fait pas la différence entre le vrai et le faux jusque vers 6 ans (grosso modo). Les enfants naissent certes avec un caractère inné (chaque bébé est très différent dès la naissance, sa vie in-utéro a déjà influencé son être à part entière) mais qui sera influencé par son environnement. Et c’est aux parents de poser le cadre pour que l’enfant apprenne que dans le monde il y a des limites, qu’il y a du faux et du vrai… Et les parents doivent aussi être là pour que l’enfant découvre les choses adaptées à son âge: quand je vois des gamins de 5 ans qui ont déjà vu le Seigneur des Anneaux… je m’interroge.

    Un enfant a besoin d’un référent pour grandir, ce référent doit lui montrer le chemin à prendre… Pour faire une métaphore: on doit apprendre à lire une carte avant de savoir se repérer dessus, et reconnaître les chemins à ne pas prendre.

    - enfin, l’enfant même si il a de la jujotte comme tu dis, même si c’est un individu à part entière qui est loin d’être idiot, dans son apprentissage de la vie, il va imiter ce qu’il a comme exemple: c’est ainsi que l’on apprend, en répétant des gestes que l’on a vu faire.

    Tu as raison (même si ton commentaire est contradictoire avec ton article puisque d’un côté tu dis que l’éducation ne peut rien y faire et de l’autre tu dis qu’il faut adapter cette éducation….) de dire que l’on doit adapter son éducation en fonction de chaque enfant et du caractère de chacun et non pas de reproduire bêtement l’éducation que l’on a eu qui correspond à une autre époque (il ya 30ans ou plus, les parents n’avaient pas les mêmes soucis qu’aujourd’hui, l’environnement des enfants n’était absolument pas le même)… et je pense que c’est la partie la plus dur dans la vie des parents: se remettre en question de façon permanente et faire évoluer l’éducation que l’on donne à ses enfants au jour le jour…

  • “je doute que ce soit vraiment un problème éducationnel.(…) s’il décide de faire du mal à un de ses camarades, il lui en fera, et ce n’est pas son éducation qui l’en empêchera.”
    Je sais ça fait vraiment pompeux et prout prout de se citer soi-même, mais j’ai l’impression que j’ai besoin de le faire pour défendre mon point de vue sur le sujet.
    Ces deux points qui font référence a l’éducation de l’enfant n’excluent absolument pas le fait que celle-ci forme l’enfant à devenir une personne a part entière ainsi qu’un membre de la société. Je dis seulement que certains enfants peuvent avoir en eux une part de méchanceté que l’éducation ne pourra pas changer, tout comme une part de bonté qu’elle ne changera pas non plus. Je nuance donc là dessus (encore une fois) : je ne pense pas que l’éducation et le comportement de l’enfant n’ont absolument aucun rapport l’un avec l’autre, je pense seulement dans certaines situations il ne s’agit pas d’éducation mais d’individu, et du niveau de capacité à gérer les émotions de chacun.
    D’autre part, je redoutais aussi la réflexion concernant mon jugement sur les enfants alors que moi-même je n’en ai pas. Je n’élève pas d’enfant, mais je vis avec tous les jours, et il y a certaines méthodes d’éducation que je connais même sans en avoir eu, et cela sans les avoir pioché dans une méthodologie tirée d’un quelconque bouquin. Ce sont des choses que j’ai vues et que j’ai appliquées, ou que j’ai détestées et dont j’ai retenu une leçon. De plus, le fait que je ne sois pas très loin du statut d’enfant me pousse a ne pas avoir oublié que j’en étais un, et le nouveau statut de mère l’en éloigne encore plus. Selon moi, le rapport est là.
    Aussi, concernant le fait que je tire l’article du metro : http://videos.tf1.fr/video/news/0,,4177646,00-tabasse-pour-avoir-refuse-de-participer-a-un-jeu-violent-.html TF1 en parle aussi. Après j’ai tiré un fait divers d’un paysage médiatique très dense, et je ne voulais pas débattre sur la façon dont le sujet a été traité, mais bon si il faut vraiment trouver à redire au fait que le sujet à été traité par le journal metro, je tenais à dire qu’il avait été traité dans de nombreux journaux qu’ils soient papier, gratuits, payants, télévisés.

  • Les enfants violents envers les autres, voire criminels (rappelez cet horrible fait divers qui a scandalisé toute l’Angleterre, un enfant avec un complice ayant tué un petit de deux ans, ils vivent cachés aujourd’hui sous une fausse identité car ils risquent à tout moment d’être assassinés) sont des enfants qui avant d’être bourreaux, ont été gravement maltraités dans leur famille à un stade très précoce de leur existence.

    J’ai fait des recherches sur la toute petite enfance de ce “monstre”, qui a été transformé en monstre, et je me suis rendu compte qu’en réalité, il vivait un enfer que personne n’était en mesure de voir ni de comprendre. Son foyer était éclaté, il avait de très graves carences affectives, geignait en classe, se tapait la tête contre les murs devant son institutrice, était pourtant perçu comme gentil par elle, mais, vivant quelque chose d’insupportable chez lui, devenait comme malgré lui de de plus en plus violent, et de plus en plus incapable de se contrôler…

    Personne n’a compris, et voilà, il a commis cet abominable crime sur ce pauvre petit James BULGER, qui avait malheureusement échappé à la surveillance de sa mère qui était à l’entrée de sa boutique. Tout petit, il a suivi ces deux garçons qui, en quelque sorte, l’ont pris pour une poupée. L’instigateur de cette tragédie, lui même une victime était devenu un bourreau. Bien sûr, on peut objecter que tous les enfants maltraités ne deviennent pas forcément violents, mais d’un individu à l’autre, la manière de percevoir les événements, de les ressentir diffère du tout au tout. Ce qui laisse indifférent Paul détruit Jacques ou Nathalie… qui ne seront pas tous en mesure de métaboliser ces traumatismes, et qui seront susceptibles de faire d’énormes dégâts sur les autres ou sur eux mêmes, dans leur enfance ou plus tard, à l’âge adulte…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>