Histoires

Souris puisque c’est grave

Alors vendredi dernier, avant de me blogo-suicider à coup de blagues à deux francs cinquante – qui me font vraiment rire je n’en démords pas – j’ai fait les chœurs d’Alain Chamfort à l’Alhambra.
Si. Ben oui, c’est comme ça, un jour mère, un jour femme, un jour iconoclaste, un jour amante, un jour… Bibi.
Allez, on y va, tout doucement ?

Souris puisque c’est grave18h : Ma copine Zaz m’appelle pour me dire qu’elle a des places pour aller voir Alain Chamfort à L’Alhambra et qu’elle a envie de m’offrir à moi cette chance incroyable.

18h02 : Ma copine Zaz admet que son mec jamais en rêve il va voir un chanteur à minettes des années 60.

18h05 : J’avoue à ma copine Zaz que j’ai toujours été folle d’Alain Chamfort. De Sami Frey aussi.

18h08 : Ma copine Zaz trouve que ça fait un peu vieux d’être folle de Sami Frey mais elle est contente que je sois contente.

18h10 : L’homme veut bien garder la tribu même si franchement “Alain Chantfaible il est tapé”.

18h13 : L’homme me certifie que lui aussi il peut mettre un slim taille zéro.

18h15 : Mais là il n’a pas le temps de me montrer.

18h17 : Je me demande si y’aura des people. Alain Chamfort c’est before the tendance.

18h20 : En plus l’Alhambra c’est une nouvele salle supra hype, parait. Appelez-moi Daphné Bürki.

20h01 : On est devant l’Alhambra, le repère des oiseaux de la night parisienne. The place ou il faudra être demain.

20h02 : Ou après-demain.

20h03 : Rapport que demain c’est Phil Barney qui est à l’affiche.

20h05 : Hier c’était Richard Gotainer.

20h06 : C’est fatiguant d’être à ce point avant-gardiste. D’autant que le temps que les gens se rendent compte que plus trendy que Gotainer tu meurs je risque d’être passée à autre chose. C’est le problème quand on est visionnaire. On se sent souvent seule.

20h12 : On s’installe au troisième rang, merci les invitations VIP. Pas un people en vue je suis très déçue.

20h13 : Ma copine Zaz est d’avis que Jackie du club Dorothée peut être qualifié de people. Used-to-be mais people quand même.

20h14 : Alain arrive. Pourvu qu’il chante Manureva.

20h16 : En même temps c’est la seule que je connais.

20h17 : Je réalise que j’ai toujours vu Alain Chamfort à travers un prisme uniquement sexuel. Et là tout de même il est un peu tapé. Même si l’homme peut crever la bouche ouverte pour que je le reconnaisse.

20h18 : J’explique à ma copine Zaz que ça va être difficile pour moi de vraiment rentrer dans le concert étant donné que je ne peux pas m’empêcher de vivre avec mon temps et que forcément, Alain il est mignon mais c’est un homme du passé. Ses chansons aussi du coup. En plus les chanteurs à minette ça manque de profondeur, en fait.

20h20 : Sauf l’Ennemi dans la glace, quand même.

20h22 : Ah et aussi “Comme un géant”, c’est vrai que ça c’est joli.

20h24 : Voilà que je pleure sur Traces de toi.

20h56 : Souris puisque c’est grave, putain.

21h16 : Alain parle de Serge G. Il a les larmes aux yeux.

21h18 : Je suis gérontophile, c’est officiel.

21h23 : Un beau cul ça reste un beau cul, même à 62 ans. Heureusement dans la vie y’a des valeurs sur lesquelles on peut compter. On est loin des subprimes là.

21h56 : Rien à foutre de la hype, Michel Delpech vient d’arriver par le truchement d’une vidéo et chante “Quand j’étais chanteur” avec Alain. J’ai treize ans et demi et je suis amoureuse de Nicolas Guiguet. Et ça fait mal.

22h45 : C’est la folaïe à l’Alhambra, Marisa Berenson est à deux doigts de faire péter son lifting à force de sourire.

22h56 : Avec ma copine Zaz on est incapable de citer un film dans lequel a joué Marisa Berenson. Et pourtant on l’a reconnue.

22h59 : C’est le dernier morceau. Manureva.

23h03 : Les œstrogènes ont une odeur.

23h04 : Ou alors c’est à cause de ma montée de lait.

23h06 : Alain propose aux filles de venir sur la scène.

23h08 : J’ai super envie d’y aller.

23h10 : Le problème c’est la hauteur de la scène.

23h11 : Que je me dois d’appréhender en prenant en compte le poids de mon fondement.

23h12 : Qui pèse au moins trois fois celui d’Alain.

23h14 : Ma copine Zaz me dit qu’on va le regretter et que je peux le faire.

23h17 : La moitié de mon corps peut le faire.

23h18 : L’autre se sent bien en suspension juste au dessus de la fosse.

23h20 : Je ressemble aux pères-noël accrochés aux fenêtres des immeubles au mois de décembre.

23h22 : Je suis coincée putain.

23h23 : Au grand maux les grands moyens, ma copine Zaz pousse de toutes ses forces sur ma fesse gauche, la plus récalcitrante.

23h24 : Mes fesses, ma copine Zaz et moi on est finalement sur scène. Saines et sauves.

23h25 : Ma dignité est en revanche restée à la place G4, troisième rang à gauche.

23h35 : On donne beaucoup, là. Je sens qu’Alain est touché au plus profond de lui même par la puissance de nos chœurs.

23h37 : Je viens d’effleurer Alain.

23h38 : Appelle moi Manureva et emmène-moi là bas.

23h40 : Le spectacle est terminé.

23h42 : Le temps de redescendre de la scène et on rentre à la maison.

23h45 : Toujours aucune trace de ma dignité. En revanche il me semble avoir perdu quelques kilos de gravité.

23h47 : Vive les chanteurs sans voix aux paroles légères, sans eux la vie serait moins douce.

Sans blague, plus élégant et dandy qu’Alain Chamfort, il y a peut-être Sami Frey mais sinon je ne vois pas…

One Response to “Souris puisque c’est grave”

  • IL y en a qui vieillissent bien ! Tu as bien fait d’être montée sur scène, ça te laissera un bon souvenir ^^ On attend les photos :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>