My Space

L’arrière-garde vous emmerde!

Il y a plein de pétasses suffisantes qui, parce qu’elles ont épinglé un pigeon pété de tunes ou qui ont décroché un bon boulot à une époque où il y en avait encore, croient penser que les combats de femmes sont des combats d’arrière-garde…!!!!!!!!!!!                                                                                                                                         Que nenni.                                                                                                                                                                             Même strictement décoratives, une paire de couilles et une bite -je ne sais pas où mettre les pointillés- servent de passeport universel à qui sait niquer la vague.-Je lis Hara Kiri en ce moment, ça déteint sur  mon registre de langue-                                                                                                                                                                                                                  Les joyeux lurons, les joyeux Ducon expliquent tout par la bio-connaissance qu’ils ont des femmes. Elle s’énerve? ….Elle va avoir ses règles. Elle a chaud? ….La ménopause guette. Elle s’engueule avec son fils ou son mari, ses collègues?…. Les femmes sont chiantes. Et pourtant, c’est pas génétiquement prouvé…                                                                                              Personne ne s’interroge sur les larmoiements répétitifs des onanistes mâles pleurant sur leur sort. Capital génétique ou connerie générique?  Personne ne s’interroge sur cette armée d’impuissants pleurant leur maman et qui déambulent en survêt cloqué au cul avec cet air particulier des adeptes de la camisole chimique. Un p’tit filet de bave, rien?                                                                                                                                                                                                                                               Sommes-nous si loin de l’arrachage de poils et du jet d’urine concommittant à la présence du mâle -toutes espèces confondues-? Et même si le klaxon remplace avantageusement la pisse, les comportements visant à la protection du territoire, qu’il s’agisse d’une  femme ou d’une photocopieuse, ne sont pas eux, en voie d’extinction. Sans l’abominable concours de femmes souffrant certainement du syndrome de Stockholm, la tâche du mâle dominant -pouet pouet vroom vroom- serait certainement moins aisée.     Pour que l’excision perdure, il faut des matrones acharnées à reproduire leurs souffrances et leurs frustrations. Pour que le sexisme dure, il faut qu’il soit relayé par les femmes.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        MDR: un homme qui ne travaille pas et qui emmène son gosse à la crèche entendra glousser un ” Il le laisse tout l’après-midi, la maman travaille”-ne doutez pas, c’est du vécu- D’un autre côté, c’est pas le porte-couilles qui s’y serait collé… Mais l’important, c’est la faute l’important(chantez toutes en choeur), rien n’a changé depuis la pomme.   Si je peux avoir des humeurs massacrantes parce que j’ai encore mes règles, ou parce qu’un jour je ne les aurai plus, ou parce que j’ai le gène de la chieuse, il faut m’expliquer ce qui explique les sautes d’humeur injustifiées des hommes, leur conviction intime qu’ils nous les doivent, au boulot ou à la maison. Les petites filles des années 60-70 se rappellent peut-être avoir glissé dans leur maison en rasant les murs “papa est énervé, ne fais pas de bruit”: si la colère des femmes est biologique, celle des hommes est tautologique :”il est en colère parce qu’il est en colère “                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         Qui a dit que les hommes pouvaient se promener avec en guise d’estomac de véritables promesses aux obstétriciens du futur -le fameux “ventre à bière”- tandis que certaines femmes sont prêtes à vivre et à mourir affamées pour plaire à  des types couverts de pellicules, cons comme des balais et pas fidèles pour autant “ma femme est au régime, elle fait tout le temps la gueule, toi au moins, tu as toujours la pêche…”-oui, mais je te vois que de cinq à sept, quand elle fait faire les devoirs aux enfants…? -les enfants, ça m’énerve… ma femme est plus patiente….” QUOI!!!????? elles ont la montée hormonale sélective?????Trop fort!!!!                                                                                                                                                                                                                                                                                                     Qui aurait entendu aussi le généreux ” Pour Noel, je lui offre une nouvelle paire de seins, une vraie page de play boy en 3D. “? Ce serait pas un peu la même  chose que de lui offrir une nouvelle tronçonneuse -si elle n’y avait jamais pensé avant?-    ”Fabriquez votre propre femme…”  Et l’homme prit une boulette de silicone et se fabriqua la gourgandine de ses rêves, celle qu’il n’aurait pas présentée à sa mère, remodelant à loisir la première de la classe qu’il a épousée parce qu’elle venait d’une “bonne” famille. La femme est vénale, tout le monde le sait, l’homme est juste intéressé…                                                                                                                                                                                                                                                                                                               Pendant que la femme va chez son psy pour vider ses poubelles de la culpabilité de vivre et de n’être pas parfaite, l’homme développe ses névroses avec l’acrimonie d’une taxifolia. Déni, inhibition, addiction, collection et tous leurs amis… “Y a que les fous qui vont chez le psy” dit-il en grattant sa pile de jeux de hasard, au bar ou sur l’ordi…”vider ou ne pas vider son compte en banque sur trois générations”,  aimable mais seulement après le premier cubix… quand on ne sait plus s’il parle de sa mère ou de sa femme qu’il confond, à plus de trois grammes.       Je ne parle pas seulement de l’homme de tromignon -mais con-. Je parle aussi des cols blancs qui élèvent leurs filles dans le double culte de la performance scolaire -ah le beau reflet de papa- et du mépris des femmes “regarde moi cette bombe, j’me la f’rais bien”…                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           Quand une femme est trompée, il faudrait presque qu’elle s’excuse de ne pas le vivre comme l’expérience la plus valorisante de sa vie. Quand un homme est cocu -et qu’il le sait, c’est beaucoup plus rare-, Amnesty international s’empare de l’affaire et la horde des amies de la famille se précipite sur les restes en se plaignant de l’absence de moralité de l’infidèle: “quelle salope, comment elle osé te faire ça!” A toi, qui es chauve et qui a vingt ans de plus qu’elle, qui t’endors la bouche ouverte devant la télé et a autant de conversation que le poisson rouge qui la ferme, lui, de temps en temps?                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           Les femmes ne sont pas le meilleur ami de la femme. Il y en a qui adorent rester à la maison dans la prairie et qui voudraient retenir les autres par les dix commandements, -la vertu est abonnée à Modes et travaux, mariée à Procréator, et méprise les femmes stressées dont les gosses ont de mauvaises notes à l’école et qui ne fabriquent pas elles-mêmes les costumes de mardi gras-.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       Il y en a d’autres qui ne s’imaginent pas faire autre chose que  travailler,  mettre à leur botte tout ce qui bouge -comme des hommes-, et qui méprisent les filles qui ont commencé à pondre l’année de leur troisième pour ne cesser qu’avec la mort… Il ne peut pourtant y avoir que des généraux dans l’armée, hein? Des petits chefs? Et pourquoi Madame le chef mépriserait-elle la secrétaire avec ses cheveux quatre couleurs et son cul rebondi qui plaît tant aux hommes malgré le mauvais goût  aveuglant de sa mini jupe en faux léopard? Y aurait-il un homme frustré dans cette femme qui a elle-même de jolis secrétaires trop parfumés, trop gourmettés? Trop consentants?-Non merci, je n’aime pas les hommes faciles…                                                                                                                    Les femmes sont encore une minorité qui a des droits à défendre. Pas le droit au mimétisme, non. Le droit à vivre dans une société qui ne réserve ni ses emplois ni ses bonnes payes ni son respect aux hommes seulement en vertu du fait qu’ils sont ce qu’ils sont, et pas nous. Quand d’autres minorités font avancer leur cause en jouant sur leur solidarité, les femmes perdent du terrain en se battant entre elles. Certaines, même, font reculer des droits acquis chèrement par le passé. Je ne doute pas que ce ne soit le fruit de l’ignorance, ou de l’égoïsme, et en cela, ça n’a pas de genre.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       Il y a encore des femmes réalisées, heureuses -pas des frustrées bloquées sur 68- qui pensent que les combats de femmes ne sont pas des combats d’arrière-garde. Parce que l’inconscient collectif est encore tout imprégné de code napoléonien, de clichés et de conduites iniques et dégradantes pour la femme. Et je parle pas de se foutre à poil, qui reste un droit.  Quels que soient le continent, le temps, la religion, il vaut mieux naître du bon côté du pouvoir, de la loi, être un homme.  En avoir “plein les couilles”, “enculer le monde” -ups, surprise! pas d’expression de la colère féminine…- plutôt que d’essayer toute sa vie de remonter une pente savonnée de toute éternité.  Nan! j’suis pas en colère! Pourquoi????????            

9 Responses to “L’arrière-garde vous emmerde!”

  • Oh le beau pâté! je ne produis que des monolithes, pas moyen de faire passer les alinéas

  • WOUAHHHHHHHH!!!
    En effet quel pate, retournes vite dans ta page profil et cliques sur modifier le texte pour nous rajouter des sauts de lignes, please!

    A te lire, je crois que tu a trouve la reponse a ta question(dois-je deballer mon godemichet?)

    C’est 10 fois OUI et surtout n’oublies pas de mettre les piles, ca te feras le plus grand bien! MDR

  • Remarque, j’avais pas de doutes sur le fait que les hommes le prennent…mal…à part ceux qui ne se sentent pas concernés…

  • et toi, frenchie, quand est-ce que tu te remets à fumer?

  • je constate que mes conseils ont porte leur fruit, maintenant c’est lisible!
    Le reste n’est qu’une boutade, je n’ai pas tout lu. C’est juste que tu avais l’air vraiment tres remontee et j’ai voulu faire baisser la pression en faisant un clin d’oeil a un autre de tes textes.
    fumer? je vois pas ce que tu veux dire

  • Non seulement t’as pas fait baisser la pression, mais c’est justement ce qu’il ne fallait pas dire, comme si un coup de b….pouvait chasser ou noyer ce qui se passe dans ma tête: ça fait très cliché de mec….-celui là, je l’avais justement oublié…c’est pourtant un classique_

  • si tu remarques bien je n’ai pas parle d’un coup de b…comme tu dis mais de te faire plaisir toute seule avec l’aide ou non de ton ustensile. si tu lis les textes recents ecrits par des femmes ca a l’air d’etre une bonne solution pour destresser. je ne suis pas specialiste mais il est ecrit que l’orgasme relache de l’endorphine qui , si mes souvenirs sont bons, est l’hormone du plaisir, du bien etre.
    je ne connais pas les details mais tu ecris toi meme que ton apparence physique influe sur ton comportement et ta maniere de penser. J’emets juste l’hypothese que si tu arrivais a faire la paix avec ton corps tu te sentirais mieux dans ta tete.
    C’est vrai qu’il ya des salauds partout de meme que les petasses sont monnaie courante.
    ca ne veut pas dire qu’il faut s’arreter de vivre pour autant.

  • Si j’avais cessé de vivre, je n’écrirais pas…. consentir à tout n’est pas forcément un signe de santé…dans mon texte, il y a justement des pétasses, si tu lis bien, c’est bien le problème: le relais de l’injustice… Ne rien dire, c’est accepter. faire comme s’il n’y avait pas de deproblème, c’est ça qui nous fait regresser; par exemple,à quand des campagnes sanglantes anti avortement sur le modèle américain? à perdre conscience des avancées, on régresse. Pour le moment, rien de ce qui se passe ne dément mes propos…

  • Vieille Gen, c’est moi, Dom (comme Dommage)… Willow, tu sais, c’est pour passer incognito… c’est le prénom du chat, bref !!!
    Parfois, il faut prêcher quand même. Même si c’est sur la banquise, dans le désert, ou pire, au milieu d’un troupeau de chauves bedonnants en 4×4 qui s’taperaient bien la fifille qu’elle est bonne.. Il faut prêcher encore et encore… parce que c’est pas gagné encore comme combat. Et les commentaires du French en sont la preuve….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>