Coeur

Conversation sur l’oreiller

Hier matin, au réveil, vers 6h45. (Apparté : oui, Helmut fait ses nuits mais il ne faut pas non plus se voiler la face, à deux mois et quelques la grasse mat c’est illusoire). Bref, à 6h45, je comate dans le lit, mon crampon accroché au sein, heureuse, certes, de cet instant de complicité merveilleux mais pensant secrètement qu’à 9h30 je l’apprécierais d’autant plus.

Conversation sur l’oreillerOk, en fait à 6h45 je maudis la terre entière ainsi que mes ovaires qui eurent la bonne idée d’ovuler avec dix jours d’avance en novembre 2007. L’homme à côté se réveille doucement. Ah oui, autre aparté, autant préciser qu’ils sont bien terminés, les premiers temps où il se levait pour apporter l’enfant dans les bras de sa mère afin “de participer à sa façon à l’allaitement”. Maintenant il roupille sec.

Il se réveille donc et s’étire comme un chat, puis s’étonne, angélique, que “cette enfant dorme aussi bien à son âge”. Sauf que depuis hier 23h, je me suis levée toutes les trois heures. Parce que oui, Helmut fait ses nuits sauf… quand il ne les fait pas. Bref, doooonc, il se réveille et pose un regard tendre et affectueux sur sa progéniture qui tête bruyamment. Puis il se colle contre moi et de l’air le plus détaché qu’il ait en réserve me demande : ” ça va tes seins, ils ne sont plus douloureux ? ”
-”Non, c’est gentil de t’en inquiéter mon amour, mais ça va.”
-”Ah, tant mieux.” (puis, après une petite hésitation)
-”Mais… ça va comment en fait ? Je veux dire, tes tétons, ils sont biens ? ”
-”Oui oui, super, plus de problèmes, ils sont impecs.”
-”Ah, je suis bien content.” (à nouveau une petite hésitation)
-”Heu… Impecs comment ? Ils sont comment, EXACTEMENT ? Ils sont durs, par exemple ?”

Comprenant où il veut en venir, je lui jette un regard qu’on peut raisonnablement qualifier de haineux et lui réponds avec le plus grand calme :
- Ecoute mon amour, exceptionnellement je t’autorise à appeler sur le champ Ulla ou toute autre personne possédant un numéro de téléphone surtaxé et dont le prénom se termine par A. Demande lui ce que tu veux sur ses tétons ou toute autre partie de son corps, il n’y a aucun problème. Mais si tu penses UNE SECONDE qu’à six heures du matin après avoir passé une NUIT DE MERDE pendant que monsieur ronflait comme un salaud, je vais trouver la force de tenir une conversation cochonne qui à tous les coups va te donner envie de passer à l’acte alors que la seule chose DONT JE RÊVE c’est de dormir, et ce même DEUX MINUTES de plus, laisse moi te dire que tu es loin, très loin du compte. Mon amour.

Sur ce, Helmut a fait un énorme prout puis déchargé son kilo matinal de caca dans sa couche. Ce qui a mis un terme à la conversation. A part ça, un enfant ça met du ciment à l’intérieur du couple.

3 Responses to “Conversation sur l’oreiller”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>