Coeur

Vicky Cristina Caramba

Je ne vais pas laisser le suspense planer plus loin que le titre : j’ai adoré ce film, n’en déplaise aux grincheux et aux grincheuses. Je me suis beaucoup amusée, et j’ai passé une bonne soirée.

J’ai retrouvé le grand Woody Allen, et j’ai l’impression qu’il s’est retrouvé lui-même, qu’il n’a pas hésité, pour une fois, à assumer ce qu’il est vraiment, un cinéaste new-yorkais totalement perméable à la culture européenne. Dans Vicky Cristina Barcelona, Woody Allen a su rester profondément américain, il a totalement endossé le rôle du cinéaste en goguette grâce à ses deux héroïnes : des touristes américaines.

  • Vicky Cristina CarambaPour son film dans la torride Espagne, Woody Allen a joué à fond la carte de l’américain touché par la sensualité, l’attraction charnelle, la fièvre ibérique et il s’en amuse beaucoup. Il s’amuse même à en faire des tonnes, à en rajouter dans le grotesque sans jamais perdre les pédales. C’est comme s’il avait lâché ses deux Américaines, Cristina (Scarlett Johansson), un peu out of space qui ne sait pas ce qu’elle veut mais sait ce qu’elle ne veut pas et Vicky (Rebecca Hall) qui sait ce qu’elle veut et sait ce qu’elle ne veut pas, pour observer comment elles s’en sortent.
  • Vicky Cristina CarambaLe personnage de Vicky m’a fait penser à Lucy dans le roman d’E M Forster Avec vue sur l’Arno (qui est devenu le film Chambre avec vue), le parcours d’une jeune fille de bonne société qui se révèle à elle-même à la faveur d’un séjour en Italie. Mais, comme pour prendre le contrepied comique, chez Woody Allen, ce n’est plus Beethoven qui transcende ses héroïnes mais la photographie pour l’une et un air de guitare.

L’amour dans tous ses états est le fil conducteur du film. Et bien sûr, on disserte beaucoup, on se pose mille questions, on fait des choix mais ce sont de faux choix car les intentions sont différentes des actes, tout cela sous une bonne couche d’humour sans que cela ne nuise jamais au propos. On retrouve la légerté de Comédie érotique d’une nuit d’été et le romantisme d’Annie Hall. Car Woody Allen a toujours été plus rieur qu’intello.

  • Vicky Cristina CarambaLe réalisateur retrouve sa muse du moment, Scarlett Johansson, qui lui avait cruellement fait défaut dans Cassandra’s dream. Il semble être le seul cinéaste à savoir exploiter sa rondeur, filmer son visage avec autant de sensualité. Du côté de la vieille Europe, Javier Barden ne faillit pas à son nouveau statut de latin lover en titre à Hollywood, mais sans rouler des mécaniques, sans ridiculiser son personnage et avec un charme fou. Pénélope Cruz quant à elle est parfaite. Elle n’a qu’un rôle très secondaire, totalement outré, vraiment caricatural, mais elle y va de bon coeur et s’en sort comme une reine.

Quel plaisir également de retrouver Barcelone lorsque l’on a la chance d’y avoir déjà été :

  • Vicky Cristina CarambaLa cathédrale inachevée conçue par Gaudi, La Sagrada Familia
  • Vicky Cristina CarambaLe parc Güell
  • Vicky Cristina CarambaLa fête foraine de Tibidabo qui surplombe la ville, vieillotte et pleine de charme.
  • Vicky Cristina CarambaEt puis, l’une des scènes finales où Vicky raconte tout à Cristina se déroule dans un bar à tapas où j’ai mangé le premier jour de mon séjour, sur las Ramblas.


A voir seulement si vous voulez prendre un coup de soleil.

8 Responses to “Vicky Cristina Caramba”

  • Et où il est ton article, chérie?

  • Chérie, j’en sais rien. LR buggue à fond les manettes.

  • Je disais : ah le voilà !!!!

  • Mhhh ct un délice ce film, Allen que je connais peu m’a donné envie de suivre son oeuvre.
    J’ai bcp aimé et l’humour et la sensualité qui se dégageait, la montée du désir et un érotisme franc, ct gé ni al!!
    Par contre, je sais pas ce que vous en pensez mais j’aurai aimé que Cristina fasse encore patienter notre cher artiste moreno :-), elle a cédé bcp trop rapidemt ; et mine de rien l’histoire entre le peintre et Vicky un peu virginale , ca m’a fait fantasmer .
    Fort en émotion tout ça ! lol

  • Je l’ai vu aussi et je ne partage pas ton enthousiasme. C’est un film agréable et ça ne va pas plus loin. Le point positif est que tout est très beau, les acteurs (et leurs fringues!), les paysages, les restaurants…à part ça, je n’ai pas retrouvé la folie et l’humour de Allen. Les ficelles sont énormes, on voit tout arriver de très loin…voilà, donc ma critique personnelle serait: bien mais pas top!

  • Alors là je suis pas d’accord : Penelope cruz a tout sauf un rôle secondaire ! Les passages sur le couple à trois bardem/johansson/cruz sont les plus intéressants. A côté, les états d’âme de vicky mon parut ennuyeux et fades…

  • je te soutiens Krib !! Penelope Cruz est juste le personnage le plus important du film, celui par qui tout arrive et qui est la base, au coeur de l’intrigue !! Bardem ne serait pas ce qu’il est sans Penelope ! Personnellement j ai adore, et adore aussi de voir cette vieille Europe filmee d un point de vue tellement americain, tellement naif et stereotype, franchement c’est hilarant.

  • Les filles, je suis désolée, mais Penelope Cruz doit apparaître 20 minutes durant le film, à tout casser. Chez moi, ça s’appelle un personnage secondaire. Après, il est vrai qu’on passe beaucoup de temps à parler d’elle et qu’elle est la force dynamique du film, qui sans son grain de folie, aurait fini par tourner plan-plan.

    ça n’enlève rien à ses qualités, hein, on est d’accord.

    ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>