My Space

Taiseux, taiseur, ta soeur…

Le “taiseux” d’chez nous, c’est un type qui n’est pas porté sur la parole, au point que tout le monde est suspendu à ses hochements de tête, à son langage non verbal… Un mot -fût-il inconpréhensible, inepte ou grossier- est un cadeau lorsqu’il vient d’un taiseux. On est obligé de le prendre pour un signe d’amitié:il a fait pour nous ce qu’il ne fait pas pour les autres-ni pour lui d’ailleurs-. On le trouve à la campagne, et plus rarement, en zone urbaine.-En ville, on ne calcule pas le taiseux, les stats sont dures à établir-.Bref! le taiseux peut gâcher des vies à petite échelle, en sauver d’autres -implicitement-, il n’est pas plus nuisible que le bavard…  Nos amis d’un autre pays ont inventé le “taiseur”-enfin, ça sonne comme ça, “tazer”-.  Comme je suis nulle en langues,  je me suis dit”tiens, on a réussi à trouver un truc pour faire taire les gens? Of course, je me suis intéressée,- c’est pour mes amies profs-, je tends l’oreille… Moi, je pense qu’on pourrait électrifier tout le mobilier urbain “tu manges tes crottes de nez? tiens! une ptite décharge” à l’arrêt de bus, ni vu ni connu, sous l’oeil torve de la caméra qui se marre… Et puis on mettrait des capteurs sur les routes, les trottoirs, dans les lits, et “hop! deux mille volts! depuis  quand on a le droit de marcher en zig zag? de compter jusqu’à 69? de faire des manifs pour défendre ses droits? d’avoir ou d’être des parents divorcés? d ‘être pour l’avortement? pour la mixité, le partage, la conscience! la liberté!?”; et tandis que Bourrin Moyen passe de la zapette au taiseur-de-sac-à-main, investi du pouvoir du barbecue, de dieu et de la dernière tendance,  certain de sa peur comme il ne l’a jamais été de rien, nous prétendons sans fin accéder à la civilisation.  Au Moyen Age, les armes de jet sont des armes de lâche. Rien de neuf depuis. Nous avons aussi cessé de croire que les choses invisibles n’existent pas -la preuve, la fission de l’atome, l’électricité, et mes potes quand ils mangent des fayots-. Notre siècle a juste engendré des hypocrisies à sa taille: des soldats exposés sur des champs de bataille à des armes chimiques qui les condamnent mais qui rentrent vivants avant de mourir de maladies contractées sur le terrain. Les morts rentrent vivants. Les condamnés à mort s’endorment… mais certains disent qu’ils sont enfermés dans des corps paralysés pendant de longues minutes avant de succomber, videos à disposition.”Une chtite balle? Rien?” Nos civilisations engendrent des perversions et des violences nouvelles, peu de progrès en matière d’humanité, d’aptitude à la joie ou à la vie.  D’où mon” taiseux”, qui n’est pas si mal, et qu’on n’a pas besoin de violenter pour le faire taire.Il a peut-être des recettes à nous communiquer? ”Msieur l’taiseux, un petit conseil? - Ta soeur!” 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>