Humeurs

Mes années pas fac…

Ceci est un article totalement centré sur moi, totalement subjectif et totalement pleins de regrets inutiles. Donc, ceux et celles que ça énerve, ne le lisez pas ! (Rassurez-vous, je vous comprendrai, ça m’énerve moi même d’avoir encore ce genre de sentiments…)

Mes années pas fac…Je n’ai jamais été scolaire. En troisième, mon professeur de géographie me définissait comme “plus fine de la classe mais la moins scolaire.” Le genre de remarques très gentilles mais qui condamne à galérer.

J’étais capable d’analyser de pied en cap “quatre vingt treize” de Victor Hugo ou “Phèdre” de Racine, et en prime d’y prendre plaisir mais factoriser les nombres ou même tracer une droite perpendiculaire, ça, je ne pouvais pas. Ce n’était vraiment pas de la mauvaise volonté. Je ne savais pas le faire.

Je souffrais de “dyscalculie” ce qui est l’équivalent de la “dyslexie” pour les mathématiques. J’étais également atteinte de dyspraxie (et mes enfants ont eu le grand bonheur d’hériter de cette seconde “tare…” ) et donc incapable de rendre une copie propre ou de tenir un cahier proprement. Je n’avais aucune rigueur, la méthode me cassait les pieds, j’étais mauvaise en langues et évidemment en sciences. Bref, une catastrophe.. ,qui cependant, était capable d’atteindre des sommets en français et en histoire. Mais attention ! En rédaction, analyse de texte, résumé et orthographe, parce que la grammaire, c’était pareil… et uniquement en histoire, la géographie, ça me cassait les pieds.

Bref, arrivée en troisième, j’ai été orientée. J’ai reçu cette nouvelle en pleurant. Mes parents m’ont payé une école privée hors contrat extrêmement chère..qui n’a pas donné grand chose. J’ai pu chanter avec Sardou “j’ai fait les deux écoles et ça n’a rien changé.”

Ensuite ? BEP dans le secrétariat. Vous m’imaginez, moi et mon manque de rigueur dans une section où on ne demandait que de la rigueur ? Catastrophe assurée, évidemment..Bref, “déscolarisée” à 19 ans, je me suis mise à travailler.

Je ne suis pas allée en Fac. Et dire à quel point je le regrette est presque inutile. J’aurais voulu connaitre les amphis, les cours magistraux, les profs qui débattent. J’aurais voulu aller à la Sorbonne et travailler sur les auteurs que j’adorais. J’aurais voulu connaitre la contestation étudiante. J’aurais aimé aller en Faculté et avoir un autre destin professionnel. J’aurais voulu faire des études et pas travailler au Parc Astérix parce que je n’avais pas le choix.

Je suis heureuse et ma vie est belle. Mais j’ai toujours le regret fondamental de ne pas être aller au bout de mes capacités. Encore maintenant, je suis capable de mener une discussion sur Sartre avec des agrégés de lettre. Je sais que je pourrais reprendre des études, mais il faut bien vivre et faire vivre mes enfants, n’est- ce pas ?

Et même si je ne rêve pas d’enfants bac + 4 j’espère vraiment qu’ils feront mieux que moi. Car si on ne souhaite pas une existence meilleure à ses enfants, c’est qu’on a vraiment un problème.
(c) Alaska Teacher

Tags : , ,

22 Responses to “Mes années pas fac…”

  • j’aime beaucoup cet article Serena…

    d’une part parce que non, il n’est pas amer ni aigri tu dresses un constat.

    d’autre part parce qu’il y a beaucoup de gens qui pensent que leur diplôme est la preuve de leur intelligence, finesse d’esprit et justifie leur règne sur le monde. tu leur rabat le caquet.

  • merci, vraiment merci même si ce n’est pas le but. Ceci dit, c’est vrai que ça fait du bien.

  • Merci Serena pour cet article j’ai toujours été complexé par ma soeur et son bac +5 en management maintenant à 25 ans après un licenciement je reprends mes études. C’est dur faut une sacrée dose d’humilité mais rappelle toi que l’intelligence et la culture n’a rien à voir avec les diplôme. Tu en es la preuve… et la fac ? T’as rien perdu, les élèves de fac surtout ceux qui étaient dans ma classe n’étaient pas intéressants, ni intelligents, juste des petits cons sans grandes idées individualistes qui se la racontaient pour rien…

  • Oh, comme je me retrouve dans ce que tu as écris. J’ai à quelque chose près le même parcours que toi à l’exception que je ne me suis pas encore arrêté. Je me force à aller le plus loin possible et évidement ça ne m’intéresse pas.

  • Ton article montre bien les limites du système scolaire français, mais le fait que tu sois heureuse, et que tu en parles, c’est génial : un pied de nez au diktat scolaire -encore une spécificité franco-française…

  • Avatar of Vio
    Vio

    j’aime ton témoignage. :)

  • pola, tout de suite, le but de mon article n’était pas du tout de démontrer les failles du système scolaire français. J’avais des problèmes qui n’étaient pas seulement scolaires et contre lesquels les meilleurs des profs ne pouvaient rien. J’avais surtout un problème en maths de la taille d’un iceberg qui a influé sur toute ma scolarité.
    Saroune, je te comprends très bien, j’ai également été complexée par mon “génie” de soeur tout en en étant très fière. D’ailleurs, j’adore ma soeur et elle n’a jamais rien fait pour me complexer. Et quand sa vie privée a pris l’eau (ça a même été un naufrage de taille,) j’ai été là pour la soutenir. Et ses filles sont après mes enfants (mais vraiment juste après !) les amours de ma vie.
    Pierre c’est un vrai problème, j’espère que tu trouveras la solution. Mais je te conseille quand même de continuer pour ne pas galérer comme moi.
    Vio, merci !

  • Je ne m’en fais pas trop, j’ai une belle gueule et de la tchatche. Pour l’instant ça me permet de m’en sortir plus ou moins bien.

    Oh et je suis modeste.

  • oh qu’il est modeste ! ^^
    ma sœur avait des difficultés scolaires et on n’a détecté sa dyslexie que trop tard. scolairement j’arrête enfin, à 26 ans passés. alors qu’elle, plus jeune que moi, travaille depuis des années. elle est encore parfois complexée par ça. se sent inférieure à nous. pourtant vraiment, qu’il s’agisse de moi ou de mon autre sœur (encore à la fac), nous n’avons jamais considéré coralie comme moins intelligente sous prétexte qu’elle s’est arrêtée plus tôt. de mon côté je m’en suis sortie scolairement malgré un système inadapté aux rêveuses ^^; et ce n’est pas faire le procès de l’éducation nationale française que de constater qu’elle y est pour beaucoup dans l’échec scolaire de nombre d’entre nous : on met de côté ceux qui finalement auraient plus besoin d’attention. pour preuve, j’ai toujours été très bien suivie et soutenue…dans les matières où j’excellais ! absurde :)

  • Je ne suis pas vraiment sur que c’est un problème d’attention ou de soutien. Par exemple on avait beau me surveiller, me forcer, me menacer, m’expliquer rien n’y faisait. Je ne suis pas fait pour étudier…du moins pas comme ça. Pour que ça marche il fallait que j’en ai envie et je crois que c’est plutôt la façon dont on nous enseigne les choses qui n’est en définitive peut-être pas adapté. Les profs n’ont jamais réussi à éveiller chez moi le moindre soupçon d’intérêt. A l’exception de ma prof d’anglais, mais dans un tout autre domaine.

  • “du moins pas comme ça”. justement. “c’est plutôt la façon dont on nous enseigne les choses qui n’est en définitive peut-être pas adapté”. justement ! “A l’exception de ma prof d’anglais, mais dans un tout autre domaine.” justement !! ah non là j’ai rien dit, je ne préfère rien dire : je ne sais pas de quoi il retourne.
    tu ne fais que souligner ce que je “reproche” au système scolaire ! on impose à l’enfant de s’adapter à un système pas forcement naturel ni même intuitif, en tablant sur la réussite et l’élitisme…sans penser que le but d’une éducation de l’enfant est de lui apprendre à ETRE. c’est tout. et l’instruire. sans faire de lui nécessairement une encyclopédie qui récite mais ne cogite pas forcement. :)

  • Ah ok, je croyais que tu reprochais au système de ne pas offrir suffisamment de soutien aux élèves en difficulté… Parce que je trouve que c’est une perte de temps. Si j’étais si bon en français et en histoire c’est justement parce que ça m’intéressait et non parce qu’il fallait le faire.

  • Philesb

    Serena,merci pour cet article.Je suis comme toi mais à cause d’une raison différente.Aujourd’hui j’en souffre encore et ça me pesera jusqu’à la fin de ma vie…

  • @Saroune : “et la fac ? T’as rien perdu, les élèves de fac surtout ceux qui étaient dans ma classe n’étaient pas intéressants, ni intelligents, juste des petits cons sans grandes idées individualistes qui se la racontaient pour rien…” ahem. La fac, c’est pas forcément nul, et les gens qui y vont ne sont pas tous des petits cons, loin de là….Personnellement, la fac, les cours, ainsi que les rencontres que j’y ai faites, m’ont enrichie. Après, ce n’est pas adapté à tout le monde, et on ne devrait pas aller à la fac “pour faire bien” mais parce que ça nous correspond.
    @Serena : le système scolaire français n’était pas adapté à toi, mais ça n’empêche que tu es intelligente et cultivée, alors pas de regrets à avoir ! L’important, c’est que tu sois heureuse !

  • oh oui krib !!! j’applaudis ton tout dernier paragraphe ! serena ! pas besoin d’être une inutile, encombrante et lourde encyclopédie (poussiéreuse) ! ^^ tu es bien mieux comme ça !

  • je vais (encore) essuyer une larme à cause de vous, krib et zan !
    Je tiens à le (re) préciser encore, je suis heureuse. Je crois que ce qui me manque le plus, ce sont des discussions un peu plus intelligentes que les problèmes de boulot, d’enfants, de la dernière coucherie de la première fille de la bécane à jules…enfin, vous voyez le genre ! c’est vrai que le jour où j’ai pu discuter avec un professeur de Sartre, Camus et d’autres choses, ça m’a fait un effet formidable..mais aussi l’impression que j’avais gâché mes possibilités. Mais en même temps, j’ai un peu peur que ce soit du à un manque de culture de plus en plus étendu. Moi-même d’ailleurs, j’ai du mal à lire les livres dits “intelligents” mais c’est peut-être parce que comme Eric Neauleau, je préfère les écrivains morts.

    @ Zan et Pierre : comme vous, j’étais brillantillissime dans les matières qui me plaisaient et nulle dans les autres ! je pense que c’était aussi à nous de comprendre qu’on doit bosser même l où ça ne nous plait pas….ce que j’ai du mal à convaincre mon fils !

  • je voulais dire “brillantissime”. Philesb, je t’ai oublié excuse moi. Je connais ta frustration mais j’ai envie de te dire qu’il faut absolument que tu la règles, sinon, tu vas souffrir toute ta vie. Et tu seras frustré, amer et infréquentable. Mon beau-frère (excusez moi je ne sais que parler de ma famille…) qui est professeur agréé et super intelligent, admire énormément mon mari car il maitrise parfaitement son métier : l’électricité et qu’il est très doué en bricolage et en informatique. Lui ne l’est pas et il respecte totalement le fait que mon mari le soit plus que lui. Tout ça pour dire que chacun a ses points forts et ses points faibles et qu’il ne faut pas complexer toute sa vie….

  • Philesb

    @Serena:merci.
    Mais le manque de diplomes est un gros problème…
    Merci encore pour ton commentaire.

  • Parfois aussi, quand on a trop de diplômes comme moi, c’est un problème.

  • philesb, je sais, crois moi je sais…et storia a raison aussi, avoir trop de diplômes quand on ne trouve pas de boulot à hauteur de ses études, c’est galère. Mais on s’en tire quand même mieux avec des diplômes à long terme !

  • Serena, je découvre ton article avec un peu de retard (je n’étais pas encore incriste sur LR au moment où tu l’as publié). Je suis d’accord avec toi (et bcp des personnes qui ont laissé des commentaires) : l’intelligence ne se mesure pas aux diplômes. Je crois aussi qu’il y a plein de problèmes dans le système scolaire actuel. Et les enfants qui ont la chance d’avoir des parents attentifs et disponibles s’en sortent svt mieux…
    J’aime beaucoup ton article. J’espère que tu as l’occasion de cotoyer des gens avec lesquels tu peux discuter de Sartre (ou d’autres auteurs). Je pense qu’Internet peut réellement être utile aussi pour se cultiver, discuter et échanger… et rencontrer des gens intelligents (notamment sur les blogs) !

  • je te remercie raph. Ceci dit, je pense que l’un des problèmes actuels de l’Education Nationale (et je pense que les profs présents ici ne me contrediront pas) sont justement…les parents. Qui sont odieux et prétentieux quand leurs gosses marchent bien, agressifs et prompts à accuser le prof quand ils marchent mal…
    et dernier point, sur internet on rencontre des gens intelligents et cultivés mais aussi de sacrés crétins…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>