My Space

Je suis là quand même

C’est une journée officiellement pourrie.

Pourrie car j’ai appris que je bossais pour un psychopathe.

J’avais déjà compris durant la campagne électorale qu’il était dépourvu de scrupules. Je sais aujourd’hui qu’il est fou.

Mais je ne pouvais pas passer la journée à ignore Ladies Room. Car j’ai beau être une râleuse qui monte dans les tours, Ladies c’est important pour moi.

J’ai fait des articles sur des sujets qui me tenaient à coeur. J’ai créé la polémique avec mon premier article, j’ai attiré l’attention sur le phénomène du geek devenu maitre du monde, j’ai eu la joie de m’apercevoir qu’il n’y avait pas que moi qui pleurais sur la disparition des Boucheries Production et vouais Manu Chao aux génomies, j’ai été un peu déçue que peu de gens réagissent à une de mes principales confessions : “je suis une fille du coupeur de joints,” j’ai rendu hommage à ma plus belle histoire d’amour, j’ai polémiqué un peu, râlé, beaucoup, avoué que je voulais être Peyton Sawyer, confessé mon addiction à Gossip Girl, exhibé mon expérience sado masochiste.

J’ai fait de belles rencontres virtuelles que j’aurais aimé réelles, j’ai ri, souvent, j’ai été émue parfois, scandalisée, une ou deux fois…bref, je me suis livrée, Serena, la râleuse, l’agressive, l’emmerdeuse. Serena, la fille à la page, la ladiesroomeuse.

Serena qui espère être là, avec vous l’année prochaine.Peut-être triste, peut-être gaie, surement énervée, peut-être au chomage…

Je t’aime, ladiesroom. Et bon anniversaire.

5 Responses to “Je suis là quand même”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>