Humeurs

Tente, chasuble et video.

La venue du Pape fait grincer des dents, j’aime bien que les opinions s’équilibrent, alors tout va bien. Mais je ne comprends pas pourquoi les dents ne grincent pas plus souvent. Je ne me souviens pas d’indignations aussi fortes lors de l’apparition de la tente-plus-ultra de Khadafi ou de la disparition du budget attribué à l’éducation – éducation qui pourrait faire rempart aux intégrismes politiques ou religieux, par exemple.Et dans les disparitions, j’ai même pas commencé la liste.

Facile, se payer le pape. On risque pas grand chose, c’est même tendance. Et puis c’est sain, la critique. Mais plutôt que de se demander si on aurait dû le filmer ou pas, le recevoir – lui aussi -, on aurait peut-être pu se poser quelques questions de fond. Devenir pape aurait dû l’obliger à renoncer à ses prises de position personnelles – redonner confiance aux intégristes – au bénéfice du plus grand nombre des catholiques qu’il est supposé représenter : or, il ne semble plus représenter que lui et la faction la plus suspecte de l’église, celle qui fâche par ses discours autarciques, intolérants, dévoyés – la lettre, pas l’esprit.

Car il faut bien le dire : chaque dieu de chaque religion a ses cons, ceux qui veulent tuer, disperser, profiter, censurer, propager la souffrance plus vite que la lumière, même divine. Et il faut bien ajouter que plus le pouvoir politique se dit “moral”, plus il veut de l’ordre, voire même parfois, de l’ordre nouveau. Ainsi, notre président – qui n’est pas tout à fait aux normes catholiques – veut que dieu nous inspire. Lui, il préfère les femmes. Un pays où tout le monde est à genoux ou les bras en l’air ou sur la tête en train de prier, un pays d’agneaux ayant renoncé à la violence et aux biens matériels – ça tombe bien, c’est la dèche -, un pays religieux-relié, ligoté, englué, c’est tout bon ! Pas de sens critique en vue. Des traditions, des obligations, des contributions, des compromissions… des bons d’achat, des promos, des soldes, du mérite…d’la marque. Des mots tout faux.

J’entends beaucoup de journalistes ou d’écrivains signaler avec brio ce qui dérape peu à peu dans notre façon de percevoir la politique, le rôle des mots – donc de la presse  - : il faut lire de C.Salmon “Verbicide” et de Terry Jones “Ma guerre contre la guerre au terrorisme”. Nous avons toutes les informations nécessaires pour ne plus nous laisser abrutir par des formulations qui annihilent toute approche d’une vérité objective, en rapport avec la réalité. “La guerre au terrorisme”, c’est la porte ouverte à une guerre générique dont les objectifs sont fixés a priori. Ou a posteriori, comme ça arrange.

“La laïcité positive”, c’est un autre concept fumeux dans lequel on mettra bien ce qu’on veut pendant que chacun, préoccupé de savoir s’il est pour ou contre, oubliera de quoi il pourrait bien être question. J’ai vraiment cru que c’était arrivé, et que c’était pour toujours : qu’on était libre, armé de littérature jusqu’aux dents, doté d’un sens critique irrémédiable, j’ai cru qu’on avait appris et que l’Histoire n’avait rien de cyclique après tout, qu’on ne referait pas les erreurs déjà nommées, analysées… j’ai cru qu’on s’émanciperait sans cesse, surfant sur le fil, le web et tout ce qui navigue jusqu’au ciel…

Et puis, ça ! La dame du coin qui me parle des gars et des filles de l’île de la star de la séduction alors qu’elle ne se souvient pas du nom de ses petits enfants… ou il y a quelques années, des collégiens persuadés que “les sept péchés capitaux” sont une émission télé… – les détracteurs du pape peuvent se rassurer – … Et qui a vu cette émission où une nana bien sous tout rapport- la version mec existe – essaie quantité de postulants afin de trouver le mari idéal, sous les yeux attendris de sa famille et autres continents ?

Je pleure encore “arrêt sur image”… Je ne veux pas qu’on règle mon intimité : je veux prier, ou pas, croire en un dieu, ou pas, je veux savoir ce qui se passe vraiment dans le monde, pas inhaler la dernière version à la mode dans le nuage toxique des mots ou des images qui éloignent la conscience, je ne veux pas voter pour le président qui a le meilleur service media mais pour celui qui a des intentions qui me conviennent, je ne veux pas laisser dire qu’aller de l’avant c’est revenir en arrière, je ne confondrai jamais une campagne de pub et une idée. Quand la maison brûle, c’est pas le moment de se demander s’il faut changer les rideaux…

6 Responses to “Tente, chasuble et video.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>