Humeurs

J’aurais voulu être scénariste

J’ai lu Conversations avec mon agent, adoré The player, stabilosé La dramaturgie de Lavandier, écrit un scénario pour le concours du Conservatoire Européen de l’Ecriture, habité à côté de la Fémis, passé mes vacances à deux pas d’UCLA…

J’aurais voulu être scénaristeJ’ai longtemps rêvé d’être scénariste.

Ce rêve était peut-être réaliste quand des génies n’avaient pas encore inventé Lost et Heroes, quand des script doctors assez fous n’avaient pas écrit les parties de jambes en l’air les plus allumées de la télé dans Nip/Tuck, quand des auteurs n’avaient pas relégué les Corleone au rang de petits joueurs face aux Sopranos.

J’aurais aimé être scénariste :

- Quand à cette époque bénie des dieux, on pouvait encore réussir à épater deux-trois potes dans des dîners car on s’etait enfilé en un week-end la première saison de 24, se nourrissant de pizzas froides à même le futon et bien accompagnée. Maintenant tout cela est devenu impossible, Lullapaf nous raconte donc comment nous en sortir pour ne pas être complètement paumée dans cette offre délirante.

- Quand à cette époque bénie des dieux, seul le Docteur Ross était à partager, alors que maintenant, comme le démontre Maïa - qui a quand même oublié au passage Nathan Petrelli – l’homme de tous les jours a du boulot avec les bellâtres qui envahissent nos écrans plasma.

- Quand à cette époque bénie des dieux, on pouvait encore trouver que le cinéma s’en sortait bien dans le choix de ses acteurs, alors que nous passons notre temps en regardant Batman à nous demander dans quelle série nous avons déjà vu ce fameux second rôle.

Alors cette époque étant révolue, la nostalgie a rattrapé Salesgirl, et c’est peut-être Zan qui a raison d’assumer le fait de ne pas aimer ce genre télévisuel, ce qui à ce jour relève de la vraie prise de position. Ou bien faut-il faire comme Serena qui décrypte les messages cachés pas très “catholiques” véhiculés par les séries.

Pourtant pendant une journée, grâce à tous vos textes, grâce à nos réunions pour décider de la Une, ce rêve oublié et balayé est revenu. Promis demain j’écris à J.J. Abrams pour reprendre en main Fringe – qui soit dit en passant et quand même pas terrible-terrible pour ne pas dire pire; j’ai tenu 18:34:45 minutes avant de m’endormir !

Tiens en parlant de timecode, nous aurions été bien en mal de choisir une vidéo pour aujourd’hui, oui, comment aurions-nous pu ? Impossible.

Ça tombe bien, car nos copains de BienBienBien ont co-produit avec Klame un programme court trop chouette donc on va entendre parler, parole de Madame Irma. Allez y jeter un oeil, dites-nous ce que vous en pensez et gargarisez-vous ensuite de l’avoir vu en avant-première ici.

Sur ce, je file prendre un avion, Hollywood m’attend !

Tags : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>