Histoires

Erasmus ou la Débauche

Comme le titre ne l’indique pas, ou qu’à moitié, j’ai donc testé pour vous… Erasmus en Suède !

Tout d’abord, si tu as des enfants, un conseil : Ne les laisse jamais, mais alors JAMAIS (oui, j’insiste, c’est important) partir en Erasmus.  Là tu te demandes… pourquoi donc? Erasmus c’est un programme d’études dans un autre pays européen, pour parfaire son éducation universitaire. Que nenni !! Laisse moi t’expliquer…

Alors, imagine environ de centaine de jeunes entre vingt et vingt cinq ans. Imagine qu’ils sont tous loin de chez eux, loin de leurs parents et de leur Home sweet home. Imagine maintenant qu’ils vivent tous quasi ensemble, dans un parc de maisons (un peu genre Center Park tu vois?) à environ une dizaine par maison.  Non, tu ne vois toujours pas où je veux en venir?

Et bien, c’est tout simplement la Débauche, et comme tu vois, avec un grand D !

Déjà, en Suède, ils ne connaissent pas le week-end d’intégration, non ici, c’est tout simplement dix jours… pour une raison qui m’échappe j’y ai survécu. Parce que cinq heures de sommeil en moyenne et une grosse fête tous les jours, pendant dix jours… ça laisse des traces… je te passe les détails pour ta propre santé mentale. Ou pour garder un peu de dignité personnelle, aussi.
J’ai cru que ça se calmerait après l’intégration… grave erreur !  Car il ne faut pas oublier que l’étudiant Erasmus moyen n’est absolument pas venu étudié (tu y a cru toi?). Non, l’étudiant Erasmus moyen est tout simplement HEUREUX d’être loin de papa/maman et de pouvoir donc boire et forniquer à sa guise.

La voila la cruelle vérité… quand on ne boit pas, on compare le prix des bières. Ce qui n’est pas si souvent que ça, quand l’on sait que les premières bouteilles sont ouvertes aux environs de dix heures du mat’.  Et oui ! nous considérons sérieusement notre inscription sur les listes de greffe du foie, qui à ce rythme s’avérera nécessaire incessamment sous peu.

Aller, je te rassure, on ne boit pas tout le temps non plus, par exemple, là, je suis sobre. Si si, promis !

Sinon, comme tu devais déjà t’en douter, une centaine de jeunes complètement saouls réunis au même endroit… ça “fait des rencontres”… si tu vois ce que je veux dire. Pour la petite anecdote, à l’entrée de la boite de nuit étudiante, on nous distribue des préservatifs. Et le directeur de l’université nous fait des discours très officiels sur comment boire de l’eau: “c’est très bon, vous devriez essayer, aussi très efficace pour les lendemains de fêtes”.

Voila donc, je me permets de décréter très officiellement: en Erasmus, à part chopper des MST et devenir alcoolique, on fait pas grand chose quand même. De temps en temps on va en cours quand même, allez… au moins six heures par semaines !

Maman, si un jour tu lis cet article, s’il te plait, pardonne moi.

40 Responses to “Erasmus ou la Débauche”

  • J’espère que tu pratiques au moins ton anglais ou alors tu es entourée de français?

  • Ah non, ça ça va à peu près. On est une trentaine de nationalités, et donc même s’il y a bien une dizaine de français on est très majoritairement entourés de personnes d’autres nationalités ;)

  • C’est bien! Tu vois Erasmus ça sert quand même à quelque chose. Ta Maman peut dormir tranquille! :-)))

  • Boire et forniquer, on peut le faire ici, pas besoin de partir en suède ;)

  • Et hop, tu m’as convaincu de m’inscrie! lol. Non mais J’ai pas bien compris le concept d’Erasmus: ça s’adresse à des filières particulières, seulement aux universitaires (donc pas ceux des écoles) ou à des étudiants qui ont juste envie de voir du pays (tout en continuant à étudier un minimum)?

  • Il n’y a qu’à voir à la Cité Internationale Universitaire de Paris… C’est très joli, certes, comme un campus à l’américaine… Mais il est vrai qu’en sortant en boîte vendredi soir, je me suis bien aperçue que l’année universitaire allait recommencer ^^

  • @ Le mal: Erasmus ce n’est pas seulement pour les universités, je suis par exemple en école de commerce. Et non, normalement ce n’est pas juste pour “voir du pays” ;) C’est un programme qui permet de partir dans des universités partenaires en Europe. Même si bon, on étudie pas des masses, c’est quand même censé être fait pour !

  • @girlzounette ; tu oublies aussi que, pour partir en Erasmus, il faut aussi avoir un certain niveau. Oui, tu ne pars pas en Erasmus avec 2 de moyenne…

  • Avatar of Vio
    Vio

    J’aurais pu partir en Erasmus cette année mais j’ai choisi de ne pas y aller … en tous cas ça m’étonnerait que ce que tu as vécu soit une généralité. Déjà, pour ceux de ma promo de l’année dernière qui vont en Espagne cette année doivent chercher leur appartement seuls, ils ne seront pas ensemble sauf s’ils choisissent dès le départ de prendre une collocation. Et puis tout le monde ne part pas pour faire la fête. ;)

  • i love sweden…. souvenirs mémorables…. no comment

  • mouiiiiiiiiii…je trouve ça un petit peu réducteur de n’aborder que ce côté d’Erasmus.
    perso ce que tu décris c’était ma vie en école d’ingénieur, alors je ne suis pas partie QUE pour la débauche…

    @Storia: tu as tout à fait raison, on sélectionne sur dossier.
    mais il y a l’astuce: si tu demande une destination moins “glamour” et moins téléphonée (Barcelone, Amsterdam & Cie) il y moins de concurrence. héhé…à moi Hamburg!

  • ah ah je pense que cet article est surtout à prendre pour son aspect humoristique (tiens je vais p’t'être bien faire erasmus l’an prochain… comment ça j’suis trop vielle ?!)

  • moi aussi zan, dommage on serait parties bras dessus bras dessous et on aurait laissé les deux miens et le tien (ou tienne) à mon mari….
    je comprend pourquoi mon fils, devant “l’auberge espagnole” m’a dit qu’il voulait faire erasmus….mais enfin, si c’est par rapport au niveau, mon chéri, tu oublies !

  • On sélectionne sur dossiers mais en effet si on ne demande pas Barcelone, généralement on part même avec un niveau pourri. Il faut juste avoir validé sa premiere annnée.
    Sinon, même si on y va pas QUE pour faire la fête, c’est quand même le principal souvenir qu’on en garde. Outre toutes les galères administratives, de recherches d’appart, de coloc qui pue, de devoirs de 3000 mots en anglais sur le commerce d’épingles au Moyen Age….
    Erasmus reste une énorme beuverie. Quelque soit le pays.

  • @Khadidja: une beuverie. voilà. mais une beuverie en VO ;)

  • Je profite de ce post pour dire officiellement à mon fils qu’il ne partira pas pour Erasmus. Non, il ne partira pas, pas la peine d’insister.

  • @serena: allez, ho, la maman :D

    par contre, je dis pas ça pour me rattrapper, c’est vrai, hein: le niveau en langues qui tue à la sortie.
    jsuis partie en Allemagne, donc je parle allemand; et comme un paquet d’étudiants parlaient mal allemand, j’ai aussi fait de super progrès en anglais.

    je m’en voudrai d’avoir ruiné les ambitions Erasmusesques de Sereno Jr…

  • sereno junior, je lui sortirai celle là !!!

  • tu sais dee curl mon fils est interne..et franchement, je ne sais pas ce qu’il fait la semaine, je fais confiance à l’internat vois les bons résultats sur son moral et ses résultats et ferme les yeux sur le reste.

  • Moi, je dis : partons en Suède !

  • Oui, à l’étranger, on est loin de papa maman…
    On peut faire des sorties…
    On peut aller en boite sans qu’on nous dise t’es où?
    Ca fait deux ans que je suis à l’étranger.
    Je viens d’avoir 22ans…
    Et pourtant je couche pas avec tout le monde (avec personne d’ailleurs), et je suis pas alcoolique…
    La débauche yen a en France aussi d’abord…
    Ok, je suis sortie en boite, je l’aurais pas fait sinon…
    J’ai embrassé trois garçons… C’est vrai que ça serait pas arrivé non plus…
    Mais faut se poser ses limites quoi !

  • Là pour le coup, je pense vraiment que c’était du second degré…

  • Expérience complètement différente de la mienne…

    En Allemagne, j’avais 22h de cours par semaine, et non 6 (ma progression en allemand est évidemment assez spectaculaire). J’allais quand même très souvent en cours (plus qu’en France).

    Les fêtes Erasmus, ça va au début, mais à la fin de l’année ça craint…Pour ma part, je trouve plus intelligent de profiter de son temps libre (même si j’ai l’impression de ne pas en avoir eu beaucoup) en faisant des voyages…Certains ont visité toutes les capitales d’Europe de l’Ouest, plus quelques unes de l’Est, c’est quand même beaucoup plus enrichissant que de se faire gang-banguer par une horde de Vikings, ou bien ? Enfin, bon, avis perso…

  • “je trouve ça un petit peu réducteur de n’aborder que ce côté d’Erasmus”

    Oui, voilà, idem :D

    Euh et sinon dans mon école, c’est limite naze d’aller en Erasmus…alors que les autres sont en stage en ambassades, ONG et multinationales aux quatre coins du monde…Ou en fac aux EU, au Canada, en Chine…Donc faut pas avoir un super dossier pour partir à peu près où on veut :D

  • Erasmus, c’est vraiment variable selon la destination….

  • @Shen-Te: “Les fêtes Erasmus, ça va au début, mais à la fin de l’année ça craint…Pour ma part, je trouve plus intelligent de profiter de son temps libre en faisant des voyages”

    –> bah, on peut faire les deux, non ;)

    sinon 22h de cours, moi ça me semblait bien léger en regard des 30h de cours qu’on avait dans mon école :D

  • Ouais, mais après t’as quand même des crédits à obtenir, et je suis peut-être particulièrement idiote, mais pour moi ce n’était pas si évident, loin de là. A noter que les gens qui n’ont pas leur année Erasmus sont plus nombreux qu’on le croit. Et à ce moment-là, autant faire une vraie année sabbatique, au lieu de profiter des bourses de la Commission Européenne non ?

    “22h de cours, moi ça me semblait bien léger en regard des 30h de cours qu’on avait dans mon école :D”

    Ben pas moi, puisque je fais des études plus “littéraires”, et comme on suppose que tu as un tas de recherches à faire, 20h sont suffisantes…Donc Erasmus ou pas, c’était kif kif. Et pour mon copain c’était pareil, il n’a vraiment pas eu l’impression d’avoir une année cool…Même si je reconnais que j’ai eu un choc, à la rentrée, en prenant connaissance des exigences des profs (c’est que l’école a un rang à tenir quoi…)

  • @Shen-Te: ah mais au niveau des cours, je ne dis pas, c’était ardu et balèze d’autant plus que dans la fac où j’étais mes camarades allemands passaient 4 examens ce semestre alors que j’en avais 10, pour faire les crédits.
    j’ai même dû repasser à l’oral pour certaines matières et j’ai vraiment, vraiment beaucoup travaillé avant les exams…et en toute honnêteté, un des profs m’a dit que si j’avais été allemande de la fac, il m’aurait fait repasser en septembre mais que comme je ne pouvais pas revenir, il validait.

    après ce n’est pas ce que j’ai le plus retenu. c’est surtout les soirées, les amitiés nouées, la découverte d’autres cultures…moi c’était que 6 mois alors c’est court quand même :)

  • Pour les cours, j’me disais bien, quand même…

    Oui 6 mois c’est très court en effet…Mais même en un an, je n’ai pas eu l’impression de mieux connaître les Allemands qu’en arrivant…En fait on était souvent “entre Erasmus”, voire “entre Français”, je ne sais pas si c’était pareil pour toi…Mais sinon, c’était vraiment bien, bon souvenir et tout, d’ailleurs, on compte revenir là-bas tous ensemble un de ces quatre…

  • @Shen-Te: ouais, hein…pas possible de faire plus chez nous. c’est quand même mieux que rien.
    et au sujets des rencontres, j’étais quand même bien contente d’avoir un pote allemand, rencontré en France pendant son année Erasmus :) pour faire un peu des soirées qu’avec des allemands.
    parce que sinon, c’était pas trop French team, mais Erasmus team, alors là, oui…

  • Souvent en fac, il y a genre 15h de cours par semaine, mais c’est sans compter le travail personnel…
    Ce n’est pas le lycée !

  • C’est mal, de rester entre français.. Perso j’évite. Sans avoir fait erasmus j’ai fait des voyages linguistiques pour adultes et au vu de vos commentaires je pense que ce sont des cadres similaires, les fêtes étudiantes en moins. Sauf que moi j’avais 35h de cours par semaine. Je sais maintenant dire bonjour en 14 langues, je bafouille en italien, japonais et en kazakh (si si), j’ai les bases en espagnol et je maîtrise l’anglais. Bon, j’avoue, j’aime beaucoup les langues. Mais je faisais mon possible pour éviter les français, et tous les soirs j’étais de sorties avec des étudiants (souvent d’europe de l’ouest, j’avoue). J’en garde des souvenirs impérissables. Et aussi des adresses pour dormir gratis dans le monde entier :). Alors Erasmus, je prends!

  • Sk8ergirl: ouais mais bon, pour avoir ses UV, c’est pas non plus un vrai défi.. Après ça dépend des ambitions qu’on a, de notre niveau et de la filière mais bon..

  • “Après ça dépend des ambitions qu’on a, de notre niveau et de la filière” ben oui justement ^^

  • Bin au lycée c’est pareil. Si on veut la bourse du conseil régional pour résultats honorifiques au bac, bin faut bosser un minimum chez soi.. D’ailleurs j’aurais pas craché sur cet argent, mais j’ai mal dosé mon rapport glandage/révision, et j’ai raté la mention très bien à quelques points (parce qu’à ce qui paraît, pour réussir les maths, faut s’entraîner même si on aime pas. Pff..

  • @le mal: han, des cours linguistiques pour adultes où on fait la fête avec des étudiants…mon kif.
    où c’est qu’on signe? :) tu as des adresses? ça coûte cher?

  • “C’est mal, de rester entre français”

    Je sais bien, d’ailleurs au début, je ne “traînais” qu’avec des Espagnols, Italiens, Turcs, Ukrainiens (et même un Iranien). Et je parlais le plus souvent allemand avec les deux Français que je connaissais. Mais d’une part, les Allemands sont difficiles à aborder dans leur propre pays, j’ai trouvé (quand ils sont tous perdus en France, ils rigolent moins ! :o), et d’autre part, putain, ça fait quand même du bien de retrouver des compatriotes, parce que des fois, les Turcs, Espagnols et autres, j’avais vraiment du mal à les comprendre (et pas sur le plan linguistique). Et puis on a quand même intégré d’autres nationalités dans notre groupe de Français :o

  • @Shen-Te: c’est vrai que les allemands ne sont pas facile à aborder, mais une fois que tu l’as fait, ils se mettent en 4 pour t’aider et tu peux compter sur eux. ce n’est tout simplement pas dans leur culture d’être très familier…

  • Perso j’ai voyagé avec , et ça m’a fait 900€ pour deux semaines à Londres, avec famille d’accueil, repas matin et soir, et les cours. Là ou j’étais (Londres) mes cours se déroulaient dans une école de la périphérie londonienne qui regroupait des étudiants de tous âges (15 ans et +, mais les moins de 16ans étaient à part), il y avait une connexion internet et des activités proposées chaque soir. Evidemment on était plus souvent au pub qu’aux activités, alcool oblige (lol). Basically, on te donne l’adresse de ton hébergement, et une carte. Après, tu te débrouilles pour y aller depuis chez toi. Pareil pour tous tes déplacements sur place, c’est à toi de gérer. Tu peux aussi choisir de prendre un appart, mais ça coûte plus cher. Et dans le cas où t’es un peu fauchée, tu peux prendre un job, mais c’est difficilement compatible avec le programme intensif que je faisais. Mais il y a différents programmes.
    Cela dit, peut-être d’autres organismes proposent des voyages moins cher. Moi j’ai choisi au dernier moment, mais je ne regrette pas. Je trainais avec une française de 24 ans, avec qui je continue à parler en anglais d’ailleurs (lol), trois allemande de 17, 20 et 21 ans, une italienne de 23 ans, une espagnole de 16ans et une kazakh de 18 ans. Les garçons? Ah oui, de temps en temps j’allais au pub avec deux italiens, 28 et 27 ans (XD). Et mon housemate était un commercial espagnol de 38 ans, qui traînait avec une prof de maths espagnole de 56 ans, une commerciale polonaise de 40 et quelques, un avocat italien de 30ans, une architecte espagnole de 26ans et une étudiante en littérature russe de 20 (je traînais avec eux de temps en temps). Dans ma classe on était 7 (la crème de ma crème, héhé) et j’ai étudié de l’histoire, de la géographie, de l’économie, de la littérature, de la musique, de la philosophie, et même de l’anglais (!) avec une japonaise, une française, un lithuanien, une allemande, et deux espagnoles. Tout ça pour dire que c’était varié. Et c’est vraiment ça qui a fait tout le charme de mon voyage.

  • oups: j’ai voyagé avec Study Global

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>