My Space

La Consolante

Il faut bien l’avouer, “le” Gavalda est LE livre que l’on attend avec une gourmandise et une envie non feintes. Un peu comme lorsqu’on nous annonce la sortie de la version ciné de Sex & the City... On est toute excitée, on le tracte, on peste, on tremble lorsqu’on apprend que l’auteure s’est faite voler son portable, lequel contenait l’ensemble de ses écrits… Enfin, il est là (il est moche : mon Dieu, pourquoi une couverture aussi laide?), annonçant déjà prétentieusement son triomphe… Un livre a-t-il été aussi attendu que La Consolante ?

La ConsolanteEt bien, après l’avoir lu, j’ai juste envie de paraphraser un ancien Président de la République : “Pschitt!”.

L’envie, si intense pourtant, de lire cet ouvrage s’est amenuisée au fil des pages…

J’avoue n’avoir pas aimé tous les livres de Gavalda, j’avais d’ailleurs considéré Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part comme une petite erreur de parcours, un petit manque d’inspiration… J’avais été envoûté par Je l’aimais, eu le coeur gros après avoir fini Ensemble, c’est tout.

Bien sûr ici, on retrouve tout ce que l’on aime dans les contes Gavaldiens, ce petit côté “Amélie Poulain”, à savoir le brocardage de tout ce que l’on déteste dans cette société de misère, toutes ces veuleries, cette succession d’ambiance délétères, tous ces gens qui vous font changer de trottoir, ces conversations qui n’en sont plus, le plafond si bas qu’on finit par marcher dessus. On retrouve ces amitiés blessées, ces amours qui s’effritent, ces familles recomposées, ces êtres qui se croisent et se reconnaissent.

Mais alors que cela avait jusqu’alors fonctionné parfaitement, dans La Consolante, tout tombe à plat comme si la machine était cassée. J’ai bien peur qu’Anna Gavalda se soit enfermée dans un mécanisme qui avait fait jusque là son succès.

J’aime lire et je ne peux pas imaginer m’endormir, quelle que soit l’heure, sans avoir lu un chapitre. C’est mon “petit plaisir”, mon “petit bonheur” du soir après une journée pas forcément toujours très facile. Et ce livre, rien qu’à l’idée d’en lire quelques lignes, me plongeait dans un grand état d’angoisse. Je ne saurais pas vraiment expliquer pourquoi… peut-être parce qu’il tourne un peu trop autour de la mort, ce qui remue en moi des blessures pas forcément toujours refermées…

Bref, je n’ai pas aimé. J’ai trouvé que c’était un livre bavard, six cent pages garnies de digressions et de coquetteries stylistiques, des fioritures qui gênent souvent la lecture d’un récit éreinté, parfois même redondant ; il y a une surabondance de dialogues et une avalanche de verbes au passé simple sans sujet. J’avoue souvent avoir du m’y reprendre à plusieurs fois pour savoir qui parlait… sans en être toujours sûre ! Et ce mélange franco-anglais, c’est tout bonnement ridicule ; j’avais l’impression de lire du JCVD…

D’autres choses m’ont gênée… ce rappel encore et toujours à la mort : oui Anna, nous savons pertinemment qu’on finira un jour ou l’autre par y passer mais si tu pouvais juste, pour éviter que l’on ne se flingue tout de suite, éviter de nous le répéter à longueur de pages… Déjà qu’on n’était pas trop bien…

Osons, le dire, j’ai trouvé ce livre passéiste ; ce “c’est forcément mieux avant et tout de façon, maintenant, c’est trop tard, tout est foutu” m’a énervée au plus haut point.

Et puis, je ne me suis pas attachée au personnage principal et ça, ça me dérange. Je ne peux pas m’imprégner d’une histoire sans l’aimer, l’engueuler quand il fait des choses qui m’énervent, le pousser quand il en a besoin… Parce que Charles, OK, il est en pleine “midlife crisis” : il travaille comme un fou. Il gagne pas mal d’argent. Mais avec sa compagne, Laurence, ce n’est plus ça. Bon, heureusement, il y a Mathilde, la fille d’un autre, une ado qu’il aime très fort, et avec qui il a une véritable complicité. Mais en même temps, sa vie de M¨°%+, il l’a cherché en choisissant la facilité tout au long de son existence, non ?

Enfin, on se dit que tout va changer lorsque ce précaire équilibre vole en éclats, le jour où un petit mot laconique lui apprend la mort d’Anouk Le Men, une infirmière urgentiste qui fut la voisine des parents de Charles, mais surtout une mère de substitution, et son premier amour. Quant à Alexis, le fils d’Anouk, trompettiste de jazz junkie recyclé en commercial de province, c’était plus que son frère. Même s’ils sont fâchés, c’est lui qui l’a informé. Après la mort de Nounou, un vieux travelo, ancien artiste de music-hall retrouvé assassiné, c’en est trop.

Les retours à son enfance et le quatuor Charles-Anouk-Nounou-Alexis furent pour moi les moments les plus intéressants et les émouvants du livre. Nounou est certainement celui qui m’a le plus touchée… Cette grande folle qui aura passé son temps à être rejetée et qui connaîtra une mort synonyme de sa vie…

Charles part alors à la dérive, picole, fait n’importe quoi, arrive à ne plus pouvoir travailler, et sa relation avec Laurence part en lambeaux. Il décide de prendre le taureau par les cornes, d’aller voir Alexis, de s’expliquer avec lui sur le suicide d’Anouk. Mais là-bas, dans le Sud, la merveilleuse Kate et sa tribu de marmots l’attendent. Tout est encore possible et il ne le sait pas… enfin, LUI, ne le sait pas, mais NOUS, ça doit bien faire environ un quart du livre qu’on se doute de qui va arriver et de l’ “happy end” annoncé.

J’aurais aimé en connaître un peu plus sur Alexis, personnage intriguant et mystérieux et en savoir un peu moins sur Kate, à laquelle je ne me suis absolument pas attachée…

Désolée Anna, mais je trouve que là, tu es un peu trop tombée dans la facilité… Pas touchée…

Je suis vraiment extrêmement curieuse de savoir ce que VOUS en avez pensé et de connaître votre ressenti sur ce livre.

« Charles Balanda, 47 ans, architecte à Paris, apprend incidemment la mort d’une femme qu’il a connue quand il était enfant, et adolescent.

« Il déchire la lettre et la jette dans la poubelle de la cuisine. Quand il relève son pied de la pédale et que le couvercle retombe, clac, il a l’impression d’avoir refermé, à temps, une espèce de boîte de Pandore, et, puisqu’il est devant l’évier, s’asperge le visage en gémissant.

Retourne ensuite vers les autres. Vers la vie. Se sent mieux déjà. Allez… C’est fini.

C’est fini, tu comprends ?»

Le problème, c’est que non, il ne comprend pas. Et il n’y retourne pas, vers la vie. Il perd l’appétit, le sommeil, abandonne plans et projets et va essayer de comprendre pourquoi tout se fissure en lui; Et autour de lui. Commence alors un long travail de deuil au bout duquel il est obligé de se rendre à l’évidence : l’échelle de cette vie-ci est illisible et il faut tout rebâtir.» .

La Consolante d’Anna Gavalda – Ed.Le Dilettante – 24,50 euros.

Prochaine lecture : L’Insoutenable légèreté de l’être de Milan Kundera.

One Response to “La Consolante”

  • Un livre plus attendu que La Consolante de Gavalda ? De tête comme ça je dirais le dernier Harry Potter !
    Personnellement j’ai adoré Ensemble c’est tout, mais pour La Consolante, je n’étais pas convaincue. Donc je ne l’ai pas acheté. Déjà à cause du prix et aussi à cause de l’énigmatique résumé. En plutôt l’abscence de résumé…
    En tout cas, je ne suis pas déçue de l’avoir zappé de ma liste !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>