Histoires

Barcelone : La folle


La première fois que j’ai rencontré Barceloca*, c’était en août 2002. Depuis, j’ai du y retourner une bonne vingtaine de fois. Rien que cela. La ville ne se laisse pas aborder si simplement. Elle a de multiples facettes, qu’elle dévoile visite après visite.

Ma première fois, c’était sale, bruyant, mais aussi incroyablement intense. J’ai cru devenir aveugle tellement ces 8 jours m’ont empli les yeux. Et ensuite, j’ai dormi, beaucoup. Bien trop de marche pour mes jambes.

Barcelone : La folle

De ce premier voyage j’ai retenu le Palau Gaudi carrer Nou de la Rambla avec son style gothique/moderniste, la taverne basque Txapela, piège à touristes hyperclimatisé mais correct, les bières tièdes de 3h du matin achetées au paki de la Rambla, l’immonde Mare Magnum, la folie des Zara et les balcons fermés du quartier de l’Eixample. Une vraie touriste, mais déjà quelques marques prises.

Ensuite, il y a eu 2006 et ses visites aux allures Erasmus. Les bières tièdes de la Ramblas toujours, mais aussi les shots à l’absinthe du bar Espit Chupitos. Sitges, le dimanche au mois d’août et ses poubelles déversées sur la plage. Les cafards, énormes et menaçants. La découverte de Maitea, incroyable taverne basque au métro Hospital Clinic, avec ses pintxos pomme/miel. La folie Zara, toujours, mais aussi Desigual et Adolfo Dominguez.

2007, Bicing fait son apparition dans ma vie.”L’ancêtre” du Vélib. Je suis déjà accro. Parcourir la ville de jour comme de nuit sur des vélos légers, griller les feux rouges et rouler sur le trottoir. Je m’installe. Je parcours Gracia. Mes habitudes sont au Sol Soler, bar de la plaça del sol, mon dieu que leurs tapas sont bonnes. J’apprends quelques mots de catalans. Je suis épuisée se dit feta caldo, et ça m’arrive souvent, je ne dors pas. Je rencontre mes premiers catalans, mais où étaient-ils jusque là ? Loin des touristes du centre, ils nous détestent. Je bois de la Moritz, la bière locale. Je bois du cava, le champagne local, à la Txampañeria derrière le port.

La nuit le week-end, je prends le métro, l’attendre 20 minutes me semble normal. Je ne fais plus les musées, je les connais déjà. Je vais aux expos du Macba, musée d’art contemporain. Bel édifice, collection pauvre. Des skateurs font leur show à l’entrée. Je vais en boîte au Razz, je reste une étrangère même si j’ai tenté la très chic Carrer Muntaner. Je lis l’Ombre du vent, de Carlos Ruis Zafon et m’aventure dans les quartiers résidentiels et bourgeois. Sarria et ses immeubles modernes de briques me laissent de marbre.

2008, je suis rôdée. J’ai renouvelé mon abonnement Bicing, je roule sur les pistes cyclables. Le samedi soir, je dîne chez des potes de Vallarca, le dimanche, c’est brunch au Sol Soler. Si j’ai le temps, un détour par la plage, au pieds de la tour Mapfre. Je fais le marché, Boqueria ou Gracia, selon mes envies. Je ne rentre plus chez Zara.

Demain, je retourne à Barceloca. Il me reste encore tant à voir. Montserrat, quand je serai d’humeur sportive. Le monastère de Pedralbes, où la collection Thyssen ne se trouve plus.

Dimanche je serai au Sol Soler, si vous voulez m’y rejoindre.

Etym: Barcelona (ville de Catalogne), loca (folle)

11 Responses to “Barcelone : La folle”

  • C’est marrant, je suis aussi fait piégée à la taverne basque et je retourne souvent faire ma follasse au Razz.
    Par contre, maintenant quand je vais en Catalogne, c’est Sitgès pour l’hébergement et beaucoup de temps à Barcelone.

  • J’ai adoré Barcelone pendant les étés 2004 à 2007. Et cette année j’ai découvert Madrid, 3 fois.
    Il serait peut etre temps d’apprendre l’espagnol.

  • La première fois que je suis allée à Barcelona, c’était en 1972, j’y ai appris à marcher, c’est dire si depuis j’ai marché dans la ville tous les étés. Barcelona mes que maig!

  • Visca Barcelona !

    Je suis à Barcelone depuis début juin pour un stage et j’y reste jusque fin Août. Pour l’instant j’ai du mal à me faire à cette ville qui me fait beaucoup penser à un Paris au bord de l’eau mais avec des métros climatisés et moins remplis de monde. Je ne connais pas les coins branchés, j’ai visité la plupart des choses à voir, mais voilà, je n’arrive pas à trouver cette ville mieux que Paris… et je n’ai encore rencontré personne excepté dans le cadre de mon travail :(

    Un petit conseil ?

  • OOOH le Razzmatazz et la Moritz, Sitges la gay et le telepherique ou le soleil t assassine, bon sang que cette ville est terrible, j y retournerai bien….

  • @BritBrit, JelizaRose : oui le Razz est un piège duquel il est difficile de sortir :-)
    @khadija : Madrid aussi m’enchante, plus typique, plus dure. Mais le climat, je ne m’y suis jamais fait!
    @Annenyc : catalane ?
    @Nanoushka : Barcelone n’est pas mieux que Paris, elle est différente. Similaire sur les fondamentaux culturels, elle a une histoire qui en fait une ville difficile à aborder et à comprendre, si l’on a envie de vraiment s’y intéresser. Nous venons d’un pays ultracentralisé et unifié depuis tellement longtemps qu’il nous est difficile d’appréhender la spécifité catalane. Pour rencontrer du monde, tout dépend de qui tu souhaites rencontrer. Si tu te fous des nationalités, erre dans les rues du centre touristique, dans les repères à Erasmus. La obeja negra, la txampa, inscris toi sur les groupes facebooks de barcelone, il est facile d’entrer en contact avec d’autres personnes. Si tu le souhaites, je peux te “prêter” des contacts :-)
    Par contre, si tu veux rencontrer des catalans, bon courage, cela vient avec le temps. Comme dans toute ville où tu es étranger, les locaux sont les plus difficiles à aborder, ils n’ont pas “besoin” de nouvelles têtes, ils ont déjà leurs réseaux. Et le contact se fait au gré des rencontres.

  • Huuuu Barceloca, j’aime bien le mix Barcelone-Loca. Ca fait deux ans que je n’y suis pas allée, j’y ai toute ma famille et ça me manque tellement… Profite bien pour moi!

  • Héhé, et les catalans sont quand même de sacrés teigneux. “Ici, on parle Catalan, pas espagnol!”. Je pense que c’est ce nationalisme ambiant qui fait que le contact est sans doute difficile. Mais en même temps ma soeur s’y faisait des contacts facilement alors qu’elle ne parlait pas catalan et a un accent français pire que le mien…

  • Ah Barcelone… je n’y suis allée qu’une fois mais déjà je brûle d’y retourner ! Un seul voyage ne suffit pas pour tout découvrir.
    D’ailleurs, il faudrait que je me mette à l’espagnol, ça pourrait être utile ;)

  • la seule fois où j’ai aimé Barcelone, c’était au printemps. En été, trop de Français, trop de mecs lourds qui cherchent soit la merde, soit le sexe, soit les deux. Pas ma définition des vacances en tout cas.
    Mais au printemps ou à l’automne, hmm… Il faudrait que j’y retourne, tu m’as donné envie. Et si tu aimes Gaudi, je ne saurais que trop te conseiller Vienne pour l’architecte Hundertwasser.

  • Oui Vienne ça me tente bien. L’Art Nouveau en général c’est mon truc. J’ai tenté Budapest mais j’ai moins aimé, le côté “monumental” surement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>