My Space

Love-hotel : visite guidée

Mettons-nous en situation. Vous êtes française, vous travaillez au Japon depuis six mois, et votre amoureux, Tokyoïte étudiant en France (oui, c’est bien dommage), est venu vous rejoindre pour quelques semaines. Vous prenez la moitié de vos congés annuels (cinq jours entiers, espèce de veinarde !) pour aller à Tokyo. Vous avez quatre nuits à passer à Tokyo, et vous voulez essayer les love-hotels, dont vous avez tellement entendu parler.

Love-hotel : visite guidéeOu alors, vous passez trois jours à Kyoto (vous avez combiné un jour de congé avec un week-end, maligne), et… oui, vous avez bien envie d’en essayer d’autres. De toute façon, ça ne coûte pas beaucoup plus cher que des business hotels.

Les love-hotels (rabuhoteru, prononcé à la japonaise) sont une tradition japonaise. Le nom laisse assez bien deviner ce dont il s’agit, mais il faut préciser que de nombreux couples légitimes y vont, notamment des jeunes qui, n’étant pas encore mariés, vivent encore chez leurs parents. On paie en général pour trois heures (pendant le journée), ou pour la nuit (à partir de 22h, souvent).

A Tokyo, les deux principaux quartiers qui regroupent des love-hotels sont Shibuya et Shinjuku.

Vous choisissez Shibuya ? Vous pourrez déambuler le long des ruelles de love-hotels, et rigoler devant les noms français ou qui font semblant de l’être (« Chez Nous », «Tiffard»…). Vous verrez des hôtels de styles très variés, du décrépi au plus luxueux.

Vous préférez Shinjuku ? En vous promenant dans Kabukichô, le « quartier chaud », vous croiserez des « hosts » et des « hostesses », immédiatement reconnaissables à leur style capillaire (vous connaissez la comédie musicale Cats ?) Ici, les hôtels sont plus classes, plus grands, et plus chers.

Pour faire votre choix, regarder les façades ne suffit pas. Il faut rentrer dans le lobby, et regarder le panneau qui indique les chambres disponibles, avec descriptif, photos et prix. Mais pas d’inquiétude, pour vous mettre à l’aise, le personnel est bien caché derrière un comptoir à vitre teintée : pas de risque de croiser un regard.

Si vous êtes à Kyoto, le quartier des love-hotels est à la sortie de l’autoroute, et tout est prévu pour que vous puissiez choisir votre chambre sans sortir de votre voiture. Vous entrez dans une sorte de parking au rez-de-chaussée, et vous pouvez vous garer directement sous la chambre qui vous intéresse. Depuis la place de parking, un escalier individuel vous mène à votre chambre. Ici, le paiement se fait par machine, vous ne croiserez personne, sauf peut-être un autre couple qui cherche la même chose que vous.

Maintenant, reste à choisir la chambre. Vous avez le choix du style : classique, luxueux, art-déco, style japonais, ou bien un peu plus extravagant : sado-maso, mille et une nuits…

Vous vous êtes décidés ? Vous pouvez commencer à explorer la chambre. Retirez vos chaussures, entrez, et repérez les essentiels : vous aurez toujours les deux préservatifs à la tête du lit, le panneau de réglage des lumières et de la clim, et le « mini-bar à vibromasseurs » hors de prix. A moins de tomber sur un établissement vraiment miteux, vous aurez aussi toujours un jacuzzi dans la baignoire et au moins une télévision passant des films pornos.

Si vous avez choisi un établissement de bon standing, vous aurez des écrans géants, deux micros pour le karaoké, éventuellement une console de jeux, de nombreux échantillons de parfum et de lotion, des jeux de lumière (par exemple, des lumières colorées qui viennent de l’intérieur de la baignoire pendant le jacuzzi)…

Mais avouez, vous avez voulu essayer la chambre sado-maso, à , celle avec le… la… le truc recouvert de cuir (oui bon, de skaï) pour se coucher en étant attachée aux poignets et aux chevilles. La photo vous avait bien plu, vous avez convaincu votre copain (c’était pas trop dur), ça y est vous entrez. Et vous découvrez une véritable suite : deux étages, des toilettes, une immense salle de bain avec un matelas gonflable, des huiles de massage, un écran plat qui diffuse des pornos, et une baignoire qui contiendrait facilement quatre personnes.

A l’étage du dessus, à nouveau des toilettes (on est au Japon, c’est normal), le « salon » avec bar américain, canapé d’angle, murs et plafond recouverts de miroirs, et surtout, dans l’angle de la pièce, une sorte d’estrade au milieu de laquelle trône la… enfin le… siège, et pour finir la chambre, elle aussi recouverte complètement de miroirs.

Vous avez jusqu’à demain matin pour en profiter…

13 Responses to “Love-hotel : visite guidée”

  • Hihi, je vais en toucher duex mots à Domi ce soir… des fois que l’on irait au Japon un de ces 4 matins…

  • Nous allons au Japon cet été !!!
    On vous racontera … ^_^

  • Je vais demander à Tiny s’il n’a pas envie de faire notre voyage de noces au Japon… J’en ai toujours rêvé, perso :p

  • Héhé, il y a de quoi rêver, en effet… Moi, j’ai bien l’intention d’y retourner, dès que j’en aurai l’occasion.

  • “Vous pourrez déambuler le long des ruelles de love-hotels, et rigoler devant les noms français ou qui font semblant de l’être (« Chez Nous », «Tiffard»…).”
    Très vrai. Et ce n’est pas seulement vrai pour les love hotel, un tas de marques essayent avec plus ou moins de réussite, de prendre des noms français. Et beaucoup de japonais n’y voient que du feu (^_^)
    Perso je suis allé au japon sans prendre le temps de visiter les love hotel, mais comme j’y retournerai je ferais peut-être une petite escale là… merci de la visite guidée (^_^)

  • ah j’adore le concept, on y allé seule et faire une soirée porno et champagne ?

  • @xena : je viens avec toi !! :) (mais je préfère le rhum)

  • le mal > Oui, il y a pas mal de sites qui regroupent des photos de “franponais” ou “flançais”, d’ailleurs.

    xena > Seule, je pense que ça limite les possibilités des love hotels, quand même. D’autant que les pornos sont floutés aux points stratégiques, et que l’imaginaire érotique japonais peut… dérouter.
    Faudra que je fasse un article dessus, d’ailleurs.

    J’en profite pour donner des liens :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Love_hotel

    une page en anglais avec quelques photos, une présentation générale, un guide des love hotels, et des liens :

    http://www.quirkyjapan.or.tv/hotels.html

    Des photos de love hotels à Osaka (ils sont plus drôles que ceux que j’ai visités) :

    http://www.mistykeasler.com/

    Et puis je me rends compte que j’ai oublié de parler de l’architecture externe de beaucoup de love hotels : sachez que si vous voyez au Japon un bâtiment en forme de château de conte de fées, ou bien orné d’immenses statues gréco-kitsch, ou bien encore décorée de faux dauphins, il y a des chances pour que vous soyez en présence d’un love hotel…

  • bon zan ok tu viens avec moi, par contre ma puce comme t’es enceinte je vais être encore plus intraitable que ton médecin généraliste , à savoir que JE m’occupe du rhum et JE m’occupe du champagne, alors, elle est pas sympa xéna ?
    par contre pas question de perdre les eaux devant un porno parce qu’il ya de fortes chances pour que je ne réagisse pas ;-)

  • zan’ is triste ><
    (j’ai retenu une blague d’un humour douteux sur la perte de mes eaux devant un porno, notez)

  • Je suis allé à plusieurs reprises au Japon, sans le rendre dans un love hotel, bien qu’en agréable compagnie…

    Il faut préciser tout de même que le boum des “love hotel” est dû comme l’évoque l’article aux faits que des couples vivent séparés chez papa-maman, et cela car le Japon c’est encore plus ou moins la France des années 50 : pas de mariage = pas de vie à deux, le concubinage étant encore très mal vu …

    De plus c’est encore la culture du pas vu pas pris : tout est autorisé ( d’où les excès sexuels qui font rêver les occidentaux / ales ) tant que l’on est pas reconnu comme ayant telle pratique… Il faut préserver une image lisse en société…

  • Xena, Zan, vous me gardez une petite place dans vos bagages??? :D

  • Coucou, je vais bientôt aller au Japon, toute seule :) Je voudrais essayer les loves hôtels, mais j’aurai préférer avoir de la compagnie. Comment rencontrer quelqu’un là-bas? :(

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>