Back Room

J’aime les filles…

Et je le clame haut et fort. Je n’ai jamais eu honte de le dire… même devant ma famille, au risque d’en déconcerter certains, voire d’en choquer d’autres. Je dirais même que ça m’a toujours amusée de voir la réaction des gens quand j’explique que je suis en phase avec ma bisexualité.
J’aime les filles…Souvent, je ne suis pas prise au sérieux, parce que je vis avec un homme, que j’ai des enfants avec lui et que je ne couche pas à droite et à gauche comme si le fait de ne pas être lesbienne à part entière m’ôtait toute crédibilité.

J’aime les filles, depuis de nombreuses années. Enfant déjà, en regardant Cats Eyes, je trouvais les représentations féminines de ce dessin animé totalement sensuelles et irrésistibles. Durant mon adolescence, je me suis identifiée à des femmes telles que Madonna, qui ne cachait ni ses appétences sexuelles, ni son sexe lui-même.

A 14 ans, j’avais vu L’Amant de Jean Jacques Annaud, qui m’avait déjà fortement retournée dans ma libido naissante… Mais mon film culte était déjà Dracula de Coppola, rien que pour la scène sublime des trois succubes (dont Monica Belluci) tentant de séduire Keanu Reeves mais qui ne s’oubliaient pas entre elles, loin de là… J’avais d’ailleurs lu les Chroniques de Vampire d’Anne Rice, empreint d’homosexualité tant homme que femme, où les relations ne sont pas clairement définies et où l’on peut aisément imaginer les personnages bisexuels… mais plus encore, Carmilla de Sheridan le Fanu, relatant ni plus ni moins un conte vampirique lesbien !

J’aime les filles car elles ont le pouvoir de m’attirer à la fois sur le plan purement psychologique, parce que leur beauté, leur charisme, leur attitude font d’elles des icônes auxquelles j’aimerais ressembler… Et à la fois dans une démarche totalement sexuelle, une pulsion très animale, une envie totalement charnelle sans autre idée que l’acte lui-même.

J’aime les filles… j’aime fantasmer sur elles, m’imaginer ce que je pourrais faire avec elles, et celles avec qui je pourrais le faire. Que ce soit de parfaites inconnues nées au plus profond de mon inconscient ou encore des personnalités médiatiques bien précises, j’aime laisser mon esprit divaguer et m’emporter dans mes fantasmes. Et du fantasme, en sautant le pas, j’ai confirmé ce saphisme assumé….

Mais pourquoi diable, j’aime les filles ?
Parce qu’elles ont un pouvoir érotique incommensurable, bien supérieur aux hommes, et ce qu’une femme peut dégager, même l’homme le plus sexy du monde ne peut l’égaler. Le corps de la femme est simplement et naturellement beau, un esthétisme dans les formes que je trouve personnellement plus attirant que celui de l’homme.

Callipyge, j’aime que la femme soit ronde,
que les courbes soient bien dessinées, qu’il y ait de la matière à toucher. Caresser la peau douce et ferme d’un sein rebondi tout en embrassant langoureusement la bouche d’une femme est sans nul doute pour moi le summum de l’extase !

Souvent, j’entends d’autres filles dire qu’elles aussi trouvent les filles attirantes, mais sans jamais pour autant oser franchir le cap… moi je n’aurai qu’un mot à dire : allez-y, osez, si l’idée vous attire ce serait dommage de ne pas tenter l’expérience, il ne peut rien en ressortir de mauvais, et même avec un peu de chance que du bon.

Du très bon, oh oui alors…

86 Responses to “J’aime les filles…”

  • je pense que ton dernier paragraphe s’applique si on est célibataire. Mariée, je pense que l’infidélité fait les mêmes ravages avec un homme ou une femme…

  • Pas forcément Séréna,

    Tout dépend que comment tu veux vivre cette expérience.
    Tu as plusieurs possibilité :

    1/ T’es célib’ et du coup effectivement tu fais ce que tu veux.
    2/ T’es en couple, et tu ne veux pas ne parler à ton mec : soit tu garde ton fantasme pour toi, soit tu passes à l’acte sans lui dire… et effectivement, tu peux voir ça comme de l’infidélité.
    3/ Tu peux en parler à ton mec. Soit celui-ci est complètement contre l’idée (rapport à l’infidélité justement), soit il t’accorde la réalisation de ce fantasme (qui en est assurément un pour lui aussi !) avec ou sans lui.

    Car après tout, qui a dit que concrétiser un fantasme lesbien empêcher un homme d’y participer ?
    Et je ne parle pas forcément de triolisme, mais parfois, un homme peut se contenter de “matter” !

    Tous les scénarios sont possibles….

  • heu, à vrai dire c’est le fantasme préféré de mon homme. L’ennui est que, si j’étais la reine des hypocrites, je dirai que ça me donne envie de vomir…mais comme je suis quand même assez franche, je sais juste que la dernière fois que j’ai réalisé un fantasme, ça m’a perturbé là haut même si ça me faisait du bien en bas…suis-je claire ?

  • Tu aimes et tu fantasmes sur les femmes pour une raison bien claire : tu ne cohabites pas avec. Ca fait plusieurs années que je rêve de passer à l’acte avec une femme. Le problème est que je cohabite avec des femmes au quotidien, et à vrai dire, je ne serai jamais bisexuelle, car cela impliquerait de vouloir autre chose que du sexe avec une femme. Disons que croiser des femmes au naturel enlève l’envie de sexe.

  • c’est amusant, giovanna comme nos pensées se croisent pour en arriver à la même conclusion….moi pareil, les femmes au quotidien, j’ai du mal. Faudrait vraiment que j’ai un flash intense.

  • Euh non, je ne crois pas qu’être bi implique forcément de vouloir autre chose que du sexe avec une femme…Dans ce cas, les hommes qui ne veulent que du sexe avec les femmes et rien d’autre ne serait pas vraiment hétéro ? Allons, donc…
    Bisexuel, ça veut dire ce que ça veut dire quoi: qu’on est attiré(e) sexuellement par les deux sexes.

  • Oui, Shen-Te, mais comme nous ne sommes pas des bestiaux, pour passer à l’acte, il faut aussi être attiré intellectuellement, sentimentalement… Enfin voilà.

  • Mais pareil, je craque beaucoup plus facilement sur une femme (de manière superficielle, j’entends) il y a beaucoup de femmes que je trouve magnifiques, sexys etc…mais les sentiments, je les réserve à mon homme. Et je le répète, quand je les connais, j’ai beaucoup moins envie. Je n’ai jamais fantasmé sur une femme “réelle” car j’ai besoin que le cerveau et le…reste fonctionne en même temps et pour le moment, le cerveau trouve les femmes qu’il cotoie pénibles à vivre.

  • et aussi qu’on peut éprouver des sentiments amoureux pour les deux sexes.

  • thérapie en direct sur ladiesroom pour serena !

  • @ Seréna : Oui, je te comprends.
    L’esprit féminin a tendance à être contradictoire.
    Je ne dis pas que la réalisation de mon fantasme ne m’a pas perturbé un peu après coup. J’ai passé quelques temps à me poser des questions… Mais maintenant, je peux dire en toute honnêteté que ce fût une expérience absolument géniale.

    @ Storia Giovanna : Cohabiter dans quel sens (vivre ensemble, travailler ensemble) ?
    Parce que je bosse dans un univers quasi féminin, je peux te dire qu’effectivement, ça pourrait m’ôter toute envie de fantasmer sur les femmes quand je vois celles qui m’entourent…
    On peut dire que je cohabite avec celles-ci parce que je n’ai pas le choix, et limite, je les “désexualise” : ce sont des collègues (ni homme/ni femme).
    Mes expériences ou mes fantasmes en sont alors que plus intenses, car les femmes avec lesquelles j’affirme ma bisexualité sont des femmes telles que je les ai décrite dasn mon article, des femmes qui sont pour moi l’image de la féminité et de la sensualité….
    (ce qui n’est jamais le cas des femmes avec lesquelles je “cohabite !”)

  • en fait, on est un peu toutes d’accord..d’où la question : faut-il réaliser ses fantasmes ? je n’en suis pas sure…

  • Je trouve aussi le corps féminin très attirant…mais pas sexuellement. Il doit être difficile de savoir si on est bi, gay ou 100% hétéro pour certaines d’entre nous…

  • Je rejoins Shen-Te : pour moi, la bisexualité, c’est l’attirance sexuelle pour les deux sexes.

    Je ne parle pas de sentiments. Mon article ne concerne que le sexe, qui peut être tout à fait dépendant de l’amour et des sentiments.

    Reste à trouver le moyen de détacher sexualité et sentiments, et apparemment, c’est ce qui te pose le plus de difficultés Serena. En même temps, je pense que c’est tout à fait normal. Souvent, on est attiré non pas par la beauté ou l’esthétique de la personne, mais aussi et surtout par sa personnalité…. et donc ce n’est plus un désir animal qui nous attire, mais une vraie relation spirituelle.
    Et lorsqu’on sort du schéma basique primaire sexuel et qu’on entre dans les méandres des émotions du subconscient, ça complique tout de suite les choses.

    Cela dit, pour ma part, je conçois à la fois des relations purement sexuelles avec les deux sexes, et le fait de pouvoir tomber amoureuse également des deux sexes.

  • donc, tu es bisexuelle. Ah, ça me remue tout ça, je sens que tout à l’heure, je vais trouver ma collègue super sexy et lui demander si elle veut pas qu’on se déshabille…hum, patrick, si tu lis ça (ce qui m’étonnerait, tu enseignes actuellement) ne rêve pas trop, hein ça n’arrivera pas.
    Voilà mon message personnel pour un ami instituteur…

  • La cohabitation, Galliane, c’est tout simplement quand tu vis au quotidien avec une personne. Par exemple, je cohabite actuellement avec 160 femmes dans mon foyer, et je peux te dire, j’ai beaucoup de mal à les voir comme partenaires sexuelles, bien que j’en trouve une ou deux très très belles…

  • @ Brit Brit :
    La limite qui permet d’établir si l’on est d’un bord ou d’un autre, c’est peut être de franchir le pas.
    J’étais persuadée d’être à 100% hétéro, en couple avec 2 enfants, mon attirance pour les femmes, je la voyais comme un fantasme ni plus ni moins. Mais quand c’est devenu un peu obsessionnel, et que finalement, j’ai testé… je me suis dit que non, finalement, j’étais bi, parce que j’aime tout simplement faire l’amour avec une femme, comme j’aime faire l’amour avec mon homme.
    Mais j’avoue que ça doit pas toujours être aussi simple…(en même temps, je suis très basique comme fille !)

    @ Serena : je vais te confier un truc.
    J’ai toujours été attiré par les femmes, mais le fait de partager ce fantasme avec mon homme, ça m’a permis de franchir le pas… parce qu’on en a beaucoup discuté, on a réfléchi ensemble à ce que pouvait engendrer ce passage à l’acte et que le fait qu’il me comprenne m’a ôté tout sentiment de culpabilité.
    Après, c’est de moi-même que j’ai eu envie qu’il participe, simplement parce que nous partageons une grande complicité et que pour lui aussi, c’était l’occasion d’assouvir un fantasme (un mec, deux filles, c’est bien connu…)
    Alors même si je me suis poser quelques questions la semaine qui a suivi, aujourd’hui, notre relation est intacte, pour ne pas dire encore plus forte et il m’en reste une sacré bonne expérience et des souvenirs très chauds !

    @ Storia Giovanna : Je pense qu’on peut dire que ton cas est particulier. J’imagine tout à fait que dans ta situation, c’est totalement différent, que ce contexte n’ouvre pas la possibilité à ce genre de fantasme.

  • Ben pour les mecs, si! A voir “Et y’en a pas qui finissent gouines dans ton foyer?”

  • Ah oui mais là, on parle pas des fantasmes des mecs, mais bien de ceux des femmes…

    D’ailleurs, je reprends l’un de tes commentaires : “mais comme nous ne sommes pas des bestiaux, pour passer à l’acte, il faut aussi être attiré intellectuellement, sentimentalement” …

    Je ne suis pas totalement d’accord avec toi.
    J’ai besoin de sentiments et d’accord intellectuel pour VIVRE avec quelqu’un, pas forcément pour BAISER avec.
    Tu excuseras mon langage quelque un peu outrancier, mais pour moi le sexe peut tout à fait se passer dans le stupre et la luxure, sans aucun sentiment sinon celui de se faire du bien, sans pour autant être dégradant, sans pour autant être des animaux si l’on marque du respect dans tous nos actes… oui, du sexe pour le sexe, ça peut se faire et même très bien !

  • all right , girl galliane

  • Je l’ai pratiqué aussi en arrivant sur Paris, j’ai même baisé dans la gare Montparnasse avec un mec au QI limité, mais bon, j’en suis revenue…

  • moi je suis attirée par les femmes sexuellement mais c’est tout si je couche avec une fille ce sera que du sexe sans sentiments

  • Mais tu vois, Xena, je suis une cérébrale, et coucher pour coucher, ça m’emmerde à un point…

  • mon dieu le nombre de personnes qui baisent dans paris , moi c’étaient dans une cour d’un immeuble à bastille

  • ça n’a rien à voir cocotte

  • @ Storia Giovanna : Tu dis en être revenue… pourquoi ?
    Personnellement, si c’est fait dans le respect de soi-même et de l’autre, le sexe pour le sexe est une bonne chose. Reste à le pratiquer toujours en accord avec soi-même… c’est peut être ça qui fait que tu “en es revenue” comme tu dis.

    @ Xena : j’ai cette vision là des choses aussi. Mais je n’exclue pas la possibilité de tomber amoureuse d’une fille.
    Mais là, je serai pas dans le caca, vu que j’aime aussi mon homme…
    On accepte la polygamie bisexuelle ne France ?

  • le sexe ça peut être cérébral même si c’est que du cul

  • J’ai aussi joué à touche-pipi dans un champ, mais ça, c’est normal pour une campagnarde

  • a galliane c’est vrai que ça doit pas être facile de faire un compromis entre les deux

  • à moins que tu fasse profiter ton homme, mais sur du long terme je pense que ça n’est pas vivable

  • Disons que j’ai rencontré un homme avec lequel j’ai envie d’être fidèle, quitte à ce que je compense avec ma main Gallianne. J’ai été élevée dans la foi, je suis praticante, j’ai voulu tester mes limites du sexe. Voilà. Je suis apaisée

  • Xéna : le sexe chez les femmes, c’est toujours cérébral, même si c’est que du cul ! Si tu vois ce que je veux dire… on se pose forcément plus de questions que les hommes (en général pas envie qu’on me prête des préjugés, mais c’est la réalité).

  • ah mais moi chui entièrement d’accord avec toi , girl

  • Bien sûr, Galliane, c’est ce que mon homme me dit aussi, d’arrêter d’être cérébrale.

  • je suis attristée que du fait qu’on soit libertine, les gens nous considère comme des malpropres

  • Le sexe, ca se passe que dans la culotte? Pas pour moi… mais entre “pas que dans la culotte” et “dans mon coeur”, il y a de la place au purement sexuel… cérébral.
    Pour des filles comme des garçons.

  • Storia, le truc, c’est que je ne te comprends pas trop… Tu viens me dire que si je fantasme sur les femmes, c’est parce que je cohabite pas avec elle. En même temps, j’ai pas envie de cohabiter avec une femme puisque je vis avec un homme.
    Je parle uniquement de faire du sexe avec des femmes, et du plaisir que j’en retire. Je ne parle pas de sentiments, mais uniquement de ressenti et de plaisir. Je ne me crois pas infidèle, puisque mon homme est au courant (voire même que nous partageons nos expériences)… bref, nos histoires sont très différentes et nos visions du rapport sexe/sentiments également !

  • Je dis ça, Galliane, parce que je m’aperçois m’être beaucoup emmerdée dans des histoires de sexe sans sentiments.

  • moi, je trouve que c’est un mode de vie comme un autre , on peut très bien avoir une vie de famille même en étant bisexuelle, tu as raison de vivre ta bisexualité, c’est nécessair pour un équilibre. il ne faut pas se frustrer sexuellemnt.

  • Disons que je n’ai pas été élevée de la sorte, Xena, c’est pourquoi j’ai du mal à comprendre cette démarche

  • moi non plus je n’ai pas été élevée de la sorte , mais j’ai pris du recul par rapport à mon éducation catholique , on pense pas forcément comme ses parents

  • C’est une honte de penser comme sa mère, Xena?

  • nan pas du tout , tu fait ce que tu veux tu sais je m’en fous je ne te connais pas tu pense comme tu veux , en ce qui me concerne heureusement que je ne pense pas toujours comme mes parents

  • je ne suis pas d’accord, la frustration fait partie de la vie. Ce mode de pensées qui consiste à dire “jouir sans entrave”, provoque quand même pas mal de drames…
    Et en plus, xena, oui, vous êtes libertines, je ne vois pas en quoi tu prends ça comme une attaque. C’est un mode de vie, vous l’avez choisi, il faut l’assumer.
    Et entre nous, on peut avoir une vie de famille en étant libertins ? certes mais c’est quand même une sacrée gageure…et j’en suis incapable. Je le sais, j’ai testé (virtuellement, mais j’ai testé) et je ne peux pas le faire. C’est au delà d’un éventuel questionnement, ça me rend dépressive.

  • tient serena je viens de poster un article spécialement pour toi

  • Ceci dit, force est de constater qu’il y avait quand même moins de divorces et de drames familiaux à l’époque de nos parents. Pour moi c’est différent, je considère que ma mère est une femme admirable et les faits lui donnent souvent raison.

  • si c’est celui que je pense, je suis flattée…mais juste flattée, hein !

  • De toute façon, nous ne sommes pas ici pour juger de ce qui est bien ou non. Chacun ses goûts, chacun ses envies, et personne n’est là pour dire à l’autre ce qui est mieux !

    Nous sommes ici pour partager un point de vue, une expérience.

    Chacune est libre de mener sa vie sexuelle comme elle l’entend, et de la vivre la plus sereinement possible. Et cela peut passer par une relation simple comme par du libertinage, ou de l’abstinence… euh nan, j’déconne !!!

  • ba écoute c’est cool pour toi, chui très contente ma mère est une femme admirable mais si je l’écoutais je serais encore vierge à attendre mon prince charmant qui n’existe probablement et qui plus est il doit être français, de bonne famille…

  • J’aime mon homme, et en trois semaines, j’ai renoncé à ma sexualité consummériste et j’ai viré mes anciens amants. C’est con l’amour.

  • nan galliane l’abstinence not possible

  • Alors comment j’ai vécu pendant 24 ans, Xena?

  • nan mais c’est différent moi, j’ai pas coucher à 5 ans

  • Elle dit qu’elle ne voit pas le rapport ^^

  • tu me fais rire xena, l’abstinence, c’est pas pire qu’autre chose…crois moi, quand tu auras un mari qui enchaine une grosse angine avec une semaine de boulot, que tu n’as pas envie d’aller voir ailleurs et que toi même tu n’es pas si “hot” que ça parce que le boulot te met sur les genoux..tu t’y fais à l’abstinence.
    Pour ma mère, je n’écoute pas tout ce qu’elle me dit, d’ailleurs, je n’aurais jamais supporté mon père mais prendre à contre pied sa vie juste pour faire le contraire me parait au moins aussi débile que de reproduire le même schéma pour lui faire plaisir.

  • moi non plus, à vrai dire…

  • quand tu attend pour ta première fois et que tu connais pas le sexe c’est différent

  • Finalement on est toutes pareilles, des épicuriennes, des hédonistes, on aime se faire plaisir après il y celles qui passent à l’acte et qui s’assument et d’autres pour qui ça ne restera qu’un fantasme… En lisant ton article Galli je vois qu’une fois de plus on est sur la même longueur d’ondes ma belle ;)

  • nan mais serena , je te rassure je baise pas 15 fois par jour , j’ai une vie professionnelle très intense et bcp de responsabilités

  • Depuis ma première relation sexuelle, ma plus longue période abstinente = 4 mois.

  • tant mieux pour toi…et en plus, je ne m’inquiétais pas !

  • ceci étant dit c’est un débat stérile, chacune même sa vie sexuelle comme elle l’entend

  • Là, je n’ai rien fait depuis 2 semaines (cause Tiny) et j’ai une putain de dalle…

  • par contre serena dernière chose , tu as lu l’article que je t’ai adressé?

  • dur, dur, alors….moi ça fait…deux semaines aussi, tiens..tout juste si ne ne trouve pas les tables de la salle de classe que je balaie excitantes…

  • non j’y vais, j’y vais !

  • Non, l’abstinence, on s’y fait pas !

    Enfin moi, je m’y fais pas.
    J’ai des problèmes gynéco depuis ma deuxième grossesse qui nuisent à mes relations sexuelles, et depuis plus d’un mois, je suis en maladie après avoir subi deux interventions… autant te dire que l’abstinence et moi en ce moment, on est pas du tout copine et que ma frustration (ainsi que celle de mon homme – ultra patient) atteint son paroxisme et que ça va finir par me rendre folle !

    Je suis une grande consommatrice de sexe, et ce malgré un boulot prenant, deux petites filles vivantes et des études reprises cette année… je suis sur les rotules constamment, mais il n’est pas de question de faire voeux de chasteté pour autant !

  • Et bien Galliane, j’aime beaucoup la façon dont tu as écrit ton article, c’est joliment raconté. Je trouve aussi le corps féminin très beau et il m’arrive souvent de penser qu’unetelle est sexy, belle, ou encore qu’elle a un joli petit cul. Pourtant, je n’ai aucune envie d’avoir des relations sexuelles avec une femme. Alors, je suis quoi moi ? Une hétéro qui aime les belles choses ^^ ?

  • je sais pas, cherchons plus, les étiquettes, ça fatigue…

  • quand je dis que je m’y fais, galiane, tout dépend, hein…encore une semaine de plus et je me tape une des ladies…je vous ferai savoir qui sera l’heureuse élue…

  • Krib… y’a pas de problème a être 100% hétéro et aimer contempler ce que Dame Nature a su si joliment réussir !
    T’es pas artiste et ut vas bien au musée…

  • c’est vrai et ça me plait !$
    tu veux pas coucher avec moi, galliane, si dans une semaine mon homme n’est pas plus vaillant ? heu, c’est une blague, ne te sauve pas !

  • C’est plutôt toi qui va partir en courant si je te prend au mot et que je te saute dessus !

  • ah ah ah….en même temps, ploucland, c’est un peu loin de chez moi….

  • Moi, je compte plutôt prendre une des filles de mon foyer… Comme quoi, ça a des avantages.

  • et pour vous mesdames, ce sera quoi?

  • je ne sais pas, encore faut-il que je plaise, on ne sait jamais…

  • J’adore tes articles Galliane parce que je m’y retrouve, et je trouve ca rassurant. lol. Pour moi c’est pareil j’ai toujours ete attiree par les femmes, mais attention pas mes amies juste les femmes en general. Cela m’a toujours fait fantasmer, depuis j’ai essaye (je suis en couple aussi) et c’etait super de pouvoir le faire et aussi de partager ca avec mon homme. Pour autant je ne pense pas pouvoir tomber amoureuse d’une femme il s’agit simplement de sexe, et pour moi le sexe ca doit etre simple et leger.

  • Philesb

    Galliane,bon article,tu as tout compris!
    Et merci pour l’add!

  • Je pense que c’est normal que dans un fantasme sexuel y ait femmes et hommes, peu importe notre sexualité .Ca serait quand même très limité si on devait penser exclusivement à des personnes du sexe qui nous attire. De plus, les femmes ont une sexualité tournée vers elles même, il y a beaucoup d’auto-érotisme. Pour ceux qui ont pas peur de parler de l’évolution, on pourrait même dire que ça se rapporte à l’époque ou on vivait en meutes de femmes singes attendant ensemble péniblement la période de rut.
    Bref, est ce que ça fait de nous des bisexuels? Je pense pas. J’ai jamais connu de véritables bisexuels, y a toujours une préférence. Pour moi les fantasmes (réalisés ou non) avec des personnes du même sexe est quelque chose qui doit tous nous exiter quelque part. Dans un couple hétéro on peut pas prendre la femme ou l’homme seul ça serait stupide et ennuyeux. Je pense que le mot bisexuel devrait pas exister.

  • “J’ai jamais connu de véritables bisexuels, y a toujours une préférence.”

    C’est pas parce que t’en as pas connu que ça n’existe pas. Et c’est pas parce qu’il y a une préférence que l’attirance pour les deux sexes n’est pas tout de même réelle.
    “Je pense que le mot bisexuel devrait pas exister.”

    Et si c’était les mots hétérosexuel et homosexuel qui ne devraient pas exister ?

  • Ceci dit, je suis perplexe devant l’article de Galliane :
    On dirait que tu n’aimes pas les femmes, mais une idée de la Femme et le sexe avec les femmes, ce qui me semble très différent. La femme en tant qu’individu passe totalement au second plan dans ton article, c’est ça qui m’interpelle.

    Peut-on parler de bisexualité au sens strict dans ce cas ?
    J’ai ressenti tout de même pas mal d’admiration dans ton article pour “l’éternel féminin”, mais peut-ètre que je me trompe…

  • Hum, dans la dernière phrase de mon précédent commentaire, le “tout de même” est de trop…
    Et désolée pour le triple commentaire au passage.

  • Super cette négationnisme, donc moi je tombe amoureuse de personnes qui se trouvent être des fois des mecs, des fois des filles, des fois des grands rugbymen, des fois des petits gringalets, des fois des blondes pulpeuses, des fois une butch bagareuse…

    Pourquoi forcément vouloir savoir s’il y a plus de points du côté fille que mec (comme dans l’article de Maïa) et pas si les personnes que j’aime /ai aimé sont plus souvent des intellos que la moyenne ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>