Humeurs

Ta mère en short chez Comptoir.

Telle mère telle fille. Jamais l’adage n’aura été aussi vrai, en tous cas dans le monde si merveilleux de la mode. Inauguré il y a une dizaine d’années par « Comptoir des cotonniers » avec ses campagnes de pub associant mères et filles habillées de façon quasi similaires par la marque, le concept consistant à vêtir petites et grandes de manière identique fait rage un peu partout.

Ta mère en short chez Comptoir.L’année dernière chez Monoprix, c’était la marque Bash qui se lançait et se voyait dévalisée de ses blouses et autres chemises en quelques jours. Cette année, ce sera April May qui s’y collera avec à nouveau des modèles déclinés du 2 ans au 46. Et la tendance est la même partout. Chez Les Petites, tu peux trouver de quoi te fagoter – pour cher bien sûr – toi et ta rejetone, idem chez Paul and Joe, mais aussi Cyrillus si t’es plus classique ou évidemment chez Petit Bateau qui a en plus la gentillesse de ne pas appeler un 42 un 42 mais un 18 ans ce qui forcément le rend immédiatement plus sympathique.

Bref, tout est fait pour donner envie aux mamans de ressembler à leurs petites.

Trop Super.

Mouais.

Quoi que.

En fait, non.

Ben quoi, vous vous doutiez bien tout de même que je n’allais pas me contenter de vanter les mérites d’une technique marketing redoutablement efficace, si ? Non parce que bon, le couplet sur les marques qui ont créé leur collection « enfant » et qui cartonnent, vous pouvez le lire partout dans la presse féminine sans que personne ne s’en émeuve particulièrement. Donc en gros, ma valeur ajoutée est nulle et non avenue d’autant que dans le genre fashionista on fait mieux que moi. Si si, j’insiste.

Donc disais-je, quelque chose me gêne atrocement dans le concept. D’abord parce que normalement, ce sont les filles qui veulent ressembler à leurs mères. Pas l’inverse. Et c’est en général aux plus âgées, les mamans, qu’il revient d’expliquer que non non non, rien à faire, les filles n’épousent pas leurs papas et sont des êtres à part entière, bien différents de leurs génitrices. Même si bien sûr ces dernières sont les plus merveilleuses et de loin, on est d’accord.

Or là, on assiste à un retournement de situation. Parce que soyons claires, ce ne sont pas les gamines de cinq ans qui réclament d’avoir la même jupe que maman de chez Paul and Joe. Non, c’est surtout la mère qui prend son pied à pouvoir s’habiller comme sa petiote. Parce qu’après tout, tant qu’on peut avoir le look d’une adolescente, c’est que quelque part, on en est une, non ? Il est d’ailleurs troublant de constater sur certaines pubs « Comptoir » qu’on n’arrive plus à différencier qui de l’une ou de l’autre est l’héritière…

Le problème c’est qu’outre le fait de leurrer les mères sur leur prétendue jeunesse, cette mode finit par interdire à la fille d’être une autre. Elle se doit de rester le reflet de sa maman, une version plus jeune plus parfaite, mais une copie avant tout. Je sais, j’exagère probablement et vois le mal partout surtout quand il s’agit de l’univers trendy. Sauf que tout de même, que vous inspire l’expression utilisée en anglais pour décrire une mère et sa fille : « She and her mini-me » ? Expression particulièrement usitée lorsqu’il s’agit de commenter les photos des stars – kate moss, Heidi Klum, Angelina Jolie et cie – qui portent à bout de bras l’accessoire ultime, le must du it-bag, leur bébé. De sexe féminin si possible, c’est plus pratique pour les mini-leggings.

On peut trouver ça craquant.

Moi perso ça me fait froid dans le dos. Ma fille n’est pas une mini-moi. Et si parfois cela peut être amusant de parader dans la même robe baby-doll, il me semble indispensable que chacune reste à sa place, à savoir moi du côté des ancêtres et elle de la relève. Et si bien sûr je rêve de porter le combi-short comme elle, je me réjouis surtout qu’elle soit si jolie ainsi et si… unique. Si… elle même.

Un jour ou l’autre elle me détestera et ce sera bon pour son équilibre. Un jour ou l’autre les garçons la regarderont et pas moi et ce sera bon pour son équilibre. Un jour ou l’autre elle sera désirable et plus moi et… Bon, bref, même si à ce moment là je serai peut-être sous Prozac, je tenterai de faire en sorte qu’elle n’en connaisse pas la raison.

Alors je le dis tout net, la mode mère fille ne passera pas par moi et pas uniquement parce que je ne rentre pas dans les pantalons de chez Comptoir. Juste parce que je n’ai pas besoin de voir en elle tout ce que je ne suis pas ou plus pour l’aimer.

Edit: Quelqu’un parle bien mieux que moi de tout ça : Fusion mère-fille, s’en sortir ou y laisser sa peau, de Doris-Louise Haineault, Éditions PUF, 110 pages

28 Responses to “Ta mère en short chez Comptoir.”

  • je suis absolument d’accord avec toi d’autant que parfois, je me trouve trop “copines” avec mes enfants. mais cette mode ne passera pas par moi non plus. J’espère qu’elle sera différente de moi, ma fille, je ne cherche pas à ce qu’elle me ressemble à tout prix. En fait, j’espère même que professionnellement elle réussira mieux sa vie que moi. Mais ces couples de mère fille identiques, ça fait flipper…

  • moi aussi ça me choque cette idée d’habiller mères et filles de la même manière, même si elles sont petites, ça fait vraiment, “mini-moi” comme tu le dis, l’enfant est un accessoire, comme un sac, et plus une personne.
    et plus âgées, quand je vois les mères et les filles s’habiller pareil, je pense aux ados inséparables fusionnelles jusqu’à s’habiller pareil; c’est normal pour des ados.
    mais comme dis serena, une mère n’est pas une copine, surtout surtout quand sa fille grandit! j’ai des amies qui ont raconté à leur mère toutes leurs histoires d’amour (et vie sexuelle). personnellement ça me choque!

  • rien qu’à l’idée de connaitre la vie sexuelle future de ma fille ou même celle de ma mère, je frissonne tout à la fois de peur et de dégout…

  • * c’est bizarre je vois rarement de taille 46 dans leurs pubs *

    Ceci dit, c’est vrai qu’on se demande svt qui est la file, qui est la mère dans ces pubs et que cela met un peu beaucoup mal à l’aise.

  • Contente de constater que je ne suis pas la seule à être heurtée ! Et pour le 46, je parlais de monoprix, hein. Parce que chez comptoir, en effet, ils ne savent même pas ce que c’est, un 46 !

  • ah oups mea culpa.

  • Serena, tu bugges

  • ceci dit, pour ma part, je ne suis pas vraiment innocente. Car j’écoute de la musique d’ados (pas seulement) je regarde des feuilletons d’ados (j’ai même fait un article dessus) et je lis des livres d’ados…et pourtant, je n’ai aucune affection particulière pour l’adolescence, je pense que mon fils de 12 ans sait que je ne suis pas une adolescente, je me sentirai franchement ridicule de m’habiller comme une ado (et si je le fais c’est avec mesure…) mais en même temps, pour les fringues, comment fait on ? Elles portent des bermudas, nous aussi, elles portent des robes longues, nous aussi, elles portent des jeans, nous aussi. Alors, quoi ? On est condamnées au tailleur pour bien faire la différence ?
    Je pose la question car ça me pose un problème. J’ai l’impression qu’entre notre génération et la leur, il n’y a plus vraiment de limites. Et c’est peut-être ça l’ennui…car on est combien, franchement à avoir lu “harry potter ?”

  • oui, la fille, je sais ! je voulais dire que je n’avais pas vu la phrase sur le 46 et j’ai relu l’article deux fois !

  • “Mais tu es saoûle, Sue Ellen”

  • alors vas-y retrouve moi la phrase “c’est bizarre, je vois rarement de 46 dans leur pub.” ou alors, ce n’est pas une citation. De toute façon, on s’habille pas en 46 quand on veut s’habiller comme une ado…

  • C’était juste une réflexion de Valerie suite au premier paragraphe de l’article…
    Ouais, pis d’abord, si t’es grosse, t’es pas une ado.

  • quoique 1) les ados grosses, ça existe.
    2) 46, c’est pas gros.
    Non, c’est pas gros. C’est pas gros C’EST PAS GROS !!! Et on ne m’énerve pas ! ggggggrrrrrr !!!!

  • aaaaahhhh ! c’est pas des guillemets mais des étoiles ! ok, me suis gourrée….

  • @serena: perso je trouve que ce sont les gamines qui s’habillent sexy très tôt.
    des fois je renonce à acheter un top ou une robette parce que j’ai l’impression de perdre 10 ans (et comme j’ai 23 ans, je perds un peu de mon potentiel érotique du coup) alors que c’est en général sexy…

    je fais de la musique dans une association et les collégiennes (14-15 ans max donc) sont parfois très très “femme” avec escarpins, décolletés, mini robes moulantes…
    au passage, moi qui vient aux répétitions super décontract en jean baskets, elles me disaient “madame” au début.

    après je sais que c’est normal d’avoir un passage un peu “pouffe” avec maquillage surchargé et mini-minijupes et qu’elles veulent faire “grandes” mais quand même.

    je suis vieux jeu?

  • Nous sommes juste à l’heure du jeunisme…
    J’en profite pour glisser “le compliment” du week-end” : non, non jeune BritBrit, vous êtes mineure, vous ne rentrez pas dans ce bar”.

    Sauf que j’ai 31 ans :)

  • perso j’aime bien leurs pubs et j’aimerais bien voir ma mère en photo comme ça, parce que j’adore ma mère et que je la trouve magnifique.

    sinon, les mères qui s’habillent comme leurs filles, ou qui habillent leurs filles comme elles… je trouve ça glauque.

  • problème résolu… j’ai un garçon
    plus sérieusement, je trouve qu’on laisse de moins en moins les femmes vieillir en paix… obligation de séduire, d’être jeune et fraiche… et si être une femme mûre qui accepte son corps et ses rides, ce n’était pas aussi ce qui fait le charme d’une personne, qq de serein simplement

  • je pense que sand a mis le doigt sur ce qui déconne. On force les femmes au jeunisme. Et les hommes aussi.

  • serena: décidément,de sujet en sujet…

  • J’avoue que j’étrenne les fringues en fin de vie de ma mère et ue lui rend la pareille avec mes pompes… Mais bon, je ne compte pas avoir le même style que ma mère avant l’âge de 50 ans…

  • Pas d’accord, les hommes ont plus le droit de vieillir. Mais bien, hein, s’agit pas de perdre ses cheveux et d’avoir une bedaine Kronenbourg non plus.

  • Ma mère est vieille et elle séduit. Ma grand-mère est vieille et elle emmerde les jeunes. Moi aussi, je suis vieille, Tiny aussi, et on ne s’en porte pas plus mal. Oui, je sais, en étant vieille, je ressemble à maman…

  • J’y pense en ce moment : est-ce que ce ne serait pas mieux avec quelqu’un de plus vieux que moi ? Genre, un mec qui approche de la quarantaine, mais pas trop. 35-38 ans. Sans enfants, et pas divorcé, hein. Je les trouve pas mal ces mecs de 35 ans en fait.

  • Le mien a 32 ans, soit 7 de plus que moi, et il est parfait. Oui, je te conseille le trentenaire. Il ne te prendra pas la tête (du moins en début de relation…), il est beaucoup mieux au lit qu’un mecton de notre âge, sans les inconvénients de la fatigue…

  • Euh, “notre âge”. Perso, j’ai 30 ans l’année prochaine, hein.

  • sacrément et totalement d’accord.
    d’ailleurs, c’est le principal ressort de la pub Comptoir : qu’au premier coup d’oeil, on ne soit pas capable de différencier la mère de la fille. Ca caresse les deux dans le sens du poil : la gamine qui veut faire plus vieille, et la mère qui veut paraître plus jeune.
    En fait, ma conviction est que la société est en mutation profonde par rapport au rôle supposé de chacun (père / mère / femme / homme / enfant / boss / autre).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>