event_silhouette

My jelly bidou

Je suis une femme comme les autres : imparfaite. Je ne peux pas vraiment me plaindre vu qu’il y a toujours pire ailleurs mais quand même, quand je le vois, j’ai un peu envie de le faire disparaître. Lui ? Oui, lui, mon bide flasque, adipeux et blanc qui me nargue dans la glace, là. Ce que je l’aime pas, alors ! Pendant longtemps, je lui ai fait la guerre, à coups de régimes non suivis, de crème anti capiton, d’abdos qui me ruinent les cervicales (oui, je sais pas en faire), de sport elec… Aujourd’hui, j’ai choisi, je change de stratégie.

 

Etape 1, définir mon ventre idéal. C’est bien beau de vouloir changer de ventre mais encore faut-il savoir ce qu’on veut à la place pour avancer dans le bon sens. Examinons un peu la situation : je n’ai plus du tout à fait 20 ans et je gonfle très facilement donc l’idée d’un ventre plat et juvénile, on ne va pas courir après, ça ne servira qu’à me frustrer. Et puis la féminité, c’est quand même la rondeur donc objectif « petit bidou charmant ».

 

Etape 2 : Manger mieux pour que mon intestin ne soit pas mon ennemi. Rassurez vous, je vais pas rentrer dans les détails intestinaux. Mais si je peux fuir au possible tout ce qui est gazeux ou qui me fait avaler de l’air, type chewing gum. Si je veux sentir bon de la bouche, je me sers d’un dentifrice et de mon adorable mini brosse à dents.

 

Etape 3 : le sport. Hé oui parce que perdre les kilos superflus, c’est bien mais si on raffermit pas par dessus, ça ne sert à rien. Et non, les crèmes raffermissantes ne peuvent pas faire tout le boulot. Alors je me bouge et ça fait même travailler mes fesses et mes cuisses au passage. Gym, piscine, muscu, tout est bon.

 

Maintenant, mon bidou, je le déteste plus. J’attends patiemment qu’il change grâce à mon plan. Tous les soirs , je le regarde dans la glace, je l’hydrate, je le bichonne et je joue même avec. Ouais, je suis très con mais j’adore faire parler mon nombril. Bref mon ventre, ce n’est plus mon ennemi mais mon ami perfectible et ça change toute la donne.

 

Et qui sait qui ira se baigner sans bouée ventrale cet été ? Moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>