My Space

Cannes, la suite 2

Hier: Indiana Jones présenté hors compétition…

De la folie pure!!!! Comment dire non à des gens tous aussi importants les uns que les autres (en tout cas pour le cinéma)… C’est simple on ne dit pas non , on ouvre une autre salle (Debussy) en essayant encore une fois de ne pas froisser les égos.

En effet comment expliquer que certains seront dans le Grand Théatre Lumière et d’autres en Debussy. Il ne faut pas qu’ils se sentent déconsidérés… Du coup il a fallu déplacer la moitié de la production du film dans l’autre salle pour montrer que ceux qui y seraient étaient aussi importants. Encore une fois comment choisir ceux  de la production qui iront dans “l’autre…”

Trop de demandes et pas assez de places. D’ailleurs certains qui avaient des invitations ont quand même été refoulé. Et le film? j’en sais rien… pas le temps… mais standing ovation de 3 minutes tout de même.

Et le film j’irai le voir tranquillement avec chéri, des pop corn et un magnum  quand il sortira.

Au fait Mme Ha… la productrice: je lui aie pas mis de coup sec derrière la tête. J’ai voulu être plus intelligente et je me suis rendue indispensable. Elle voulait une autre place (impossible à avoir) pour Indiana. Bien placée évidemment… Je le lui ai trouvé et depuis c’est grand sourire, elle me fait des cadeaux.

Et oui, ça c’est un bon côté du protocole. Ils veulent tellement que ça se passe bien que du coup ils nous font des petits cadeaux (meuh non pas des pots de vin…). Pour l’instant c’est un peu  moyen (et en plus je me plains!!! lol):

des stylos, des carnets, une boite de chocolat Fauchon, des porte clés, des t-shirts… mais l’année dernière on a eu chacune un gros flacon de parfum- du genre ceux qu’on voit en vitrine mais qu’on ne peut pas s’acheter (chacune sa marque préférée) et deux trois autres choses bien sympathiques.

Je commence à développer une affection étrange pour les starlettes rôties. Leur tentative désespérées pour se faire remarquer ont un côté tragique et pathétique certain. Quand on les voit dès 10 heures du matin en robes de soirées tenter d’obtenir des invitations et qu’on les retrouve à 19h bredouilles, le mascara dégoulinant et boitant, on ne sait plus s’il faut en rire ou en pleurer.

Moi suis une méchante et j’assume : je rigole mais en même temps je compatis.

PS: je me suis toujours pas faite Angelina. Mais je ne désespère pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>