Humeurs

Les filles nues

Aguicheur le titre hein ?
Bon je vais calmer tout de suite les ardeurs de esprits coquins, je ne vais pas vraiment parler de nudité mais de pudeur, enfin c’est lié vous me direz…
Les filles nues

Depuis que j’ai déclaré la guerre à mes bourrelets naissants je vois plein de filles toutes nues.
Je vois plein de filles toutes nues dans les vestiaires de ma salle de sport.

En plus de me sentir grosse et complexée en ce moment, je me suis découvert une nouvelle tare : je souffre de pudeur aigüe ! Vous allez m’objecter que y’a évidemment un rapport entre le fait de pas oser se dénuder dans les vestiaires avec le complexe du bourrelet. Pas si sûr…
Figurez que dans les vestiaires de ma salle de sport, les filles se déshabillent et s’exhibent avec un naturel qui me déconcerte. Et croyez moi y’a pas que les maigres qui déambulent à poil des vestiaires à la douche. Non toutes les filles, grosses, maigres, rondes, toutes, elles se mettent toutes à poil sans la moindre gêne ! Et moi je suis là, plantée au milieu de ces donzelles dénudées qui papotent entre elles le plus naturellement du monde, à me demander comment enlever mon soutien gorge sans faire glisser ma serviette. La seule en maillot de bain dans le sauna c’est moi, la seule qui tire sur son tee-shirt pour pas montrer ses fesses c’est moi, le seule fille GENEE par la situation c’est moi !!
Mais le plus surprenant c’est que je suis dérangée par la vision de ces corps nus. J’ai l’impression qu’on m’impose un spectacle auquel je n’ai pas envie d’assister. Pour être honnête je suis souvent un peu dégoûtée par le comportement de ces femmes. Pas dégoûtée par leurs corps (au contraire ça me rassure de voir du gras et de la cellulite chez les autres !) mais plutôt par leur comportement.

Les femmes nues dans les vestiaires parlent fort et exposent leur corps sans aucune retenue, comme si la notion d’intimité n’existait pas. Voilà ce qui me gêne, c’est cette promiscuité forcée, cette intimité imposée. Pour la moi la nudité appartient au domaine de l’intime, elle se partage avec l’être aimé, elle est belle si respectée. Et toutes ces femmes nues qui discutent du repas de ce soir avec leurs copines devant des inconnues je trouve ça un peu vulgaire. Ca retire toute la beauté de la nudité.
Finalement je crois que je n’ai pas honte d’être pudique. Et je crois que ma pudeur je la trimballe dans mes rapports aux autres. En effet, je suis toujours très surprise par celles qui déballent les secrets de leur vie à la moindre oreille attentive. J’aime le mystère, j’aime avoir une intimité, je n’aime pas me dévoiler…

PS: c’est pas moi sur la photo ce sont Scarlett et Keira…

45 Responses to “Les filles nues”

  • hello! Joli article sur les a-côtés nécessaires d’une mode (mangerbouger)!
    Ceci dit… Faisant partie de celles qui se foutent qu’on les voie nues ou non, je ne pense pas pour autant manquer de mystère ou d’intimité. C’est juste que je ne l’exprime ni là, ni comme ça.

    Dans mon club, il existe, dans le vestiaire commun, des petites cabines individuelles aussi, bien pratiques pour les femmes timides et les femmes règlées!

    Bon sport!

  • Philesb

    Labelleiloise,article très interessant!
    Est-ce que parfois tu vois des scènes saphiques?(je plaisante,quoique…)

  • Je trouve ton article très représentatif du rapport des Français à la nudité :) Y’a que chez nous qu’on est si pudiques, partout ailleurs où je suis allée je n’ai jamais vu de cabines privées dans les piscines, etc. Je me demande d’où vient cette idée qu’il faut cacher la nudité et que c’est quelque chose d’intime. Comme Miss Lili je pense que ce n’est pas relié, en même temps je ne saurais pas expliquer pourquoi. D’ailleurs comme le montre ton article ce n’est pas vraiment rationnel :)

  • Pour info, je suis pas française et le club que je fréquente est une enseigne internationale…
    mais il est vrai que si on va vers le sud, la nudité entre femmes n’est pas un problème : tradition de bains à vapeurs et de massage, et vers le nord, c’est la même chose : traditions d’étuves puis de roulage dans la neige!

    Ce qui me parait flagrant, par contre, c’est effectivement cette notion de nudité=intimité… Pour moi, ce n’est pas relié parce que le corps est ce qui renferme l’intimité : il est la barrière entre l’intérieur et l’extérieur, il fait frontière, abri et vitrine, aussi! Et c’est en cette fonction de vitrine, qu’il est utilisé pour séduire ( au sens large, aussi bien un homme, que la boulangère, que notre futur employeur ou notre mère).
    Pour ma part, mon corps, est un outil. Rien de plus, rien de moins. Une arme parfois aussi :) Et c’est cette fonction d’outil qui me permet de le “pluri-utiliser”, quelles que soient les circonstances.
    Pour finir, je crois aussi que l’intimité, la pudeur, l’exhibition, ce sont des questions d’attitudes… Une femme peut etre nue habillée ou très habillée complètement nue…
    Parfois, le manque de pudeur, comme la beauté, est dans l’oeil de celui qui regarde…

  • Je trouve vos reflexions super intéressantes! je me demande si je ne vais pas aller faire une petite thérapie dans les bains à vapeurs!
    je suis d’accord avec toi Miss Lili, le manque de pudeur ne s’exprime pas toujours pas le corps mais par des attitudes ou des mots. Je crois aussi que notre rapport au corps mais aussi notre éducation sont des facteurs qui influencent notre point de vue sur la nudité…
    bonne journée!

  • Lorsque j’ai cours de sport, on a 2 vestiaires. Je suis incapables de me changer devant les autres filles de ma classe et de classes différentes, qui se mélangent, elles, sans hésiter. J’ai fait le choix d’aller dans la salle, où d’abord seule, je suis rejointe par une amie, qui comme moi est pudique.
    on se change chacune a un bout, parfois dans les douches, en discutant de tout et de rien pour ne pas remarquer, ni entrevoir, la nuditée de l’autre.

  • Ouhlala, pas besoin de thérapie :) Suffit de la vivre bien, ta nudité!

    La où ça me semble plus “limite” c’est pour Loreley, par exemple… Si la nudité est un tel problème que non contente de la garder pour soi et de s’isoler, il faut faire diversion par des dialogues, il ne faut surtout pas la remarquer, là je me dis qu’il y a un malaise qui dépasse la simple pudeur… Mais en même temps, je suis pas psy, c’est que mon avis.

    Quand je suis dans ma salle de sport, je me dis “tiens, elles sont nues”. Et ca s’arrete là. Il est clair que je ne commence pas à détailler la cellulite de ma voisine ( de toute façon, chacun sait qu’il faut 1/4 de seconde à une femme pour repérer la cellulite sur la fesse d’une congénère)… Et je discute avec ma copine… pas pour faire diversion, juste pour ne pas interrompre notre (passionnante, ca va de soi) conversation :)

  • J’ai surtout peur qu’elle me juge, avec les vergetures et le ventre de ma grossesse d’il y à 7 mois, j’ai un peu honte de ce que je suis et même avant j’étais pas bien jolie, du moins a cet endroit là.
    D’ailleurs elle ne cherche pas a se montrer non plus, bien au contraire.

  • Miss Lili, il n’y a pas qu’au Sud que la nudité n’est pas un problème. Tous les pays de l’Est et de la Scandinavie sont très habitués aux saunas, et aux bains publics et ils y vont sans maillot. En Estonie (où je suis cette année), il y a un sauna dans toutes les piscines, et dans les douches il y a parfois un panneau avec un maillot de bain barré, genre que c’est interdit dans les douches. C’est pour ça que je pense que c’est quand même très Français cette affaire !

  • Bienvenue et bravo pour ce premier article !
    C’est vrai que les hammams sont un bon moyen pour ne plus penser à sa nudité mais juste prendre soin de soit et bizarrement l’atmosphère n’est pas impudique.
    Pour le reste je suis tout à fait d’accord, les douches publiques de la piscine je ne peux pas, avec ces filles qui se lavent devant moi, ça me gène beaucoup aussi, et ça peut parfois même me dégoûter . Peut être qu’il faut que je consulte aussi ;-)

  • Vous avez raison: la nudité c’est aussi une problème de culture (heureusement en France on a pas encore de panneau qui interdit le port du maillot!!). Et puis faut être honnête, plus on est complexé plus c’est dur de se montrer non?

  • Il faut que je consulte également car je ressens souvent la même chose que toi :-)
    Aujourd’hui, c’est sûr, je suis très complexée par mon corps. Avant, pourtant, j’étais mince et pas trop mal mais j’avais quand même beaucoup de mal à montrer mon corps dans les vestiaires et à y voir d’autres femmes se laver nues.

    Tu crois qu’on peut avoir un tarif de groupe ? (pour la consultation, hein !) :-)

  • cet article m’a interrogé En effet, je suis une grande impudique. Dans ma jeunesse, si je passais dans mon salon pour prendre un t shirt, peu importait si quelqu’un était là. Je suis encore du genre à me changer devant la fenètre (ma mère et mon mari râlent…)
    mais je comprends mieux que ça puisse gêner les autres. Donc, par respect, j’essaie de me couvrir.
    Et une bonne fois, la minceur et la pudeur n’ont rien à voir…

  • Visiblement il y a deux clans: les grandes pudiques et celles qui n’ont aucun problème avec la nudité. Séréna je t’envie d’être aussi à l’aise avec ton corps!
    Flannie (et les autres!!) nous devons peut-être envisager une réconciliation avec notre corps!

  • ben en même temps, autant j’ai aucun problème à me être nue dans les vestiaire de la salle de sport, autant se laver, CA c’est intime :) Il y a une grande marge, à mes yeux, entre passer de la case “casual wear” à la case “sportswear” et aller se laver de partout!

  • Idem aux Etats-Unis ou elles se promenent nues… et discutent entre elles en se cremant ou en se rasant dans les vestiaires !?!?!?!

    Je suis comme toi, j’ai vraiment du mal !

  • Euuuuuuh il faut changer de club de sport alors, parce que le principe d’un vestiaire, c’est qu’on s’y change… faut trouver celui avec des cabines individuelles ! Moi, sans passer douze heures à poil non plus, ça ne me dérange pas du tout de me déshabiller devant les autres filles. Du tout du tout. On est toutes à égalité, ça me permet de voir ce que c’est qu’une vraie femme (sinon il ne resterait que les pubs ou les magazines et là c’est pas des vraies femmes), donc ça me fait plutôt du bien.

  • Ben moi je ne suis pas spécialement pudique mais franchement, je suis d’accord avec labelliloise, je ne vois vraiment pas l’intérêt de papoter toute nue dans les vestiaires. Moi je reste 30 secondes, je me change et je m’en vais. Je trouve tous ça un peu exhib’ quand même.

  • Alors, ça c’est marrant, en lisant ton article, je me demande si ça me pose un problème ou pas… et je suis partagée. Je crois avoir ressenti à un moment ou à un autre toutes les sensations dont tu fais mention et partagé les idées que tu développes, mais la plupart du temps, ça ne me gêne pas. Même, je crois que ça m’a permis de réaliser ce qu’était une femme, enfin LES femmes, comme les corps étaient différents, tout ça. Je crois aussi que ça dépend beaucoup du rapport des autres femmes à leur nudité. Dans un groupe de femmes qui se fichent éperdument d’être nues, je m’en fiche également, la conscience de ma nudité “disparaît”. En revanche, dans un groupe de femmes qui prend plaisir à se comparer, se juger, se jauger, alors là oui, je suis mal à l’aise. Question toute simple d’image de soi sans doute…

  • Pour moi je fais la différence entre les nanas qui déballent leur vie très intime a des quasi inconnus… La, oui, c’est forcer l’autre a écouter ce qu’il n’a pas forcément entendre. Mais la nudité, même si je suis totalement pudique (comme toi je suis la seule genée) ne me parait pas etre une exhibition. Au contraire je trouve même ça très sain, puisque masquer la nudité a tout prix entraine des dérives. Mais je comprends aussi ton point de vue, bien que je ne le partage pas.

  • Merci pour tous vos com si pertinents! vos réflexions viennent perturber mes petites certitudes, c’est bien!
    J’ai failli tomber à la renverse quand j’ai vu qu’Anne So de Cachemire et Soie avait lu et commenté mon billet! je suis une fidèle admiratrice de son blog, j’ai même lu son livre, bref je l’adore et l’admire!

  • J’y songe :-)

    Pour l’instant, j’essaie surtout de perdre tous mes kilos de grossesse mais j’ai quand même peur de rester assez pudique toute ma vie.
    Il n’y a qu’en Angleterre que j’ai réussi à me sentir plus à l’aise avec mon corps car les filles se baladaient toujours courtes vêtues et cela paraissait plus que normal pour tout le monde. A la fin de l’année, j’étais plus décomplexée :-)

  • tu dis qu’en maillot de bain tu te sens plus protégée (moi aussi ça me fait ça, ces quelques centimètres carrés bien placés), à quoi ça tient finalement ? aux seins, au pubis… ? il y a peut-être des raisons que nous veuillions cacher à certains ce que nous adorons révéler à d’autres, ce n’est peut-être qu’une question de sensualité… non ? De me retrouver face à un homme nu… sans que ce soit pour explorer “le pays de son corps”… non, ça ne me dit rien. Face à une femme nue… sur des photos… oui, c’est joli… on peut s’y projeter; en vrai… bof, la nudité d’une autre femme ? non, elle ne m’est pas destinée ; ma nudité ? oui, offerte… à qui je veux.

  • mais… il ne s’agit pas d’offrir sa nudité ou son corps, mais de partager un lieu où on passe du nu à l’habillé. Et inversément.
    Il me semble que le corps nu, prêt à l’amour, n’est pas DU TOUT le même corps qui sue à la gym et qui file dans la douche…

    Ca me frappe, cette idée d’associer obligatoirement nudité et sexe… C’est p-e ça, la pudeur.

  • Lili: En fait, on donne à voir à peu près la même chose dans les deux situations, et beaucoup sont également compléxés lorsqu’il s’agit de sa nudité dévoilée à son ou sa partenaire. Avoir honte de dévoiler son corps et être gêné d’être spectateur de la nudité de l’autre, c’est culturel. On a tellement essayé de nier cette partie “animale ” chez l’être humain (qui est le seul à se parer de vêtements), qu’elle en devient quasi “dégradante” pour certains.
    En réalité, en acceptant d’avoir un corps, un corps qui peut exister sans l’artifice du vêtement, un corps sans qualités ni défauts puisque les critères esthétiques sont assez fluctuants et artificiels (celles qui se considèrent comme grosses en 2008 auraient été révérées comme des déesses à un autre époque!), ça va déjà nettement mieux!

  • Ah. Ben je dois avoir accepté alors..

  • Ceci dit, j’ai été élevée comme tout le monde, avec des vêtements. Je me demande si l’héritage judeo-chretien n’a pas beaucoup à voir la-dedans…

  • je pense aussi, c’est ce que je voulais dire par “culturel” d’ailleurs!

  • @Miss Lili : non ça peut ne pas être le même corps qui est nu sous la douche après la gym et avant l’amour… mais ça peut AUSSI être le même pour certains, certaines… d’où la pudeur… ce corps dénudé est celui qu’on offre… Habillé, même d’un maillot, il est socialisé, donc communicable. Pour d’autres, dont tu sembles faire partie, le corps déshabillé ne l’est pas totalement… il a dans sa nudité déjà son artifice… car la socialisation est FORCEMENT un artifice (le regard est un artifice, le fait de se savonner est un artifice, de faire de la gym est un artifice…) je crois que ceux, celles, qui veulent préserver ce jardin secret qui est celui du “pays de leur corps”… préfèrent recouvrir leur nudité d’une feuille de vigne… (en fait il paraît que c’était plutôt une feuille de figuier…), ça leur donne l’impression que leur corps peut être encore plus nu…

  • La fois ou j’ai eu la plus grande joie à être nue (oui joie !) c’set au hammam de la mosquée de paris.
    Il y avait tellement de corps de femmes, de tout âge, gabarits, qui discutaient tranquillement… je ne sais pas comment vous décrire cela mais c’etait génial.
    Je me souviens de femmes de 70 ou 80 ans qui avaient, évidemment, des corps abimés, et bien peu conformez à ce qu’on estime comme beaux et qui se baladaient sans complexe.
    Bref je ne vais pas tomber dans le mystique mais testez le hammam !

    Et peut être que ce sentiment qui semble soudain a à voir avec cette décision de maigrir ?

    Je n’ai personnellement jamais été pudique que je sois maigre ou grosse (oui qq pb alimentaires :o) ).

  • @chère la belle iloise : j’aimerais juste vous donner ceci à voir : http://himmelweg.blog.lemonde.fr/files/2007/05/origine_du_monde-courbet.1180519442.jpg,

    après cela, si vous le voulez, parlons de nudité… et de femmes nues (de filles, dites-vous…)

  • le lien n’a pas fonctionné… j’essaie encore une fois : http://smoothmoon.com/smoothmoonphotoshop/970503Dloriginedumonde.jpg

  • Oh! l’origine du monde!

  • @mya : la nudité!!! et son origine…

  • Ce n’est pas l’Origine du Monde?

  • @ Myamya : sisi !

  • @SISSI !!! l’origine aussi… de toute nudité…

  • oui, en effet! excuses je fais deux choses en même temps! ;-)

  • Ah ah, très belle oeuvre! (même que je l’ai vue en vrai!)

  • moi je suis d’accord elles s’exibent toutes sans aucune honte moi par exenple j’étais en voyage et dans le fitness center de mon hotel une nana a jetée son peinoir devant moi et ma souris comme de la magnière dont elle la fait ma choqué je l’est fixée pendant 2 min j’avais l’impression de passer pour une obsédée !!!!

  • @Labelle iloise : oui moi aussi je l’avais vue en vrai (je crois que c’était juste après que Lacan l’eut rendue au public, et au musée d’Orsay en 1995…) lors d’une expo à Beaubourg fin 1995 : “Féminin-Masculin le sexe de l’art”. http://www.insecula.com/oeuvre/O0013566.html

    Ce qui est intéressant dans ce tableau, et dans cette question de la nudité, c’est que celle-ci peut provoquer scandale (cf. le tableau) gêne ou pudeur (Lacan lui-même la dissimulait), qu’est ce qui peut être montré dans notre nudité ? tout, ou seulement une partie (c’est-à-dire le sexe oui, mais seulement le pubis, pas la vulve…) et à qui pouvons-nous le montrer ? et pour quoi le montrons-nous ? quand cela devient-il érotique ? qu’est-ce que l’érotisme ?

  • @nini> C’est son sourire ou son corps nu qui t’a le plus dérangé?
    Pourquoi est-ce toi l’obsédée, alors que tu penses que c’est elle qui devrait avoir honte?

  • l’intimité ne s’exprime pas dans un vestiaire, ni dans un hammam ou autre lieux où les femmes se croisent, tranquilles à l’abri des regards masculins.
    ta pudeur est ton écran et te permet de te protéger mais en aucun cas l’épanouissement des autres doit être signe d’impudeur ;)

  • tu peux être impudique habillée des pieds à la tête, le regard, la démarche sont tout autant des signes de séduction à l’autre. Se sentir bien dans sa peau n’est pas synonyme d’impudeur ;)

  • D’accord avec toi Labeilleloise (désolée pour l’orhographe j’ai un peu de mal ce matin).

    Ton article est très bien écrit. Moi aussi, me déshabiller en public et voir les autres nus est une épreuve pour moi. Le plus insupportable c’est que limite je me fais engueuler ou alors on se fout de moi quand je reconnais ma gêne. Mais ça dérange qui que je sois gênée? Moi, je n’impose rien à personne.

    Très peu de gens sont aussi beaux nus qu’habillés et la chair me dégoûte un peu. Exemple, les tableaux d’Egon Schiele (aîe, orthographe!) me mettent très mal à l’aise. Par contre, j’apprécie le tableau de Courbet “l’origine du monde”

    Alors peut-être que je vais être considérée comme coincée mais je voudrais rappeler que même George Brassens, qui n’était pas le plus coincé n’est-ce pas, a dit dans une chanson qu’il ne montrait sa nudité qu’à ses femmes et ses docteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>