My Space

Vision périphérique – je suis devenue une grosse truffe.

De lecture en lecture, de réflexion en réflexion  il faut bien que les heures passées dans les transports servent à quelque chose), je constate qu’ici on s’en prend à une partie de la population… Les bobos, là, on émet un jugement plus que tranché sur une autre catégorie “les connasses de parisiennes”… Dans le 1er cas, cela déclenche une avalanche de commentaires outrés, dans le 2ème cas, rien… (les parisiennes seraient-elles toutes en train de faire du shopping ??), dans les 2 cas on se moque, plus ou moins gentiment, d’une catégorie à laquelle on n’appartient pas. Nous sautons de clichés en clichés. Quant aux Parisiennes-bobo, je préfère ne même pas y penser.

Mais bizarrement j’ai un peu de mal à imaginer un article dont le titre serait “Suis-je devenue une grosse connasse de toulousaine ?” ou “Suis-je devenue une grosse connasse de strasbourgeoise ?” . Bref vous avez pigé le principe, on peut le décliner à l’infini, si ce n’est qu’apparemment c’est beaucoup plus drôle quand il s’agit des parisiennes, parce que ce ne sont pas des vraies filles, non, non, ce sont des “parisiennes”. Notre origine géographique ou le lieu où on vit ferait-il de nous, là des connasses ? ou des bombasses ? ailleurs des filles-hyper-cool-bourrées-d’humour ?

N’appartenant à aucune de ces catégories, je me dis que je dois certainement appartenir à une 3ème catégorie : ces tocards de banlieusards. J’attends donc avec impatience de lire un article intitulé “Entassez-vous dans le métro, bandes de blaireaux” ou quelque chose du genre.  Je suis sûre que ça va beaucoup me faire rire. Si ce n’est que pour l’instant j’ai bien conscience d’être la rabat-joie casseuse d’ambiance mais c’est pas grave.

Ainsi donc, apparemment, nous sommes tous bien rangés dans des petites cases. Et pour cause, nous nous y rangeons nous-mêmes, ou plutôt nous y rangeons tous les autres. Tant et si bien rangés que nous nous moquons de tout ce qui n’est pas nous.

Bon, allez, tout ça n’est pas bien grave. Tout au plus, c’est négatif. Quoique “Négatif” soit un bien grand mot aussi, disons que c’est pas très positif quoi. Ou alors, autre solution, j’ai un peu de mal à rigoler parce que je vais avoir mes ragnagna demain ??

3 Responses to “Vision périphérique – je suis devenue une grosse truffe.”

  • Je me permets de réagir parce que directement concernée vu que j’ai écrit un des articles incriminés. Juste pour te dire que si tu avais lu les commentaires, tu saurais que ce n’est pas un avis sur les parisiennes en général mais sur moi qui, habitant Paris, commence à ressembler à un certain type de parisienne.
    Je fais d’ailleurs remarquer que si ça se trouve ce n’est pas typiquement parisien mais commun aux grandes métropoles (que je ne connais pas vu que je viens d’une ville moyenne de province et que Paris est la 1ère grosse ville dans laquelle je vis).

    Et juste pour info, les petites cases, c’est pas pour moi, suis trop grosse :)

  • Pour les bobos, je sais pas, mais pour la “grosse connasse de parisienne”, j’ai ri… surtout parce que j’ai lu “grosse connasse” et que “parisienne” n’est qu’un épithète. Et effectivement, la demoiselle décrite est une “grosse connasse” bouffie d’auto-suffisance… Alors parisienne, toulousaine ou gambienne, qu’importe?

    En fin de compte, qu’on le veuille ou non, les gens sont TOUJOURS classés. On peut le déplorer quand ce classement sert à se voiler la face pour ne pas entrer en communication avec l’autre… Quand ca sert à rester dans un juste milieu, à ne pas prendre la grosse tête en évitant les extrêmes et qu’on garde à l’esprit que le classement ne peut être le seul prisme sur le monde, j’y vois pas d’inconvénient… Et je n’oublie pas non plus que sans ce classement “capitale vs province” ou “bob vs punks”, on ne peut pas vivre, surchargés que nous serions par des masses d’info inclassables… Notre cerveau n’est pas fait pour individualiser les masses et les gérer…

    Quant à tes ragnagnas, je compatis :)

  • Suis bien d’accord Miss Lili, tout le truc de l’article sur la grosse connasse de parisienne c’est surtout de dire que c’est une grosse connasse. Alors oui, y’a de l’exagération, mais c’est ça qui est drôle. De toute façon, on trouvera toujours le moyen de se moquer les uns des autres, quand je fais une remarque, 1- j’essaie d’être drôle (je dis pas que j’y arrive à tout les coups hein !) 2- je me vexe pas comme un pou quand les autres en ont autant à mon service.
    Un peu d’humour que diantre !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>