Humeurs

The top faïve qui déchire trop sa race

Mais, te demandes-tu, qu’a-t-elle dans sa besace, cette fois-ci, pour son top five de la semaine ? Va-t-elle encore nous faire s’esclaffer, va-t-elle à nouveau nous surprendre ? Va-t-elle se mettre en danger ? Et bien ne t’impatiente pas mon ami(e), je m’en vais te le dire de ce pas. Mais prends le temps de prendre ton temps mon petit…

Bref.

Let’s go, en avant pour l’aventure du lundi. Parce que tous les jours la vie est une aventure.

1 – Yaël Naïm. Pour son album entier et deux chansons en particulier, “New Soul” et “Paris”. Je sais, sur ce coup là je suis loin d’être pondue de la veille, rapport que tout le monde fredonne la chanson de la pub du nouvel I-Mac et que par conséquent, je suis évidemment beaucoup plus after que before the tendance. En même temps, tu me crois ou non, ça fait un moment que je l’écoute dans mon MP3. Quand celui-ci a de la batterie. Et que j’ai donc pensé la veille à le recharger. Ce qui n’arrive pas souvent. Mais ça je te ferais dire que c’est totalement before, d’être décontractée de la culotte vis-à-vis de la technique.

2 – Les élections municipales de Neuilly. Parce que c’est tout de même merveilleux cet endroit où a priori, au premier tour, la liste du dissident UMP ferait 45% et la liste de Martinon-non-non 40%. Ce qui nous rend tout de même à 85% pour des candidats de droite. Un vrai laboratoire. En plus à ce qu’il parait, l’autre blondinet, là, je veux parler de bébé-sarko, serait bien parti pour prendre la suite de son papounet. Et quand on l’écoute parler, ben j’ai envie de dire que ça fait peur, la géné-tic.

3 – “Le Lieu”. Et vous. Et aussi vous. En tous cas tous ceux d’entre vous qui avez relayé adorablement les infos sur “Dans la peau d’une grosse”. Je voulais vous dire merci et vous faire savoir que ce soir c’est complet et que vous y êtes pour quelque chose. Bon évidemment sans mon papa et ma maman rien de tout ça ne serait arrivé.

4 – “La Régalade”. Un restaurant dans le 14ème, perdu vers les Maréchaux Ce qui est sûr c’est que tu n’y vas pas pour le quartier. Ce qui est sûr aussi c’est que tu y retournes. Parce que dans un cadre un peu vieillot-bistrot-pas bobo – spéciale dédicace au carrelage en mosaïque – tu manges pour 30 euros, entrée, plat et dessert. Et que quand tu arrives, le patron il te met une terrine de campagne qui tue sa race sur la table avec des grosses tranches de pain pour calmer la faim avant le début des hostilités. Et aussi que le riz au lait il est servi dans une soupière avec à côté un petit pot de caramel au beurre salé. Bon après en revanche je ne te cache pas que tu roules jusqu’à chez toi. Heureux. Mais lesté.

5 – Alain Delon. Parce que lui tu vois il en a. Du courage je veux dire. Lui il a osé. Dire le fond de sa pensée aux dirigeants chinois. Avec Môsieur Delon, tu vois, y’a pas de langage diplomatique qui tienne. Et il n’y est pas allé par quatre chemins. Il a pris son plus beau stylo, et il a dénoncé les tortures, les privations arbitraires de liberté, les exécutions injustifiées, commises en Chine… sur les animaux. Bravo Alain. C’est Brigitte qui doit être fière de toi.

Edit: T’y crois si je te dis que je suis de nouveau tendue comme un string ? Ben oui, pour ce soir ! What else à ton avis ?

2 Responses to “The top faïve qui déchire trop sa race”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>