My Space

Ma tignasse de platine

L’autre jour, en passant ma soixante-dix-septième heure quotidienne sur Internet, je suis tombée sur une photo d’Amy Winehouse en blonde.
Moi, on m’a déjà dit que je ressemblais un peu à Amy Winehouse un jour où j’avais mis trop d’eye liner. Mais je pense qu’ils parlaient de ma voix parce que je pèse pas 25 kg et j’ai pas de tatouages de pin-up sur le biceps (pis j’ai toutes mes dents).
N’empêche, j’ai pas pu m’empêcher de me dire, « voilà la tête que j’aurais en blonde », ou plutôt en jaune parce que sa décolo, elle a dû se la faire elle-même.
Parce que bon, si (je dis bien si), si l’idée me prenait de devenir blonde, je plongerais pas ma tête dans une bassine d’eau oxygénée. Je ferais au minimum appel à un pro : une star des ciseaux, un coiffeur pour stars : le Maniatis des Plateaux (au moins) appelé aussi « Jean-Marc aux mains d’argent » (Manitas des plata), pour dompter ma tignasse de platine (bon j’arrête avec les calembours).
La crinière platine ratée, de suite, ça fait cheap. Et Amy n’avait pas besoin de ça.
Tant qu’à tomber dans l’extrême, autant le faire bien et y mettre le prix, comme Gwen Stefani dont on n’a jamais vu un millimètre de racine et qui doit habiter chez son coiffeur ou s’être fait installer un système de détecteur sur le crâne. Mais l’entretien, quel casse tête! (dans tous les sens du terme), sans compter le raccord sourcils (hein Amy ?)
Et puis il faut avoir la « blonde platine attitude » et ça, c’est pas donné à tout le monde. Ca s’apprend de savoir rejeter la tête en arrière sensuellement sans se dévisser trois vertèbres, ça se travaille la moue enfantine craquante sans qu’on vous confondre avec un cocker peroxydé, et Amy et moi, ben tout ça, on l’a pas.
Et puis même quand on l’a, regardez Monica Bellucci, en blonde pour le film « Le deuxième souffle », elle n’est presque plus que l’ombre d’elle-même…
Non, si j’avais l’idée saugrenue de devenir blonde, je vérifierais avant que j’y trouve une plus-value.
Genre je sortirais en boîte deux-trois soirs avec ma perruque, celle que j’ai achetée pour la soirée déguisée où j’ai imité Shakira (oui, oh ça va), et je testerais ma « blonde platine attitude » (sans la minerve, rapport au dévissement des vertèbres) auprès des DJ, parce qu’ils s’y connaissent en platines.
Mais bon, si ça marche et que j’emballe à mort, je sais pas trop si j’assumerais la comparaison avec Anita Ekberg, Madonna, Marilyn, tout ça… Trop de pression.
Et puis, c’est vrai que j’aurais du mal à abandonner mon statut envié de bombe latine, parce que t’sé au fond chuis pas une blonde platine.
Amy, t’aurais dû réfléchir à tout ça ma grande,  surtout qu’il paraît que Karl s’est inspiré de ton poulpe noir géant dans son défilé. Encore une preuve étincelante que les brunes comptent pas pour des prunes.

6 Responses to “Ma tignasse de platine”

  • merci! je ne suis pas la seule à avoir une perruque blonde qui traîne dans mon placard! Mais y a pas à dire quand on est brune, le test de la perruque blonde…et bien ça fait le retour des morts vivants! Imaginez Mercredi en blonde! Elle serait transaprente!

  • ça dépend de la couleur de la peau, des sourcils et des yeux. Chez moi les yeux et la peau ça va, c’est mes sourcils auxquels je refuse de toucher (je les aime!) qui font que les hommes ne me préfèreront pas… (huhu!!)

  • J’suis tellement pâle qu’on me croirait sortie d’un film de Tim Burton, j’ai les yeux clairs, mais… Les sourcils chatain… Non, la platine attitude, ça allait qu’à Marylin >.

  • Châtains ça passe encore, le truc qui passait que dans les année 80′ (et encore) c’est le sourcil noir sous la frange platinissime. Seule Madonna pouvait se permettre une chose pareille.

  • Si vraiment, vraiment, tu as peur pour le raccord et pour le %age de neurones perdus lors de la decoloration, fais quelques meches pour egayer. Pas platine, mais juste un ton en dessous de ta couleur de cheveux :)

    Mais bon, moi je dis ca, je dors pas chez mon coiffeur et vu qu’il me coute un bras tous les 3 mois rien que pour quelques petits meches anti-neurones, hein…

  • DolceVita: Loin de moi l’idée du cliché de la blonde handicapée neuronale! Moi c’est pour la peau de mon cuir chevelu que je m’inquiète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>