My Space

Amours modesques d’une jeune passionnée

Deux créateurs ont su me toucher au plus profond de mon coeur.

 Il y a d’abord eu Jean Paul Gaultier! Le premier défilé que j’ai regardé avec attention était l’un des siens. Celui de la saison Printemps Eté en Haute couture. Collection 2007.

Premier coup de foudre modesque. Je savais que je voulais travailler dans la mode plus tard, mais ce défilé a agit comme un révélateur.

J’ai été frappée, envoûtée, conquise, séduite… Comment un tel génie créatif peut-être contenu dans un seul être?

L’enfant terrible de la mode avait réussit a m’emprisonner! On m’aurait demandé de lui servir des cafés toute ma vie, je l’aurais fait! Juste pour le rencontrer et qu’il me parle. Qu’il me raconte la mode, qu’il la fasse vivre sous mes yeux!

Car à chaque fois que Gaultier passe a la télé, je suis aussi frappée par le personnage. L’écouter m’emplit de joie. Cet homme avec son polo noir et son jean informe qui ne paye pas de mine est quelqu’un de profondément humain! Pas comme certains… (Oui toi, derrière tes lunettes noires et tes gants cols blancs, pas la peine de te cacher!!)

Il parle avec humour, toujours souriant et sympathique, et nous raconte sa passion, parle sans détours, faisant preuve d’une humilité déconcertante. C’est un poète au fond…

J’aime sa manière d’aborder la mode, son côté provocateur.

Vous l’aurez compris, Gaultier a été mon premier coup de coeur…

Je vous laisse donc découvrir avec délices je l’espère l’objet de mon trouble :

 Le défilé des vierges partie 1

et la partie 2 (ma préférée)

Et puis il y a eu Christian. Lacroix.

Avec lui c’est venu plus tard. J’appréciais le personnage mais n’imaginais pas une minute toute l’étendue de son oeuvre.

J’aimais aussi sa simplicité (j’aime les gens simples au fond, et dans la mode ils se font rares…), sa manière de faire le lien entre la mode et le théâtre, la mode et le design. Il est un grand artiste, qui tente chaque jour un peu plus de rendre l’art plus accessible a chacun. C’est un illuminé dans son genre. Un passionné lui aussi, un Gaudi de la mode, en somme.

Ce que j’ai ignoré pendant longtemps, c’est cette passion qu’il entretenait pour le costume et l’histoire de la mode. A défaut de devenir conservateur de musée, il est devenu styliste! Un styliste complet et accomplit, qui est curieux de tout! Qu’à cela ne tienne, finalement il n’aura rien raté puisque sa créativité est fortement liée à l’histoire du costume!

Et pour les passionnées (ou pas), je vous conseille vivement d’aller voir son expo au Musée des Arts décoratifs à Paris.

Une splendeur! C’est là, il y a quelques mois que j’ai fait une infidèlité à Gaultier en tombant amoureuse du travail de Lacroix.

Parce qu’au fond, j’aime le costume, son histoire, j’ai toujours un ptit bout de moi qui rêverait de travailler en collaboration avec des historiens pour reconstituer fidèlement des modèles historiques. Et c’est là que Lacroix à fait BOUM dans mon petit coeur.

Au fil de son expo, on découvre à travers un choix de modèles signés Lacroix et de véritables pièces d’époque, tout le travail de reconstitution qu’à élaboré ce passionné. Chaque costume contient le petit détail qui fait la différence, celui qui élabore un pont entre notre mode actuelle et celle qu’ont connus nos aïeuls.

L’expo, pour parler crument, on se la prends dans la gueule! Festival de couleur, de formes et de matières. Pour ça il serait judicieux de la voir deux fois au minimum pour ne pas en perdre une miette, si l’on ne veut pas s’évanouir tout d’un coup, foudroyés par le syndrôme de Stendhal. Parce qu’il faut dire que la disposition des modèles en vitrine est assez… spéciale. Voire étouffante!

Et quand vos petits pieds commencent à se plaindre, vous pouvez toujours revenir vers l’entrée, ou il y a un grand écran qui diffuse en continu les défilés successifs du créateur, depuis la création de la maison. Ainsi j’ai pu admirer de vieilles collections qui datent de 1998 et qui n’ont pas prise une seule ride.

Assise sur mon banc, je me suis laissé emporter par la beauté et la magie de ses défilés… J’étais comme hypnotisée. Parfois les larmes me montaient aux yeux, j’étais foudroyée tout net! Je ne crois pas avoir jamais été aussi émue par un défilé quel qu’il soit. A part celui de Gaultier.

Ces deux créateurs sont précieux a mes yeux et le resteront je pense… S’ils sont poètes, moi je ne le suis pas et je ne trouve pas les mots pour parler de leur travail. Eux le feront surement mieux que moi, à travers leurs défilés fabuleux et leurs expos.

Je tenais à leur rendre un grand hommage. Il vaudra ce qu’il vaut.

Jean-Paul, Christian, merci.

Je vous tire mon chapeau bien bas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>