Humeurs

Je parle misogyne

Car je parle français. Langue hautement misogyne s’il en est.

Le plus évident est bien évidemment le mot « homme ». Qui dans notre langue désigne le sujet de sexe masculin, mais aussi l’ensemble de l’humanité. Les femmes ne seraient-elles donc pas englobées dans l’humanité ? N’auraient-elles pas, lors de la création et de l’évolution de notre belle langue, mérité l’appelation d’être humain ? C’est la majuscule qui tue ! “homme” et “Homme”. L’homme avec un grand H ! Voilà ce qui est humain, voilà ce qui ressent, voilà ce qui pense : l’homme.

La femme elle, n’a eu le droit qu’au statut d’objet, que l’on se passe entre hommes. Vous naissez fille, et vous êtes la fille de quelqu’un. Vous grandissez femme, et vous devenez la femme de quelqu’un. Ainsi, lorsque votre mari vous présente : « Voici ma femme », il marque ainsi sa possession : « Ma femme ». Notre langue lui permet de vous posséder, au moins sur le papier, au moins suivant le dictionnaire. Il devient votre mari, et vous devenez sa femme, tout en restant la fille de votre père. Double possession que notre belle langue vous permet de réaliser pleinement.

L’homme lui, est un garçon, et le fils de quelqu’un. Il est un homme, et le mari de quelqu’un. L’homme, personne le possède, notre belle langue nous le défend bien.

Possession que d’autres langues n’ont pas retenu. L’anglais par exemple. Vous naissez fille (girl), vous etes la fille de quelqu’un (daughter). Vous devenez femme (woman) et vous devenez la femme de quelqu’un (wife). Critiquons les anglais à foison mais accordons-leur au moins cela : la misogynie n’est pas inscrite dans leur dictionnaire.

On peut aussi parler de l’emploi du neutre, en tout point semblable au masculin dans la langue française lorsque le sexe n’est pas précisé. Ou lorsque femmes et hommes se mélangent dans un groupe. Dans le doute, le masculin prévaut toujours. Dans l’abondance, on ne retiendra que le masculin.

Les exemples dans notre langue sont nombreux, de cette supériorité masculine que l’on vous apprend en même temps que la grammaire. On ne le remarque même pas souvent, tellement cela nous parait normal d’être la fille et la femme de quelqu’un. Et pourtant, jamais possession n’aurait pu être plus claire. On n’est pas, on appartient. Je ne dis pas bravo à la langue française.

12 Responses to “Je parle misogyne”

  • C’est plus ancien que le français…nous devons cela à nos amis barbares et aux romains.

  • rappellons tout de même qu’en anglais, ‘wife’ vient du vieil anglais ‘wif’ qui veut dire… femme.

  • Pour se remonter le moral :

    La fille en allemand “Das Mädchen” ==> Neutre…

  • Euh.. Je veux pas casser le commentaire d’avant, ni faire un cour d’allemand de rattrapage mais justement, “das Mädchen” vient du vieil allemand “Die Mad”, la dame : c’est féminin.

    En tout cas, je suis bien d’accord avec toi, le français a pas été au top sur ce coup-la.

  • Oui, ça peut énerver, mais je n’y vois là qu’une régle, rien de plus grave…
    Ce que je trouve drôle, c’est cette phrase:
    “Possession que d’autres langues n’ont pas retenu” qui aurait mérité un “e” à la fin de retenu… Pour une fois que nous étions au féminin!

  • je vous présente mes femmages, pour toutes vos oeuvres …
    on n’a pas dit notre dernier mot :)

  • sans parler des mots épicènes, comprenez ceux qui ne prennent jamais de feminin comme acquereur, apôtre, assassin, escroc, géomètre, médecin, professeur, vainqueur etc…

    a noter que les mots feminins qui ne prennent pas de masculin sont un peu plus sympathique, comme vedette… mais non en fait c’est tout apres il y a brute, bête, crapule et victime, racaille et dupe…

    de quoi desepéréé!!!!

  • Tout à fait d’accord avec ton article moi…et je me dis : “heureusement qu’on a pas gardé le terme femelle pour nous qualifier, quoi que…”
    Sinon je venais aussi pour autre chose, j’ai vu que tu n’avais pas de blog, est-ce que ça t’intéresserait d’en faire un ? Je peux t’expliquer quelques trucs sur Overblog, si ça t’intéresse je peux faire quelque chose pour toi… :)

  • @Maryon : non moi pas avoir blog :o
    Mais pour etre honnete, je ne suis pas sure d’avoir envie d’en faire un. Pas assez de temps pour qu’il soit correct, pas assez de gens pour le lire et peut etre aussi pas assez de choses intéressantes à dire ;)
    Mais merci de la proposition, je garde sous le coude !

  • tu peux, si un jour tu changes d’avis, n’hésite pas :) moi je pense que tu aurais pas mal de choses à dire, comme toutes les filles de LR :) je te donne mon adresse si un jour tu as besoin: g.maryon @ free.fr (je te laisse enlever les espaces pour les spams…) :)

  • J’en connais une à qui ce débat va plaire (olympedegouges dont je viens de découvrir le sympathique blog avec son fameux sondage “Doit on revoir les règles grammaticales pour les rendre moins sexistes?”). :-)
    Du reste, sur le fond j’adhère à ton propos girlizounette, par ailleurs, bien que j’aime la langue française et que je tente au mieux de la respecter, je suis on ne peut plus heureuse que les règles d’accord du féminin des noms de métier ont été revues en Belgique. Bon, une première bataille de gagnée…
    Du reste, comme toute langue, le français évoluera, il ne tient qu’à nous de créer les tendances. :-)

  • Holàlà, je n’ai pas encore émergé, j’ai utilisé deux fois la même articulation “du reste”. Dites l’équipe de LR, quand pourrions nous rééditer nos commentaires? :P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>