My Space

Comment éviter de mourir?

Tout le monde-que les gens dans le déni me pardonnent- veut savoir comment accepter la mort, vivre le plus longtemps possible -qui ne veut pas dire toujours-, “accompagner” les mourants -ouais, mais sans retour -, soigner des maladies autrefois incurables.

Moi, je pense qu’on devrait surtout chercher un moyen de ne pas mourir.

Vous allez me répondre: et Malthus? la limitation des naissances? On ne peut déjà plus respirer dans les centres commerciaux en période de fêtes, alors si on n’a pas un peu du mort, on va se retrouver avec trop de vivants sur les bras!!
Pour ce qui est de la limitation des naissances, je crois qu’en France, on n’aura pas trop de problème à réfrener notre envie de famille nombreuse; dans le doute, on peut toujours aller dans les collèges distribuer des couches sales ou montrer ce qu’un gosse de deux ans peut faire à un mp3 en moins de dix secondes? En toute violence, on pourrait aussi imaginer une video des parents copulant pour décourager la jeune génération de le faire. Enfin, bref, Malthus, c’est fait, il ne s’agit que de recettes : je fais confiance à l’humanité en marche pour trouver des solutions. Et puis il ne faut pas désespérer de la Nature: les tremblements de terre, les tsunami, les cyclones, les ouragans, les volcans, ça vous débarrasse un continent, une ïle en moins de deux. Sans parler des vols d’essai pour Mars -mais là, c’est de la disparition confidentielle, c’est plus pareil- . Sinon, on peut toujours compter sur les intégristes religieux et politiques pour faire du chiffre, ils ont des siècles d’expérience. Si l’humanité devait devenir éternelle -le mot est lâché- il faudrait penser à se débarrasser de ces gens là pour éviter qu’ils se prennent pour Dieu-il y a un précédent fâcheux- et puis une éternité totalitaire, c’est déjà plus la même idée.
Moi ce que je veux dire, c’est qu’il faudrait trouver un moyen pour ne jamais perdre ceux qu’on aime, voire les autres. Il faudrait abolir la souffrance, abolir la mort, remettre la laideur, la maladie et la pauvreté à jamais.
J’en ai assez de perdre des gens comme d’autres sèment des petits cailloux. Le prochain pote que je me fais, je lui demande de me signer un contrat d’éternité: il est hors de question que je fréquente à nouveau une personne souffrant de cancer, de leucémie, de chorée de H., ou de toute autre invention de notre organisme pour se casser dans le néant. A la limite, si on promet l’accident, je peux reconsidérer ces voeux…non, même pas. Comment on fait, hein, avec ces téléphones qui sonnent dans le vide -ups, elle n’est plus… abonnée!-, ces absences plus fortes que votre propre présence, du coup, moins jouissive… Et puis tous ces gens, -nous, bientôt-, ils se cassent avec tous vos souvenirs, des pans entiers de votre vie!!! Qu’ils choisissent le cercueil et le trou loué ou la crémation on s’en moque, pourvu qu’ils ne nous manquent pas. Et ça, c’est pas possible: il faut donc remonter à la source du problème et éviter de mourir. Parce que, si on aime ses amis et sa famille, on n’a pas le droit de les priver de soi. Parce que ça règlerait le problème de la réincarnation, de la vie après la mort, de la near death experiment et de la surproduction. Parce que comme ça j’obtiendrais un crédit -toute la vie pour rembourser-. Mais bon, ne soyons pas futiles. Avant les soldes.
Je lance donc un contrat sur la mort, mon prix sera le vôtre. Bonus si quelqu’un veut se charger de la souffrance, il y a longtemps qu’elle me chauffe celle là aussi.

8 Responses to “Comment éviter de mourir?”

  • Une vraie tuerie cet article !
    Mais je ne suis pas morte de rire…

  • lu sur le programme télé : “Je sais que je vais mourir et je n’y crois pas”, dixit F. Mitterrand, émission demain à 21h35 sur France 5.

    La mort de nos proches, la maladie de nos proches, oui, quelle épreuve!!! et pourtant, parfois, quelle leçon d’éternité, quelle leçon de vie, dans leur regard, dans le nôtre. Pour ce qui est de la nôtre (de mort), je serais assez de l’avis de l’ancien Président, j’ai l’impression que, jusqu’au bout, on n’y croit pas, et que de fait, pour nous, elle n’EXISTE pas!

    Courage à toi, si tu traverses, ou a traversé, une telle épreuve.

  • Avatar of LN*
    LN*

    “Le désir de vivre n’est pas rationnel ; si notre vie est parfaite, notre accomplissement dans la vie de tous les jours ne sera rien de plus si nous sommes immortels. C’est donc la qualité de la vie qui prime, la qualité du bonheur, et non la quantité.”

    Épicure.

  • Je suis-vraiment-d’accord, ce n’est pas la durée qui fait l’essence de ce que nous sommes. Mais ça ne règle pas le problème de l’absence de ceux qu’on aime.Et pourtant, oui, je vis aussi “avec eux”-la mort n’empêche pas de penser à ceux qu’on a aimés- mais ce n’est pas la même vie et le bonheur est moins léger.
    “La qualité du bonheur, de la vie” passent aussi par le plaisir partagé de vivre ensemble?

  • Ouah!! Comme l’a dit O’paline, une tuerie! Je pense la même chose, un profond sentiment d’injustice…

  • Je lis ton article… En ce qui me concerne, par ma vie de catholique praticante qui a vu pas mal de monde mourir autour d’elle, je te dirais que la mort n’affecte que les vivants. Pour moi, elle n’est qu’un passage vers quelque chose d’inconnu. Cet inconnu fait peur, alors on considère que la mort est une fin.

  • Avatar of teo
    teo

    D’accord avec Storia Giovanna : la mort n’affecte que les vivants.
    Ceux qui ont eu le bonheur – car c’en est un – de vivre une expérience de mort imminente, ne craignent pas la mort ; il sont sereins.
    Dans une expérience de mort imminente, on a l’impression de sortir de son propre corps, on se voit vivre, on se ne sent plus son corps, on a l’impression de flotter comme le bébé dans le liquide amniotique avant la naissance, les bruits sont assourdis.
    Au contraire, le plus dur est de revenir sur terre, le froid vous tombe dessus comme une chape de plomb, les bruits sont terrifiants, on ne souhaite qu’une chose : revivre ces moments de bien-être. Ce doit être le même choc que ressent un bébé à la naissance : l’horreur, l’ambiance glaciale…
    Pour plus d’info, taper “near death experience” et vous aurez des témoignages de personnes ayant vécu ce genre d’expérience.

  • Je te remercie d’avoir pris le temps d’écrire ton commentaire. Je suis d’accord, pour les avoir vécues, avec tes descriptions-le retour brutal, la nostalgie du bien-être . Et bien que mes morts m’occupent, ils me manquent. C’est bien -donc- des vivants que je parle… Je ne suis pas inquiète…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>