My Space

Bonne année toi même

Alors j’aurais vraiment aimé, mais vraiment aimé dire que je me préparais à passer le réveillon du siècle, parce qu’au fond je sais que je vais passer un bon moment, mais a priori j’ai envie de m’en plaindre. Alors plaignons nous, et un bon coup.

Bonne année toi mêmeC’est l’histoire d’une jeune fille à qui la vie sourit. Les fêtes approchant, elle commence à prospecter autour d’elle en quête d’un “plan” pour le réveillon. Bien que ce moment soit une infâme exploitation commerciale d’un jour comme les autres (ah non, pardon, j’ai confondu avec la Saint-Valentin et Halloween), elle décide de jouer le jeu des festivités et de la bonne humeur imposés.

Comme la vie lui sourit, elle se retrouve invitée chez ses amis “historiques”, ceux qui la suivent depuis des années, qui la connaissent et l’apprécient bien qu’elle leur en fait voir de toutes les couleurs en leur imposant ses boires et déboires, ses hauts très hauts, et ses bas très bas. La vie quoi, les bons potes. Les ingrédients d’une bonne soirée semblent réunis.

Oui, mais. Oui, mais comme la vie lui sourit, elle a tendance à plutôt bien s’amuser. A sa manière, avec sa cervelle d’adolescente attardée. Et eux aussi, s’amusent beaucoup, avec leurs cervelles d’adultes frais et distingués.

Et c’est bien là que le bât blesse. Une adolescente attardée ne s’amuse pas comme un adulte frais et distingué. L’adolescente attardée, elle se cherche encore. Elle boit des coups, trop de coups, elle a des amis, trop d’amis parfois, pas assez à d’autres moments, elle se livre à qui veut bien l’écouter pour finalement couper les ponts du jour au lendemain sans laisser d’adresse. Elle tombe très bas pour illuminer le quotidien de nos adultes frais et distingués. Et elle est invitée, régulièrement, par lesdits adultes, pour raconter sa vie “passionnante”, et leur faire des blagues, beaucoup de blagues.

“Oh oui, raconte moi tes histoires de mecs parce que tu sais, moi, je n’ai plus rien à raconter…” Mais la vie ce n’est pas ça putain ! Alors oui, je suis vulgaire, mais non je n’ai pas envie de te raconter “mes histoires de mecs” parce que de toute façon, les histoires, courtes ou longues, ce sont toutes les mêmes, je le sais, je suis passée par là aussi. 5 ans, 5 jours, même combat.

Alors comme je suis sympa, ce soir, je vais raconter pendant 10 minutes ma vie trépidante au boulot et embrayer sans succès sur le dernier bouquin que j’ai lu, qui était génial d’ailleurs (les Nouvelles de Salinger, si ça intéresse quelqu’un, je suis disposée à en discuter pendant des heures sur les commentaires), et je vais vous laisser parler de vos mariages, enfants et autres problèmes domestiques. Travail, famille, patrie, c’est tout ce que je vous souhaite pour 2008. Et puis un peu de spectacle aussi. Pour égayer vos quotidiens. Promis, je ferai mieux qu’en 2007, je me surpasserai.

(cc) Gabriela Camerotti

7 Responses to “Bonne année toi même”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>