My Space

Une passion Indienne

Une passion indienne, de Javier Moro, c’est l’histoire surréaliste d’un rajah indien richissime (le rajah du Kapurthala) qui épouse une jeune espagnole de 16 ans, Anita Delgado, sans noblesse et sans argent. Je vous sens soupirer : mais non, pas d’histoire d’amour neuneu à la mode Arlequin à l’horizon.

L’histoire se passe au début du siècle dernier, en 1908 et la réalité n’est pas aussi rose qu’elle y parait. Anita Delgado suit son époux aux Indes, s’arrache à son pays, doit s’adapter à la culture indienne, totalement différente de tout ce qu’elle connait. Elle est partagée entre l’Inde qui n’est pas le pays dans lequel elle a grandi, et l’Espagne, d’où elle se sent finalement très exclue. Mais son refus de vivre dans la zenana, le harem où résident déjà les quatre autres femmes du rajah, lui vaut des ennemies dont la principale est la première femme, la maharani. Le soutien de son mari lui permet de faire face mais d’autres problèmes s’accumulent. Après les épouses, se sont les anglais qui s’opposent à reconnaître le statut de la jeune espagnole, qui n’a, entre autres choses, pas le droit de se présenter aux soirées officielles. En réalité les anglais sont furieux d’assister à des mariages mixtes qui remettent en question la supériorité de la race.

Le livre retrace la vie du rajah et des deux époux jusqu’à leur séparation, en 1925, après un scandale que je vous laisse le soin de découvrir par vous même.

Comment décrire ce bouquin sans trop en dire? Il aborde tellement de thèmes… Il se partage entre la pensée occidentale et le mode de vie traditionnel indien, dont les deux se confondent, se confrontent ou cohabitent.

On assiste dans ce livre aux débuts de Gandhi, à la transformation de Bibi Amrit Kaur, une aristocrate atypique de la famille du rajah qui troquera ses sarees en soie contre des sarees en coton et qui traversera l’Inde pour suivre celui qui prône l’indépendance. 

On découvre plusieurs mondes dans un seul pays, où se mêlent pauvreté extrême et richesses ostentatoires, on découvre les coutumes, les traditions diverses qu’offre ce pays immense pleins de contradictions, tiraillé entre tradition et progrès…

On imagine les odeurs, on entend les bruits, on est plongés, l’espace de quelques heures, au milieu de la vie indienne, de son quotidien.

Plus qu’une oeuvre littéraire, ce livre est bourré d’anecdotes véridiques et de témoignages de l’époque, ce qui nous donne une vision, assez réaliste je pense, de ce qu’a vraiment été cette période, à la fin de la domination anglaise.

Voilou, je suis pas une grande critique et honnêtement je savais pas trop par où commencer et par où terminer sans raconter le livre de long en large. J’espère néanmoins que j’aurais au moins attisé une petite flamme de curiosité dans vos esprits!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>