My Space

Sankta Luciiiiiiaaaa…

Je n’étais pas seule. J’étais plusieurs. C’est toujours plus sympa quand on est plusieurs. Et pour porter un bac rempli de sable et très lourd, c’est top d’être plusieurs. Parce que toute seule, je n’aurais jamais réussi à tirer le bac de sable. Mais, comme j’étais plusieurs, ça a été possible. 

En même temps, elle l’avait bien cherché. Juste, je me demande si elle y est encore.

Quand nous sommes arrivés à Skansen, il était impossible de se garer alors le début du concert, on l’a un peu loupé. Ca se passait dans une église ancienne. Nous nous sommes assis au fond, forcément, en arrivant en retard, on ne peut guère espérer être au premier rang, sauf chance. Mais là, il n’y a pas eu chance, donc, nous nous sommes assis au dernier rang. Voilà.

Tu connais l’histoire du battement de l’aile du papillon en Chartreuse qui provoque un tsunami à Bastia ? Et bien là c’est pareil. Un quart d’heure après notre arrivée, une bonne femme encore plus en retard que nous est arrivée à son tour dans cette église. Nan, ce n’était pas Marie, concentre-toi, s’il te plaît, est-ce que j’ai une gueule de roi-mage ?!.

Elle s’est installée devant nous en faisant un rafus de tous les diables. Elle a enlevé une immonde toque en putois qu’elle avait sur la tête et elle n’a plus alors cessé de remuer sur son banc. Au bout de cinq minutes, j’avais envie de lui faire bouffer sa toque. Mais j’ai pris sur moi. Les jeunes filles en blanc chantaient Sankta luciiiiiiaaaaa, et c’était beau.

Au bout de dix minutes, j’avais envie de lui lacérer le dos avec les clous du banc. Sankta Luciiiiiiaaaaa.

Au bout d’un quart d’heure, j’avais décidé que je lui faisais la peau à la sortie de l’église. Sankta Luciiiiiiaaaaa.

Je te laisse imaginer dans quel état j’étais au bout d’une demi-heure. Le supplice de Tantale, à côté, c’est du pipeau !! A la fin du concert, quand les jeunes filles sortent de l’église à la queue leu leu en chantant Sankta Luciiiiiiaaaaa, j’ai sorti mon plan de mon sac pour repérer l’endroit où devait avoir lieu la suite des réjouissances. Et cette brave dame s’est alors retournée vers moi en faisant “chuuuutttttttt“.

Glarps !! Un de mes potes a dit “connasse“, elle a répliqué quelque chose en suédois et on s’est tous jetés sur elle et elle est morte !! Ensuite la police est arrivée et là, ça fait quatre jours que nous sommes en prison. Mais heureusement, ils m’ont laissé mon ordinateur pour que je te tienne au courant de la suite des évènements. Voilà.

Mais nan. Ce n’est pas vrai !! Mais ça aurait pu. En fait elle est partie. Ensuite, nous sommes allés dans un autre endroit, une maison jaune et blanche, pour un autre concert. Bon en fait, au départ, on n’avait pas trop compris ce qu’on allait y faire dans cette maison, mais il s’est avéré que c’était exactement comme dans l’église, mais avec un décor différent.

Et devine qui était au premier rang à gigoter dans tous les sens ? La bonne femme de l’église. Elle n’arrêtait pas de se lever et de se retourner. Moi j’étais derrière… ben ouais… j’ai pris un abonnement pour être derrière. N’empêche, elle m’énervait quand même.

Sankta Luciiiiiiaaaaa. Tiens, je te mets, une photo. Ouais, je sais c’est un désastre ces photos. Alexandre, pardon. Mais je suis une excellente cuisinière.

Ensuite on est tous sortis… et on a décidé d’aller faire un tour du côté des animaux… histoire de faire un petit coucou à mes copains les phoques.  Là, il a commencé à neiger. Il faisait noir et on n’y voyait pas grand chose, mais c’était chouette…

A un moment donné, on est arrivé devant les toilettes… et là… là on a vu la madame avec sa toque en putois entrer d’un pas décidé dans les toilettes… et là… et bien là, il y a eu un tsunami.

Y’avait cette dame dans les toilettes. Y’avait un bac à sable qui me tendait les bras. Y’avait mes potes à côté. Moi je dis que quand tous les éléments sont réunis pour faire une belle omelette, et bien on fait une omelette et on la mange. Et qu’on ne vienne pas me parler de hasard. Nan. qu’on ne vienne pas. Parce que ça si ce n’était pas un signe de Dieu, et bien ça y ressemblait vachement.

Le bac à sable, il était hyper lourd, limite si je n’écris pas une lettre pour me plaindre à la direction de Skansen, because on aurait pu se blesser. Faudrait voir à ce qu’ils fassent plus léger pour l’année prochaine. Mais on a réussi à le mettre devant la porte des toilettes. L’union fait la force, c’est bien connu.

Sankta Luciiiiiiaaaaa. 

Ensuite il y a eu une autre Sainte Lucie, qui est arrivée dans une calèche tirée par des chevaux… C’était beau. Si tu veux des photos, tu vas voir chez Hibiscus. Les miennes sont foirées.

Moi je suis contente de ma journée. J’ai vu quatre Sainte Lucie. Je crois que j’aime les coutumes suédoises, c’est un signe que je commence à m’adapter ici. En tout cas, ça restera un très joli souvenir pour moi.

Et sûrement aussi un très joli souvenir pour la madame à la toque en putois.

Sankta Luciiiiiiaaaaa.

Tags : , ,

2 Responses to “Sankta Luciiiiiiaaaa…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>