Humeurs

Vélib et mariage ne font pas bon ménage…

Ce n’est un secret pour personne désormais, le sport n’est pas à proprement parler mon fils ma bataille. Toutefois, comme en revanche je suis une personne très curieuse et ouverte dès qu’il s’agit de se lancer dans une nouvelle aventure – bon, d’accord, je pense qu’en fait ce jour-là je faisais un bad trip de Saint-Moret – j’ai récemment traversé Paris sur un Vélib. Un vrai moment Nutella.

Pour commencer, il a fallu que j’écoute les conseils donnés sur un ton professoral par l’homme, qui m’a expliqué en long en large et en travers que la règle numéro 1 quand tu prends un Vélib c’est de BIEN VERIFIER le matériel. Rapport que s’il est crevé, genre, t’es obligé d’attendre dix minutes avant d’en reprendre un autre. Bon, il aurait pu me le dire en deux mots, il me l’a dit en cent. J’ai bien senti qu’il n’avait aucune confiance dans ma capacité à déceler un dysfonctionnement cycliste d’un simple coup d’oeil. Du coup j’ai eu aussi droit à une démonstration en règle, l’analyse détaillée du Vélib et des différentes avaries dont celui-ci peut être victime.

Je me dois de préciser que l’homme n’a pas, contrairement aux apparences, son master Vélib. Avant cet épisode, il en avait fait une fois un jour de grève et avait réussi l’exploit de se faire renverser… par un piéton. Mais comme une bonne épouse se doit de montrer parfois un peu de déférence envers son mari, j’ai aquiescé à tout son baratin en essayant de masquer le mieux possible mon début d’exaspération. Non parce que bon, faut pas être sorti de l’ENA pour repérer un pneu à plat.

Qu’à cela ne tienne, donc, j’ai scrupuleusement choisi mon engin, après avoir un peu pataugé à la borne entre mon pass Navigo du métro et ma carte bleue, introduisant systématiquement l’une à la place de l’autre dans la machine. Après que l’homme se soit également acquitté de son inscription – avec autant de difficultés que moi et ce bien sûr après avoir ricané au sujet de mon manque absolu de sens pratique – et qu’il ait lui aussi pris son vélo, on est partis à l’assaut de l’avenue d’Italie.

Qui contrairement à ce qu’on pourrait penser quand on est à pied, monte. N’écoutant que mon courage, j’ai pédalé de plus belle en pestant contre l’absence de vitesses et la lourdeur du vélo. Arrivée à la place d’Italie j’avais décidé de voter Pannafieu en 2008.

En même temps j’étais malgré tout plus vaillante que mon compagnon. Qui avait manifestement oublié dans son scrupuleux check-up de vérifier la selle. Dont la vis de serrage ne fonctionnait plus. Je dois avouer que le spectacle de l’homme pédalant tant bien que mal les genoux au menton et s’arrêtant à chaque feu rouge pour remonter son assise qui redescendait inexorablement quelques mètres plus loin m’a fait me gondoler tant et si bien que j’ai dévalé le boulevard de l’Hôpital sans souci – qui certes est en pente. Je prenais toutefois garde de freiner avant chaque feu histoire de ne pas donner l’occasion à l’homme de me soudoyer pour que je prenne son vélo avec selle au plancher. J’étais en effet plus que certaine qu’il avait déjà fait le rapprochement entre ma physionomie “courte sur pattes” et le léger défaut de sa monture.

Sauf qu’à un moment j’ai mal calculé mon coup et pof, on s’est retrouvés arrêtés côte à côte. Pas loupé. Il a pris son air de panda et m’a demandé si ça ne me dérangeait pas d’essayer. Dois-je insister sur la mauvaise grâce avec laquelle j’ai consenti à lui laisser mon vélo impeccable pour hériter en échange d’une selle non seulement descendante mais également pivotante ?

Las, ma mansuétude légendaire a rapidement trouvé ses limites. Au feu suivant j’ai décrété que l’amour ne justifiait pas tout, en tout cas sûrement pas de me luxer le cul sur son Vélib tout pourri que même pas il avait mis en pratique ses conseils à la con.

Il a d’abord fait semblant de ne pas entendre et fait mine de repartir.

Là, ni une ni deux j’ai laché l’engin et je lui ai annoncé que je prenais le métro. Lui rappelant que c’était avec SA carte bleue que son handivélib avait été loué. Et lui laissant le soin de calculer ce que pouvait lui coûter un abandon de bicyclette sur la voie publique avec risque en plus qu’un homme de petite taille en fasse son affaire et se balade à ses frais pour le restant de ses jours.

L’homme n’est pas près de ses sous mais il est également conscient que pour garder une épouse aussi merveilleuse que moi même il doit prendre garde à ne pas être ruiné.

 Donc il m’a rendu très gracieusement mon vélo.

Après on est repartis amoureux comme au premier jour jusqu’à la mairie du 11è. L’homme sur son tricycle et moi, élégante, racée et enjouée sur mon fier destrier.

Bon vous vous en doutez, en fait Paris n’est qu’une succession de montées que jamais on redescend et que ça en est suspect. Un coup de l’UMP à mon avis. On a mis près d’une heure pour arriver à destination dans le onzième et j’ai eu mal aux fesses pendant deux semaines. Limite en plus ça te collerait une cystite à la longue. Quant à l’homme, il lui a fallu près de trois jours avant de m’adresser à nouveau la parole. En revanche je ne suis pas sûre qu’à l’heure où je vous parle il ait retrouvé sa dignité.

Depuis j’ai donc décidé de m’offrir à Noël un vélo électrique. Et je prévois par ailleurs très sérieusement d’en épouser l’inventeur. Parce qu’avoir imaginé de créer une bicylette qui t’aide à monter les côtes tout en ressemblant quand même à un vélo, je trouve ça juste génial. Même qu’en plus tu as bonne conscience rapport que du moment ou on pédale, je défie quiconque me prouver qu’on ne fait pas du sport.

Tags : , , ,

5 Responses to “Vélib et mariage ne font pas bon ménage…”

  • Avatar of Mel
    Mel

    Fais gaffe, un vélo électrique c’est lourd. 22kg voir plus selon les modèles.

  • Tout simplement excellent, très bon moment … pour moi :o)

  • Oui,attentions aux sistytes au velo !
    Et quand on fait du sport en Général !
    Il faut boire du jus de canneberge en prévention !
    Pauvre homme quand même. Il aurait pu changer son velo à une autre station, remarque.

  • Du grand Caro comme d’hab, Merci pour ces quelques minutes de bonheur.
    Pour les problèmes de selles douloureuses, je te conseille fortement la protection de selle en gel, très efficace pour les longues distances.

  • Hilarant.
    Je n’avais pas encore lu ton article.
    Merci beaucoup :)
    La prochaine fois, prévois un ptit cycliste, tu sais le ptit bermuda moulant hyper ringard, mais teeeeeellement confortable.
    (sinon pour les selles douloureuses, ya aussi le duphalac, mais nan je rigole)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>